Après Fayard, Najat Vallaud-Belkacem rejoint l’institut de sondage Ipsos

Partager
najat-vallaud-belkacem-le-6-decembre-2016-lors-d-une-conference-de-presse-a-paris

L’ancienne ministre de l’Éducation Najat Vallaud-Belkacem, le 6 décembre 2016, lors d’une conférence de presse à Paris. afp.com/CHRISTOPHE ARCHAMBAUL


On aimerait bien savoir quelles sont les compétences en statistiques de cette ex-ministre du gouvernement Hollande. Elle est diplômée de l’institut d’études politiques parisien puis elle a été juriste dans un cabinet d’avocats. Du coup, on se demande bien quelle sera son utilité dans un institut de sondage ! Ces « recasages » des anciens membres du gouvernement dans le privé est tout simplement insupportable, il démontre clairement, à ceux qui veulent et peuvent encore comprendre les choses, que ce jeu de chaises musicales est très nocif.


L’ancienne ministre de l’Éducation a été recrutée par Ipsos, un mois et demi seulement après avoir annoncé son recrutement chez Fayard.

L’ancienne ministre de l’Éducation nationale semble avoir pris définitivement ses distances avec le monde politique. Il y a un mois, Najat Vallaud-Belkacem refusait poliment de se porter candidate à la présidence du Parti socialiste. Elle souhaitait, disait-elle, se concentrer sur son poste de directrice de collection chez Fayard, où elle a été recrutée début janvier? Apparemment, cela ne lui suffit pas puisque l’ancienne protégée de Ségolène Royal vient d’accepter un nouvel emploi à l’institut de sondage Ipsos, révèle Challenges.

Contactée par l’hebdomadaire, Najat Vallaud-Belkacem confirme avoir été nommée au poste de directrice générale déléguée des Études internationales et de l’innovation au sein du groupe. L’ex-ministre interviendra dans le cadre du plan de refonte stratégique de l’institut, intitulé « Total understanding », dont l’objectif est de déployer de nouveaux outils de mesure afin de mesurer les données en temps réel.

Un cas loin d’être une exception dans « le nouveau monde »

Comme le note le magazine, Najat Vallaud-Belkacem est loin d’être la seule personnalité politique à s’être reconvertie au cours des derniers mois, marqué par un renouvellement politique sans précédent. Outre les cas classiques de politiques qui rejoignent des cabinets d’avocats, comme Bernard Cazeneuve, de plus en plus sautent le pas du privé.

Parmi les cas les plus marquants, Nathalie Koscuisko-Morizet, qui a ainsi annoncé avoir été recrutée par le service numérique de Capgemini pour un poste à New York qui l’éloignera de la scène politique hexagonale. L’ex-ministre socialiste Arnaud Montebourg, comme l’a annoncé Le Monde, s’est lui reconverti dans le business du miel et des amandes. Fleur Pellerin, qui était aussi du gouvernement Ayrault, a de son côté créé son propre fonds d’investissement. Une liste non-exhaustive qui pourrait encore s’allonger dans […]


L’Express

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)