Actu au Scalpel #21 : Aziz Zemouri, le journaliste complotiste spécialisé dans les fake news !

Partager


Faisant preuve d’un amateurisme étonnant, Monsieur Aziz Zemouri du Point vient de commettre une faute professionnelle en publiant un article truffé de mensonges, de contradictions, d’omissions ou d’approximations ; nous allons en apporter la preuve en le décortiquant point par point.

salah-bariki-gaudin-islam-rg-mosquees-llpMais avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de relever quelques points importants sur le contexte de la publication de cet article. Comme par magie, il survient moins d’une semaine après le rejet de la plainte de l’indic de police, Omar Djellil, manipulé par Salah Bariki, le conseiller occulte de Jean-Claude Gaudin pour les affaires de culte (fonction totalement illégale !), ainsi que l’ex-président du Crif local, Clément Yana ! M. Zemouri s’était déjà illustré par un article à charge accusant Mme Nassera Benmarnia de détournement de fonds après une plainte de… Omar Djellil ! Encore lui ! Tout ceci dans l’unique intention d’atteindre Patrick Mennucci dont elle était la suppléante. Mme Benmarnia a été totalement blanchie après une longue enquête de la brigade financière ! C’était une énième dénonciation calomnieuse d’Omar Djellil relayée par M. Zemouri ! Nous pouvons également parler du procès gagné par P. Mennucci contre une équipe de complotistes qui a voulu invalider son élection législative en déposant plainte auprès du Conseil Constitutionnel et en fabriquant de « faux témoignages » ! Devinez qui était impliqué en première ligne dans cette manœuvre, puisque c’est lui qui a déposé la plainte, et qui s’en est tiré comme par magie : Omar Djellil ! Parlons également de la tentative de déstabilisation de la candidature d’Alain Juppé à la présidentielle entreprise par le même Omar Djellil dont on devine l’identité des commanditaires ! Le journaliste Claude Askolovitch a publié un article intéressant sur cette affaire dans Slate, titré L’alliance de la fachosphère et des ultras du sarkozysme pour éliminer Juppé dans lequel il écrit le 20 novembre 2016 : « Omar Djellil, connu pour avoir fréquenté le FN à Marseille, désormais témoin clé d’une intoxication.» !

Le passage le plus effarant dans cet article accusant Salim Laïbi de complotisme, est le fait d’insinuer qu’il serait protégé par la Chambre Disciplinaire de l’Ordre des chirurgiens-dentistes ! Ce qui serait donc un « complot », n’est-ce pas Monsieur Zemouri ! Bienvenue au club ! Se rend-il seulement compte de la gravité de l’accusation portée contre la présidente de la Chambre Disciplinaire qu’il rend coupable de « rétention d’informations » ?

Babtchenko-Point-Fake-newsAjoutons à cela – fait aggravant pour un journaliste professionnel comme lui – que Monsieur Zemouri, revêtant l’habit d’un mercenaire de la plume, a publié son article à charge – un concentré de propos diffamatoires – sans jamais prendre attache avec le concerné, Monsieur Salim Laïbi, dans un souci strictement scrupuleux d’entendre le deuxième son de cloche et de vérifier ses « informations » à la source. Manquement professionnel qui peut lui coûter cher devant un tribunal. Ce faisant, il a piétiné allègrement le huitième devoir du journaliste tel que défini dans la Charte de Munich qui en compte dix. Il n’y a, de surcroît, aucune précaution oratoire dans ce qu’il écrit, on ne relève que des affirmations à l’emporte-pièce et des « certitudes », des propos jamais exprimés au conditionnel ! Cet article du Point ne contient aucun début de preuve, aucun hyperlien, pas le moindre document étayant ou prouvant ses dires ! À l’évidence, le seul but recherché par cet article diffusé dans un hebdomadaire national, ainsi que sur les réseaux sociaux de ce dernier, est de nuire à Monsieur Salim Laïbi.


Passons maintenant à la déconstruction de ce château de boniments.

