Aspartame : les édulcorants artificiels multiplieraient par 3 le risque de démence et d’AVC !

aspartame-danger-poison


Cela fait presque 10 ans que nous vous parlons de la toxicité de l’édulcorant « aspartame » que l’on retrouve absolument partout dans notre alimentation et même dans les médicaments. Presque 10 ans que nous réalisons des vidéos, des articles, des conférences et même un livre pour dénoncer la dangerosité de cet additif alimentaire. Ces nouvelles études démontrent que la consommation de ce poison accélère le vieillissement cérébral, mais le système universitaire et médiatique va très vite vous expliquer que les auteurs de ces recherches sont des conspirationnistes, que les techniques statistiques utilisées sont douteuses ou je ne sais quel autre argument stupide tout juste bon à tromper un gamin de cinq ans.Il vous reste néanmoins votre libre arbitre car personne ne vous oblige à en boire et à en consommer.


Boire au moins un soda par jour, surtout light, pourrait multiplier par 3 le risque d’accident vasculaire cérébral et de démence, suggère cette nouvelle étude américaine.

La plupart des sodas contiennent un excès de sucre, et en particulier de fructose. Les Américains en sont friands puisqu’ils ont consommé en 2016, 11 millions de tonnes métriques de sucre, dont une grosse majorité sous forme de boissons, selon le département d’État américain à l’Agriculture. Une équipe de chercheurs de l’Université de Boston (États-Unis) a établi une corrélation, plus qu’un lien de cause à effet, entre ces boissons sucrées à base d’édulcorants artificiels et les lésions cérébrales qu’elles pouvaient occasionner.

Dans une 1ère étude, publiée le 5 mars 2017 dans la revue Alzheimer & Dementia, ils ont d’abord examiné les données (dont les imageries cérébrales) issues de plus de 4 000 personnes d’une cohorte nationale.

Ils se sont tout particulièrement intéressés à celles buvant plus de 2 boissons sucrée par jour (jus de fruit, sodas) et celles qui consommaient plus de 3 sodas par semaine. Ils ont constaté que ce groupe de « prise élevée de boissons sucrées » présentait de multiples signes d’accélération de vieillissement cérébral, dont un plus petit volume total du cerveau, des épisodes de mémoire moins bonnes, ainsi qu’un hippocampe racorni, soit autant de facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer à un stade précoce.

Dans une seconde étude, publiée dans la revue Stroke du 21 avril, l’équipe a utilisé les données de l’ancienne cohorte pour regarder dans le détail si les participants avaient été victimes d’accidents vasculaires cérébraux (AVC), de la maladie d’Alzheimer ou diagnostiqués avec une démence.

Après avoir analysé la prise de boissons sucrées sur plus de 7 ans, ils ont suivi les volontaires pendant 10 ans et cherché des signes de l’une de ces maladies.

Leurs résultats font apparaître que les participants de la cohorte buvant au moins un soda sans sucre ou light par jour avaient trois fois plus de risque de démence et d’AVC que ceux qui en consommaient moins d’une fois par semaine. De façon plus surprenante, le groupe de ceux qui buvaient des boissons sucrées ne voyait pas son risque majorer.

Si différents facteurs dont l’âge des participants, leurs habitudes alimentaires ou encore le tabagisme ont été pris en compte, les chercheurs disent ne pas avoir pu complètement contrôler les conditions préexistantes d’un diabète, qui a pu émergé chez certains participants durant l’étude et être à l’origine de ces maladies.

Des travaux complémentaires doivent désormais être menés pour comprendre quels types d’édulcorants peuvent être en cause et surtout, par quel mécanisme ils […]


Le Progrès

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)