Aphorismes au printemps qui vient, par Lotfi Hadjiat

Partager

IMG_0340


Schumann trouvait incompréhensible le succès du Stabat Mater de Rossini, moi je trouve incompréhensible que le monde ne s’écroule pas dans la minute.

****

Ô temps, suspends ton vol et abandonne-toi… lâche une météorite géante sur Wall-Street, et si tu peux, une autre sur la City.

****

Quand j’écoute Yann Moix, j’ai beaucoup de respect pour la merde.

****

Il faut le reconnaître, les plus grands imitateurs de l’amour, de l’amitié, du partage civilisationnel, sont français, et quand un peuple n’est pas dupe de ces imitations sanglantes, comme en Algérie, ils se mettent subitement à imiter l’honneur. Défendre son honneur ce n’est pas nier ses crimes, et encore moins les faire passer pour des bienfaits inestimables. Évidemment, la régence d’Alger commit aussi des crimes, piraterie, esclavages, etc… mais, pour y mettre un terme, le pouvoir français aurait pu détruire seulement la flotte ottomane installée à Alger (au début du XVIe siècle, les Ottomans avaient été appelés à la rescousse par Alger contre les offensives espagnoles), comme Charles X détruisit la flotte tunisienne en 1827 pour mettre fin à la piraterie que pratiquait aussi Tunis.

****

Le monde n’a jamais eu autant besoin d’amour… enseveli sous des montagnes de simulacres d’amour, il pleure en silence, il pleure sans larmes… il ne veut pas être contrarié par les larmes… les morts n’aiment pas être contrariés.

****

L’antisémitisme est une erreur de jugement, un excès, un amalgame, mais n’est pas une maladie, le philosémitisme si. Cette maladie psychologique du philosémitisme, cette forclusion du bon sens, se développe là où la lâcheté prospère, tout particulièrement la lâcheté intellectuelle, qui va de pair avec la bêtise. Le philosémitisme hyper-radicalisé des médias français ne peut donc être que très préoccupant.

****

Anne Sinclair déclarait qu’elle ne croyait pas pouvoir être amoureuse d’un non-Juif au point de l’épouser… Et Heidegger, le méchant nazi, brûla d’amour pour une Juive… Hannah Arendt, qu’il aima passionnément, et qu’il aurait sans doute épousée s’il n’avait été lui-même marié en ce même temps. Où est la haine, je vous le demande, où est le mépris inégalable.

****

Et si les assassins de l’amour étaient exactement ces Juifs qui prêchent un « antiracisme », autre nom du philosémitisme… Le véritable antiracisme n’est rien d’autre que l’anti-philosémitisme.

****

Le racisme n’est qu’une forme de narcissisme extrême, narcissisme culturel, communautaire qui, chez les Juifs, peut être sans limites aucunes… forclusion complète et définitive des Goyim… forclusion que Jésus-Christ tenta de briser, en vain… et que l’universalisme républicain ne brisa pas, bien au contraire. C’est la confrontation dialectique avec l’autre qui fait venir au jour ce que nous sommes vraiment. La non-confrontation dialectique avec les Goyim entraîne donc une agitation insatiable, sensuelle, sans but, dénuée de sens, perverse, éminemment destructrice, propre aux Juifs, une agitation qui se cherche des entraves pour se justifier comme liberté, pour justifier le chaos planétaire qu’elle génère. L’islam étant la dernière entrave. Une entrave qui fait perdurer ledit chaos finalement. Pour mettre fin à cette agitation juive si éminemment nuisible, l’islam-entrave doit se métamorphoser en islam-liberté, et démasquer ainsi la prétendue liberté juive. Les « musulmans » comprendront-ils un jour que l’essence de l’islam est liberté, liberté divine… éternel printemps… cesseront-ils un jour d’être des obsédés psychotiques du voilement des femmes et de leur enfermement total… cesseront-ils un jour de vouloir tuer l’essence de l’islam ? Oui, je crois que oui : en Enfer. De toute façon, ils ne supporteraient pas le Paradis car la femme y est toute nue ! Comme au jardin d’Eden.

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)