Premier mensonge : l’accusation d’appartenance à l’extrême droite !

twitter-christian-bouchet-FNCe n’est pas la première fois que cela arrive puisqu’une présentatrice de France 3 région, avait annoncé en 2012, lors de la campagne des législatives, que Monsieur Salim Laïbi était le candidat FN alors qu’il n’avait aucune étiquette politique et que le FN avait présenté le sien propre, dans sa circonscription ! Faut-il renvoyer Monsieur Zemouri à la trilogie « Félonie Nationale », une série de trois vidéos réalisées par Salim Laïbi, ayant été vues des dizaines de milliers de fois et qui démontent la supercherie FN ? D’autant que Monsieur Salim Laïbi ne s’inscrit pas du tout dans l’échiquier politique moderne et qu’il est abstentionniste intégral. Sa seule et dernière participation sans étiquette en 2012 répondait à l’opportunité qui lui était offerte de disposer d’une tribune et donc d’avoir le libre accès à la parole pour faire connaître et avancer ses idées, et surtout, de vivre de l’intérieur l’expérience d’une campagne pour en dénombrer et décrire les arcanes. Depuis, il s’attache à diffuser les idées de la philosophe Simone Weil développées dans sa Note sur la suppression générale des partis politiques. Le mensonge de Monsieur Zemouri sera démenti le jour même de la diffusion de son article par un membre du Front National, le crowleyen Christian Bouchet, sur son Twitter comme le démontre la capture écran. Christian Bouchet dont nul n’ignore les sentiments qu’il nourrit envers la personne de Salim Laïbi, et pour cause !

djellil_et_j_m__le_penPar contre, on peut affirmer avec certitude que son drôle d’informateur, Omar Djellil – qui a été condamné par la justice pour diffamation contre un journaliste de la Provence – avait appelé à voter aux cantonales pour Jean-Marie Le Pen et avait fait rentrer Monsieur Stéphane Durbec, élu frontiste, dans la mosquée de la porte d’Aix ! D’ailleurs, Monsieur Zemouri n’est pas sans savoir qu’Omar Djellil qu’il traite de « puissant prosélyte » a fait la promotion du Front National puisque c’était le sujet de son article du 20 octobre 2011, Les musulmans de Le Pen. Dans cet article, Monsieur Zemouri présente Omar Djellil comme responsable de la mosquée de la porte d’Aix en omettant d’expliquer qu’elle avait été littéralement « volée » à Monsieur Allili, son ex-président, après l’établissement d’un faux PV d’Assemblée Générale. Lorsqu’il décrit Omar Djellil comme un pieux musulman, il faudra qu’il nous explique ce qu’il fait tous les vendredis, depuis des années, aux heures de la prière collective au restaurant Le Scoop, appartenant à Madame Fazia Hamiche, élue du 15e et 16e arrondissements de Marseille, face au journal la Provence, accompagné de ses patrons Salah Bariki, Clément Yana mais également d’un agent des Renseignements Généraux, un certain Didier. Enfin, il affirme que l’ARE ou Alliance républicaine éthique, initiée avec l’élu frontiste Stéphane Durbec, « s’étend désormais à toute la France et prospère à vive allure sur la Toile » ! Ah bon ! Où ça ? À new Fake news. Ce même Omar Djellil qui a posté une vidéo ordurière dans laquelle – à la minute 28:18 –  il affirmait que Monsieur Salim Laïbi n’avait jamais participé à aucune marche pour la Palestine ; pire encore, les seules marches auxquelles il a participé l’ont été pour soutenir la Russie et l’Iran ! Les photos ci-dessous prouvent le contraire, puisque on le voit bien manifester à deux reprises pour la Palestine, quant à l’Iran et la Russie c’est tout simplement totalement faux !


Ce diaporama nécessite JavaScript.


Monsieur Zemouri devrait savoir qu’outre cette condamnation pour diffamation, son informateur s’est illustré par une agression physique contre une élue comme l’explique la Provence du 5 avril 2012 : « Autre plainte dans le secteur, celle déposée par la Front de gauche Marie Batoux contre l’indépendant Omar Djellil, proche du FN, pour une « gifle »… ». Monsieur Omar Djellil, selon certains témoignages dignes de foi, aurait sur le dos plusieurs mains courantes pour violences conjugales et aurait même des antécédents psychiatriques, ce qui expliquerait qu’il puisse être manipulé aussi facilement par ses donneurs d’ordre.


