Affaire Ramadan : pourquoi les femmes qui se disent victimes ont-elles tant de mal à porter plainte ?


Au delà des graves accusations de viols et de menaces de mort, dont seule la justice pourra faire la lumière, il reste que le comportement de ce « prédicateur » est à l’opposé de ce qu’il prêche dans ses conférences. Il ne pourra pas en tout cas réfuter la réalité de relations hors mariage — même consenties — et peut-être même adultérines, ce qui est, dans tous les cas, condamnable par les textes sacrés qu’il était censé expliciter à ses auditeurs et auditrices. De pauvres et pitoyables chauvins — croyant défendre l’islam — osent, après tout ce déballage, parler de vie privée qu’il conviendrait de respecter, faisant mine d’ignorer que cette excuse n’est pas recevable quand on a affaire à un homme public, prédicateur de surcroît. Un prédicateur n’a pas droit à l’erreur ; il doit donner l’exemple et agir en conformité avec son discours. À partir de là, Tariq Ramadan est définitivement discrédité auprès du public en général et particulièrement auprès de la communauté musulmane. C’est devant de telles vilenies que l’on pense avec nostalgie au temps béni du règne de Omar Ibn El Khattab — Que Dieu l’Agrée — , non pour la rigueur de la peine encourue en pareil cas, mais pour son caractère dissuasif.

Il est par ailleurs curieux de voir les médias occidentaux s’obstiner à le présenter comme un conservateur, défenseur d’une interprétation rigoriste de l’islam, alors qu’il incarne le réformateur type, appelant comme ses maîtres spirituels  maçons Djamal-Eddine Al-Afghani, Mohamed Abdou et Reza, à la refonte de l’islam dans le but de l’assujettir au laïcisme et au modernisme ambiant, quitte à enfreindre voire violer des préceptes fondamentaux de l’islam comme par exemple l’interdiction de l’usure. C’est la raison pour laquelle la communauté musulmane ne doit en aucun cas souffrir des dérives de quelqu’un qui s’est autoproclamé prédicateur, sans en avoir les compétences requises, d’un point de vue théologique strict et qui s’est mal comporté sur le plan de la morale islamique. La communauté musulmane — hormis les sectateurs atteints d’une cécité incurable —  est innocente des agissements de Tariq Ramadan et doit au contraire se désolidariser de lui en dénonçant ses dérives. Elle n’en serait que plus grandie.


Les enquêteurs de la police judiciaire se déplacent jeudi à la frontière suisse pour rencontrer une ancienne maîtresse de Tariq Ramadan.

Elle ne souhaite pas porter plainte mais apporter des éléments sur l’homme et ses méthodes.

Elles se murent dans le silence. Depuis la première plainte déposée fin octobre contre Tariq Ramadan pour « viol, agression sexuelle, violences et menaces de mort », devant la justice. D’après les informations d’Europe 1, les enquêteurs de la police judiciaire parisienne se rendent jeudi à la frontière suisse pour entendre une ancienne maîtresse de l’islamologue. Elle n’a pas l’intention de porter plainte mais aurait des révélations à faire sur les méthodes et agissements du suspect. Plusieurs femmes qui se disent victimes ont contacté des avocats, mais sans passer le cap du dépôt de plainte. Car outre les difficultés souvent rencontrées par toutes les femmes victimes de violences sexuelles, les victimes présumées de Tariq Ramadan ont en commun de l’avoir connu alors qu’elles étaient en état de faiblesse. Certaines sont encore aujourd’hui dans une grande détresse sociale ou psychologique.

Un sentiment de culpabilité.

De plus, ces femmes sont des musulmanes souvent pratiquantes, sur qui pèse le poids de la religion et de la morale comme l’explique auprès d’Europe 1 la militante antiraciste et féministe Ndella Paye : « La religion c’est extrêmement moralisateur, les relations sexuelles doivent se passer dans le cadre d’un mariage, donc même si on est violée, on questionne toujours sa part de responsabilité. C’est-à-dire : « toi, femme, qu’est-ce que tu as fait, pourquoi tu as répondu à un appel dans une chambre d’hôtel, il ne fallait pas y aller ». Personne ne critique l’homme en question, on ne le condamne pas d’avoir pris la peine d’inviter des femmes seules. Elles ont peur par rapport à ça ».

Le regard de leurs proches.

Certaines de ces femmes ont refait leur vie et redoutent également la réaction de leur mari, quand d’autres sont freinées par leur famille. Mais au-delà du cercle des intimes, il y a également la pression de la communauté musulmane toute entière : Tariq Ramadan est devenu une figure quasi iconique, seul musulman né en Europe à avoir une telle aura. Petit à petit, l’islamologue a réussi à ancrer cette idée que si l’on l’attaque à lui, on attaque directement l’Islam. Un ressenti qui touche aussi des milieux très éduqués. « Dans des conversations à titre personnel, j’ai entendu des phrases du type : « il faut laver son linge sale en famille ». Prendre la parole, ça voudrait dire, non pas se désolidariser, mais carrément trahir une communauté, dans le sens où cette parole donnerait du grain à moudre à des personnes islamophobes et ça rejaillirait d’une manière négative sur toute la communauté à laquelle ces femmes appartiennent, et qu’elles ressentent comme étant déjà suffisamment marginalisée », explique Fatima Khemilat, chercheuse à Sciences Po Aix.

Des menaces en série.

Enfin, il y a aussi la pression directe que Tariq Ramadan exercerait encore sur les femmes qui voudraient témoigner à son sujet, d’anciennes maîtresses avec qui il aurait entretenu des relations consenties mais qui voudraient aujourd’hui parler de l’emprise qu’il avait sur elles. D’après un collectif d’avocats qui accompagne plusieurs d’entre elles, ce sont des menaces quasi quotidiennes. « Ce sont des SMS et des mails à l’identique : « de toute façon, je ferai tout pour te pourrir, je ferai tout pour donner une mauvaise image de toi, et ça ne sert à rien de s’attaquer à moi, j’ai des avocats et surtout des moyens. Je mettrai tous les moyens pour vous décrédibiliser auprès de l’opinion publique et de vos familles parce que vous voulez me salir » », détaille maître Calvin Job, qui décrit un système particulièrement bien rodé.

« Monsieur Ramadan et ses partisans vont jusqu’à usurper l’identité d’avocats pour envoyer des pseudo plaintes à ses victimes afin de les dissuader. Ces menaces arrivent à les affecter », révèle encore le juriste. D’après lui, des envois ont encore eu lieu ces tout derniers jours malgré les dénonciations dont Tariq Ramadan fait déjà l’objet. Les autres femmes qui se disent victimes pourraient attendre de voir si les premières plaintes sont prises au sérieux avant de sauter le pas.


Europe1

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)