À qui la Grèce doit-elle le plus d’argent ?

dette_grecque


Le Fonds européen de stabilité financière FESF est le plus gros créancier d’Athènes. La Grèce ne se finance presque plus sur les marchés depuis 2010, sauf à très court terme

316,8 milliards d’euros: tel était le montant de la dette grecque en mai 2015. Equivalente à 177,1% du PIB de la Grèce en 2014 (ce ratio passera à 180% en 2015), cette somme est due à plusieurs types de créanciers, en grande majorité publics depuis la restructuration, en octobre 2011, de la dette détenue par le secteur privé et son rachat par la Banque centrale européenne (BCE). Son échéancier court jusqu’en 2054.

Le premier créancier d’Athènes est, à hauteur de 141,8 milliards d’euros, le Fonds européen de stabilité financière (FESF) créé en mai 2010 pour le premier plan de sauvetage grec. Il s’agit de sommes empruntées par le FESF sur les marchés et injectées depuis cinq ans pour soutenir la Grèce. Deuxième créancier : les pays de l’eurozone, qui détiennent sur Athènes une créance de 52,9 milliards en prêts bilatéraux. Viennent ensuite la BCE (27 milliards, dont 3,5 à rembourser le 20 juillet), le FMI (22,6 milliards dont 1,5 milliard dû le 30 juin et non remboursé). 40 milliards d’euros de créances restent détenus par les marchés sur lesquels Athènes ne se finance plus depuis 2010, sauf pour des obligations à très court terme. 812 millions d’euros d’obligations à six mois ont été vendues par le gouvernement Tsipras en février 2015 avec un taux d’intérêt de 2,75% et une échéance fin août.

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)