D’autant que nous n’avons aucune leçon à recevoir de la part d’un hebdomadaire qui a publié la fake news concernant le faux assassinat du journaliste russe Arcadi Babtchenko et tant d’autres !


En réalité, le Bloc-notes de Botul suffit à lui seul à discréditer pour toujours la rédaction du Point. Rappelons que ce dernier avait utilisé la carte du complot pour défendre son ami DSK ! Ça commence à faire beaucoup de complotistes parmi les journalistes du Point ! Ajoutons que Botul et le Point ont été condamnés par la justice en 2011 pour avoir confondu Pierre et Bernard Cassen du Monde diplomatique tout en lui refusant le droit de réponse légal ! Confondant d’amateurisme et de mauvaise foi !

article-le-monde-reportage-bidonnéIl faut ajouter à tout cela son fameux reportage bidonné par Monsieur Aziz Zemouri, diffusé le 18 septembre 1995 sur France 2 concernant le trafic d’armes dans les quartiers. Nous apprenons dans un article du Monde du 15 avril 1996, intitulé Le tribunal de Paris estime qu’un reportage de l’émission « La preuve par l’image » a « trompé » les téléspectateurs, que le président de la XVIIe Chambre du TGI de Paris, Jean-Yves Monfort, a estimé que : « Non seulement le film (…) a trompé les spectateurs sur la réalité et les circonstances des faits qu’on prétendait leur montrer par des commentaires fallacieux et des artifices grossiers » il ajoutera « Les conditions mêmes du tournage sur les lieux ont comporté le recours à des procédés mensongers de mise en scène incompatibles avec les exigences d’un reportage journalistique » ! Les magistrats ont confirmé que les images avaient été retouchées pour faire croire que c’était des caméras cachées sans oublier que les journalistes se sont fait passer pour des acheteurs d’armes alors que celles-ci étaient factices ! Mme Martine Aubry qui avait réalisé une conférence de presse afin de dénoncer ce bidonnage avait été attaquée en justice par Monsieur Aziz Zemouri. Ce dernier a perdu puisque Madame Martine Aubry a été relaxée.

Ajoutons à cela que l’accusation d’appartenance à l’extrême-droite vient d’un journaliste qui travaille dans le même journal que Monsieur Claude Imbert qui assume une islamophobie totalement décomplexée, à la télévision, affirmant « Il faut être honnête. Moi, je suis un peu islamophobe. Cela ne me gêne pas de le dire. » ! Que fait la justice ? Que fait le procureur de la république ? Qui protège Claude Imbert depuis des décennies ?

51QCWSMFXGLD’ailleurs, comment peut-on, à la fois, être désigné sous les deux étiquettes d’islamiste et d’extrême-droite ? Est-ce raisonnable ? Est-ce sérieux ? On pourrait lui retourner le même reproche, lui qui a écrit un livre pour promouvoir la pensée du frériste Tariq Ramadan ! Tandis qu’il faisait sa publicité pour frère Tariq, Monsieur Salim Laïbi n’a cessé depuis presque une décennie de dénoncer ce Tartuffe au comportement douteux ! Faut-il signaler encore que la stratégie de défense actuelle de Monsieur Tariq Ramadan et ses alliés consiste à crier au complot contre Caroline Fourest ?


Deuxième mensonge : faire état systématiquement de la fonction de médecin !

Monsieur Salim Laïbi n’est pas médecin, mais chirurgien-dentiste, subtilité qui semble échapper à ce super journaliste ? Du reste, cette allégation est totalement fallacieuse puisque le titre de docteur n’avait été utilisé que durant la campagne des législatives en 2012, comme le lui permettait le code électoral ! Monsieur Aziz Zemouri n’a qu’à prouver le contraire ; cela le conduirait pour une fois à se décarcasser un peu et lui apprendre à ne pas reproduire servilement un papier écrit sur les rives du Vieux-Port phocéen.


