Au sommet d’un rocher, par Lotfi Hadjiat

Partager

 


Le seul sens de l’existence humaine est de rendre un culte à L’Être Vivant, oui, à Dieu.

Le comble de la misère est de ne plus avoir la force de sortir de sa misère et de n’être pas assez humble pour implorer le pardon divin.

La vérité sort de la bouche d’un ivrogne, bon titre de roman.

La vérité peut-elle sortir sans gerber…, grande question philosophique. En tous cas, dans la gerbe il y a un roman, et au fond du roman il y a la vérité.

Pourquoi les animaux sont-ils plus nobles que les hommes ?

Je ne trouve pas du tout que les hommes soient dignes de monter sur le dos d’un cheval. Sur le dos d’un âne à la limite.

Le cheval est une manifestation divine, l’incarnation parfaite de la vérité, et qu’est-ce que l’homme en fait ? Il le monte, il l’épuise ou il le bouffe !

L’homme devient noble lorsqu’il comprend que ses semblables sont plus ignobles que le plus misérable ver de Terre.

Brigitte Bardot a tellement bien épousé la cause animale qu’elle ressemble désormais trait pour trait à une guenon ; c’est donc que sa cause est juste, cessons donc les moqueries à son égard.

L’homme devient sage lorsqu’il comprend que ses semblables ne lui sont finalement pas si semblables.

Le sage a toutes les raisons de haïr l’humanité, de la mépriser définitivement, de l’éradiquer une fois pour toute, mais cette prérogative est réservée à Dieu qui, malheureusement pour les sages, est très patient.

C’est finalement Confucius qui avait raison, l’ordre social ne peut être que le résultat, la résultante de l’ordre moral de chaque individu, y compris et surtout celui du chef.

Il faut faire de notre vie une réponse sans question.

Les philosophes cherchent la ou les réponses qui mettront fin à tous les questionnements mais ils ne comprennent pas que la réponse n’est pas déterminée par les questions. Car les questions sont déterminées par le chaos, et la réponse est déterminée par le Tao, comme dirait Lao-Tseu.

Un homme est au sommet d’un rocher situé au milieu d’un grand lac, et la soif le tenaille. Il lui suffirait pourtant simplement de descendre du rocher pour boire à l’eau du lac, mais s’il descend du rocher il ne voit plus le reflet de son image dans l’eau. La folie de l’homme le fait rester au sommet de l’orgueil narcissique de son rocher et mourir de soif, les sages descendent du rocher par le chemin escarpé de l’humilité, étanchent leur soif et ne meurent pas.

Le Mal finira mal.

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)