24 juin 1717 ! Le faux tricentenaire de la franc-maçonnerie


Conférence intéressante et riche en informations de Monsieur Olivier Roney, auteur de plusieurs livres sur la franc-maçonnerie et Flaubert, concernant les erreurs historiques relatives aux célébrations actuelles de 3 siècles de mafia maçonnique.


24 juin 1717 ! Le faux tricentenaire de la franc-maçonnerie

La franc-maçonnerie, de par ses singularités n’est absolument pas ce que le commun imagine. Les mouvements actuels, tout particulièrement le Grand Orient de France, n’ont plus rien à voir avec la Franc-Maçonnerie et sont en réalité des impostures intellectuelles comme la chronologie ci-dessous nous le montre.
Les origines de cette mouvance sont en vérité chevaleresques et associé à l’Ordre du Temple,

L’Ordre des chevaliers du chardon de saint André d’Écosse

L’Ordre des chevaliers Porte glaive

Les Chanoines du Saint-Sépulcre

L’Ordre Teutonique

La rose-croix (et ses divers branches)

La stricte observance Templière

La Franc-Maçonnerie Spéculative (maçonnerie catholique et stuardiste), avec ses « Maitres-Ecossais de Saint-André ». Ceux-ci essaimèrent rapidement dans :
La Franc-Maçonnerie Spéculative (déiste, dite Rit Français), issue de la Franc-Maçonnerie anglaise de 1718, orangiste et protestante.
Histoire chronologique de la Franc-Maçonnerie

En 1013, fondation à Jérusalem, quatorze ans après la première croisade, de l’Ordre des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, lesquels porterons par la suite et successivement, les noms de Chevaliers de Rhodes, puis de Chevalier de Malte. Fondateur : Le bienheureux Gérard de Tanque.

En 1099, Fondation de l’Ordre Équestre des Chevaliers du Saint-Sépulcre, par Godefroy de Bouillon, à Jérusalem.

En 1110, fondation, à Jérusalem, l’Ordre Militaire et Hospitalier de Saint Lazard de Jérusalem. (Issu de l’hôpital Saint-Basile le Grand fondée en 369 à Césarée, et transporté à Jérusalem en 530.)

En 1112, fondation durant le siège de Saint-Jean d’Acre, de l’Ordre des Frères Hospitaliers Teutoniques, plus tard devenu Chevaliers Teutonique.

En 1118, fondation, à Jérusalem, par Hugues de Payens, de l’Ordre des Pauvres Chevaliers du Christ et du temple de Salomon. Hugues de Payens (Issue des Comtes de Champagnes), sera assisté au départ de huit autres chevaliers.

En 1203, Le Pape Innocent III approuve le projet de Dominique de Guzman (futur saint Dominique), sur la création des Chevaliers Porte-Glaives. Le noyau de départ sera constitué avec des éléments issus de l’Ordre du Temple.

En 1204, fondation à Riga de l’Ordre des Chevaliers Porte Glaives par Albert d’Apeldern, évêque de Livonie.

En 1209, Bulle du Pape Innocent III autorisant, la fondation, à Toulouse, par Dominique de Guzman, futur Saint Dominique, d’un Ordre de la milice de Jésus-Christ. L’Ordre portera dans l’Histoire les noms de Saint Pierre Martyr, de Sainte-Marie Glorieuse, de Chevalier du Rosaire…..

En 1307, Arrestation de Jacques de Molay et des Templiers.

En 1310, Les Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem s’installent à Rhodes sous la conduite de Villers de l’Isle-Adam. Ils y prennent le surnom de Chevaliers de Rhodes.

En 1319, le 15 mars (soit le 26 mars en style Grégorien), le roi du Portugal Denys 1er constitue l’Ordre des Chevaliers du Christ avec les chevaliers des commanderies de Majorque, de Castille, de Léon, d’Aragon et de Portugal. Bulle du Pape Jean XXII, d’Aragon et de Portugal, Bulle du Pape Jean XXII.

En 1444, Lettres royales d’Henri VI d’Angleterre, assurant aux alchimistes anglais, aide et protection. Le rite de la Maçonnerie opérative dite de la « Maison d’Héredom », y est nommé pour la première fois. (Collection des pièces historique de Rymer)

En 1510, Henri-Cornélius Agrippa se rend à Londres, chez Jehan Collet. Rédaction de ses « Commentaires sur les Epitre de Saint Paul », probablement sur des textes tronqués venant des mêmes
En 1536, Paracelse publie sa célèbre « Pronostication », dans laquelle il révèle le symbole de la Rose et de la Croix, et parle d’Elie Artiste.

En 1688, Jaques II Stuart et sa cour en exile, s’établissent au château de Saint-Germain-en-Laye. Premières loges maçonniques militaires fondée en France par les gentils hommes Ecossais, Irlandais de sa suite et de ses régiments (Maçonnerie Catholique dite « Jacobite »).

En 1717, Fondation à Londres, le 24 juin (Saint Jean d’Eté), de la « Grande Loge de Londres » qui deviendra plus tard la « Grande Loge d’Angleterre », par quatre loges de maçons acceptés issue de la maçonnerie protestante et orangiste.

En 1730, Installation du « Chapitre Templier » d’Unwurden en Haute Lusace. Selon certains, ce serait là la première manifestation de la « Stricte Observance Templière » dans une forme rituelle à caractère maçonnique. Naissance de Jean Baptiste Willermoz (10 juillet)

En 1735, installation à Paris le 20 septembre 1735, à l’hôtel de Bussy, de la « Loge d’Aubigny », sous la présidence du duc de Richemond, ancien Grand Maitre de la grande loge d’Angleterre (maçonnerie protestante et orangiste). Première manifestation de la Franc-Maçonnerie ordinaire, opposé à la maçonnerie Jacobite en ses principes.


Gustave Flaubert / Factuelle 66

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)