Troisième mensonge : homosexuels, juifs, francs-maçons et musulmans modérés

Le pointilleux journaliste affirme que le site collectif lelibrepenseur.org ne parle « que » de ces quatre sujets, alors que comme tout un chacun peut le constater, il peut se passer des semaines sans que l’un de ces sujets ne soit traité, ni même abordé, car ne faisant pas l’actualité. Il suffit de surfer quelques minutes sur le site pour le constater. D’autant qu’il n’a jamais été question de juifs sur notre site mais de sionistes, ce qui constitue une nuance de taille, nous semble-t-il. Nous n’avons aucune animosité envers les homosexuels en tant que tels, mais nous estimons avoir le droit de critiquer le lobbying LGBT ; nous sommes encore dans un pays libre. Faisant référence aux musulmans « modérés », ce journaliste essaie de faire passer Monsieur Salim Laïbi pour un intégriste ;  il faudrait alors qu’il explique à ses lecteurs comment se fait-il que ce dernier reçoive des menaces de mort de la part de djihadistes ! Il y a comme qui dirait, une contradiction pesante.

D’autant que Salim Laïbi vient de gagner définitivement le procès qu’il avait intenté à contre Alain Soral, appartenant à la mouvance d’extrême-droite de Marine Le Pen, sur le même thème, l’ayant lui aussi accusé d’appeler au djihad. Perdant de sa superbe, Alain Soral, pour se tirer d’affaire, a « courageusement » nié avoir tenu les propos incriminés ; il a perdu définitivement en appel puis en cassation.


Quatrième mensonge : n’est « jamais inquiété » !

C’est une importante contradiction de cet article puisque dans la même phrase, le super journaliste explique que Monsieur Salim Laïbi n’est jamais inquiété tout en ajoutant qu’il a reçu plus de 19 plaintes ! Estime-t-il qu’être convoqué à plusieurs reprises, devoir constituer des avocats, avoir à se déplacer pour se défendre et ce, pendant de longues années, cela s’appelle ne « jamais être inquiété » ? Ce journaliste est-il conscient de ce qu’il écrit, du sens des mots qu’il emploie ?! Ceci se confirme avec le signalement du procureur Tarabeux en 2017 qui a désigné un juge d’instruction. Celui-ci a classé l’affaire sans suite ! Est-ce que pour Monsieur Zemouri, ceci ressemble à de l’impunité ? C’est plutôt du harcèlement et de l’acharnement ! La juge d’instruction serait-elle, elle aussi, dans le complot censé protéger Monsieur Salim Laïbi ? Il s’agit là d’une accusation grave, car accuser ouvertement et publiquement un juge d’instruction ainsi que la présidente de la Chambre Disciplinaire de rétention d’information est gravissime et relève de l’outrage à magistrat, passible de la correctionnelle (1 an d’emprisonnement et 15 000 € d’amende encourus).

Quand Monsieur Zemouri affirme : « Laïbi passe en permanence entre les mailles du filet. Interrogé sur son inaction, le parquet de Marseille n’a pas donné suite à nos multiples sollicitations ». Il ment plusieurs fois dans la même phrase puisque les plaintes ont bel et bien existé, les procédures ont suivi leur cours normal et le procureur a diligenté une enquête ; il n’était donc pas dans l’inaction. On ne peut pas dire une chose et son contraire dans une même phrase, ce n’est pas sérieux, voyons ! En réalité, Monsieur Zemouri ne reproche pas l’inaction mais la « non condamnation » ! Son article est donc totalement à charge. En reconnaissant de multiples sollicitations adressées au parquet, Monsieur Aziz Zemouri confirme le harcèlement.


Cinquième mensonge : désavoué par ses pairs

Cette allégation est prodigieusement grave, car totalement fallacieuse. Monsieur Salim Laïbi a gagné son procès en appel contre Omar Djellil devant la Chambre Disciplinaire nationale. Dire une chose pareille relève du négationnisme judiciaire et c’est puni par la loi. Concernant le Conseil de l’Ordre des Bouches-du-Rhône, il n’a tout simplement pas souhaité faire appel du premier jugement. Mais ça, Monsieur Zemouri ne pouvait pas le savoir, car il n’a pas fait son travail d’enquête comme le lui commandaient la déontologie et l’éthique de sa profession.


Sixième mensonge : omissions malveillantes

Monsieur Aziz Zemouri « oublie » d’informer ses lecteurs que les 10 plaintes rejetées par la chambre disciplinaire en première instance ont toutes été déposées par Monsieur Alain Soral – disciple de Marine Le Pen – et ses salariés. Elles ont toutes été rejetées car elles n’avaient strictement rien à voir avec la profession de chirurgien-dentiste, tout simplement ; ce n’était qu’une opération de harcèlement avortée, tentée par le gourou et sa secte. D’autant que lesdits plaignants n’ont pas souhaité faire appel de cette décision. De surcroît, l’un des plaignants, infirmier de son état, Monsieur Frédéric Maucherat, a été condamné, dans cette affaire, par son ordre professionnel. Est-ce un complot Monsieur Zemouri ?

Monsieur Aziz Zemouri fait aussi dans la manipulation de l’information. Quand il titre son deuxième paragraphe : « Onze plaintes rejetées », il ne cherche pas moins qu’à tromper son monde en faisant accroire aux lecteurs qu’il s’agit de plaintes différentes, ce qui à ses yeux leur conférerait une certaine gravité et  accablerait Monsieur Salim Laïbi. Or, il s’agit de la même plainte rédigée dans les mêmes termes par dix comparses, dont Alain Soral sur son instigation, dans un texte stéréotypé comportant les mêmes fautes d’orthographe ! Monsieur Aziz Zemouri devrait savoir que lorsqu’une plainte est infondée en droit elle est rejetée par les juges, fût-elle déposée par mille plaignants.

Ce qui est hilarant dans cette affaire c’est que Monsieur Alain Soral attaquait Salim Laïbi – ses mémoires faisant foi – en l’accusant d’être protégé par le « lobby juif » marseillais tandis que Monsieur Aziz Zemouri l’accuse, lui, de s’attaquer aux juifs ! Qui croire ? Il faudra qu’ils accordent leurs violons…

Il cite Alain Soral et Dieudonné M’bala M’bala, en essayant perfidement de faire accroire que ce sont les alliés de Salim Laïbi, « omettant » sciemment de dire que ce dernier est le principal artisan de leur décrédibilisation et de leur chute vertigineuse, leur pire ennemi depuis 2014.

bariki-papier-en-tête-mairieMonsieur Zemouri va également oublier de dire que les 600 pages de la plainte envoyée à la Chambre disciplinaire nationale ont toutes été imprimées sur du « papier à en-tête officiel » de la mairie de Marseille ! Ce qui prouve, pour le coup, que la plainte a été, en fait, diligentée par Monsieur Salah Bariki et son « associé » Clément Yana. L’utilisation indue et abusive de papier à en-tête officiel relève de la Cour d’assises ! C’est une des raisons évidentes du rejet de la plainte mais ça, il ne pouvait le savoir encore une fois, n’ayant pas fait son travail d’enquête et de vérification. Faut-il informer ce journaliste du dimanche que le Code de Santé Publique interdit à la Chambre Disciplinaire de reprocher tout engagement politique à un professionnel de santé, c’est l’Article L4123-1 : « En aucun cas, il n’a à connaître des actes, des attitudes, des opinions politiques ou religieuses des membres de l’ordre.» !

les-baron-yana-gueriniJustement, lorsqu’il est affirmé dans cet article que des confrères dentistes « s’alarment du manque de courage de l’Ordre », pourquoi Monsieur Zemouri ne donne-t-il pas les noms de ces personnes ? Les seules personnes qui manquent de courage sont ces dentistes qui témoignent en anonyme ! Ils enfreignent en cela les principes les plus élémentaires de confraternité ! Il est à remarquer d’ailleurs que la prétendue critique de « ces » mystérieux confrères, reprise par Monsieur Zemouri, concerne comme par hasard la shoah ! Rappelons que Monsieur Clément Yana, dentiste de son état, a été impliqué dans une drôle d’affaire puisqu’il était conseiller au culte de Monsieur Jean-Noël Guérini et qu’il octroyait des centaines de milliers d’euros de subventions pour construire des lieux de culte, ce qui est totalement illégal, il a même été épinglé dans un rapport de la Chambre Régionale de la Cour des Comptes. Le Conseil de l’Ordre des chirurgiens-dentistes devrait également s’intéresser de près au cas de Monsieur Clément Yana qui avait fait la une des médias locaux, et dont le comportement ne peut que porter atteinte à l’honneur et la dignité de la profession de chirurgien-dentiste !



Septième mensonge : comité de soutien pour Faurisson et Ryssen !

Ceci est une pure diffamation, une affabulation née d’un cerveau fragile qui ne se rend pas compte de la gravité de ses allégations. Il va vraiment falloir que Monsieur Zemouri puisse prouver tout ceci à la barre. Encore une fois, si ce journaliste du dimanche avait fait correctement son travail, il aurait appris que Monsieur Faurisson – comme H. Ryssen – est régulièrement critiqué sur le site Lelibrepenseur.org, mais pour le savoir il eut fallu enquêter sérieusement, ce qu’il n’a pas fait.


Autres mensonges et omissions en vrac :

Ce pigiste à gage essaie de faire passer Monsieur Salim Laïbi pour un hurluberlu, sauf qu’il omet de dire encore une fois, que c’est un universitaire surdiplômé, aux compétences certaines. Mieux encore Monsieur Salim Laïbi a à son actif la dénonciation d’un nombre important de scandales aussi bien financiers, politiques, sanitaires… révélés bien avant qu’ils ne soient connus du grand public. M. Zemouri « oublie » sciemment de citer le travail de Monsieur Salim Laïbi sur la crise des subprimes, qu’il avait annoncée une année avant que les médias eux-mêmes n’en parlent, dont son hebdomadaire.

Lorsqu’il parle de « vaccination préventive », ce qui est au passage un plaisant pléonasme – on n’en est plus à une sottise près – il oublie de dire que Monsieur Salim Laïbi est un lanceur d’alertes sérieux et vigilant, dénonçant toutes sortes de dérives. Est-ce utile de rappeler à Monsieur Aziz Zemouri le scandale monumental des 95 millions de doses de vaccin contre la grippe A H1N1 achetées à 2 milliards d’euros et que l’on a dû jeter à la poubelle, car le spectre de la pandémie avait été monté de toutes pièces ! Le journaliste du Point omet également de parler de la critique du Mediator© de Servier exprimée par Monsieur Salim Laïbi, bien avant la sortie du livre du Docteur Irène Frachon et l’éclatement du scandale ; le Médiator s’est avéré être un poison responsable de la mort de plusieurs centaines de Français, voire des milliers. Lorsqu’il affirme que Monsieur Salim Laïbi pratique le « négationnisme médical », que peut bien signifier une telle ânerie ? Que la médecine n’existerait pas ? Pourquoi dans ces conditions, a-t-il opté pour un cursus universitaire de 12 années, ayant le souci constant de se tenir à jour, sa dernière formation pointue sanctionnée par un diplôme en mars 2018 ? À moins que ce ne soit une technique bigbrotherienne qui consisterait à diaboliser l’adversaire en utilisant des termes qui vous disqualifient à jamais ! Pour Monsieur Aziz Zemouri, critiquer quoi que ce soit relève du « négationnisme » ! À le suivre dans son délire, critiquer les choix du sélectionneur de l’équipe de France relèverait du « négationnisme footbalistique » !

Le simple fait de parler « d’enquête préliminaire » dans le sous-titre de l’article – ce qui est totalement mensonger – participe de la volonté de Monsieur Zemouri d’altérer la vérité puisqu’en fait, il était question d’une plainte instruite et jugée ! Il n’est même pas capable d’écrire correctement « libre-penseur » qui, en réalité, s’écrit sur notre site, « lelibrepenseur » tout collé ! Ce qui prouve encore une fois qu’il n’est jamais venu sur le site, ou très rarement, et qu’il ne connaît absolument pas son contenu ; c’est factuel !

Il appert, à la lecture de cet amas de contre-vérités, que ce dont rêvent les adversaires de Monsieur Salim Laïbi – un rêve immonde, particulièrement morbide – est qu’il soit tout bonnement radié du tableau de sa profession pour le plonger dans la précarité et le réduire au silence. Ils le disent ouvertement, sans honte aucune. Monsieur Aziz Zemouri et ses commanditaires doivent cependant comprendre une bonne fois pour toutes que cela ne suffira certainement pas à le faire taire, bien au contraire.


Le site lelibrepenseur.org 


Or, Monsieur Salim Laïbi n’a commis aucun crime ; il n’a fait l’objet d’aucune condamnation infamante. Il exerce paisiblement et honnêtement son métier dans le respect de l’éthique et de la déontologie professionnelle, ce dont il s’honore. Ses patients le lui rendent bien, à sa grande satisfaction, n’en déplaise à ses détracteurs.

Oui, Salim Laïbi, n’en déplaise à l’auteur de cet article diffamant et honteux, a dénoncé et ne cessera de dénoncer la pédophilie, la pédocriminalité ainsi que tous les crimes et toutes les magouilles ; il ne cessera de pourfendre leurs auteurs, fussent-ils les plus haut placés dans l’échelle sociale.

De plus, le site collectif lelibrepenseur.org entièrement dévolu au bénévolat s’est imposé sur la scène médiatique comme une référence. Au fil des années, grâce à un travail sérieux, soucieux du détail et de la fiabilité de la source d’information, il a acquis une notoriété certaine, se hissant au rang de véritable observatoire de la situation sociopolitique et économique nationale, internationale et géopolitique. Ses analyses pertinentes ont permis souvent d’anticiper les événements et de réaliser des prévisions justes et quasi infaillibles. À ce titre, il a su se constituer un réservoir de lecteurs de plus en plus important qui, à leur tour, apportent leur précieuse contribution en insufflant une dynamique nouvelle et révolutionnaire de par leurs commentaires souvent pertinents et leurs suggestions, allant, pour certains d’entre eux, jusqu’à participer directement ou indirectement aux sujets traités. C’est cette voix qui porte loin que l’on veut réduire au silence.

En 2016, selon les chiffres officiels du ministère de la culture, le journal Le Point a reçu 855 302 € de subventions d’État ! Il vit donc sous perfusion, grâce à nos impôts et ceci pour publier des articles mensongers, diffamatoires et pire encore, « commandés » par des tiers. Alors que l’hebdomadaire Le Point cumule des dizaines de condamnations judiciaires pour diffamation entre autres, publicité illégale pour le tabac… Il continue pourtant à toucher ses 850 000 € de subventions d’État ! S’agit-il d’un complot ? Qui protège Le Point ?

Puisque le titre de l’article pose une question claire : Qui protège Salim Laïbi ? On va y répondre. Ce ne sont ni les extraterrestres, certainement pas les martiens, ni les reptiliens, aucun illuminati dans les parages, juste la loi ainsi que des magistrats honnêtes et compétents, sans omettre de citer mon excellente avocate, Me Haoulia Naïma que je salue ici. Il va sans dire que nous ne cesserons de louer l’Éternel pour sa miséricorde.

Monsieur Salim Laïbi se réserve le droit de poursuivre en justice l’auteur d’un tel comportement indigne de la profession de journaliste ; il exige également un droit de réponse. Une plainte sera déposée au Conseil de Déontologie Journalistique afin de dénoncer un tel torchon. Toutes les personnes qui relaieront ce tissu de mensonges devront également en répondre devant la justice.

Ajoutons que cet article n’est que la énième preuve claire et matérielle d’un acharnement d’une équipe municipale à la dérive, en panique, impliquée dans de nombreux scandales financiers et politiques (rappelons ici uniquement l’affaire du SAMU social, l’employeur d’Omar Djellil, et du détournement de 5 millions d’euros !). Il donne également une idée du fonctionnement et des rapports incestueux plus que honteux du journalisme hexagonal avec les milieux politiques interlopes. Enfin, il faut dire que les commanditaires de ce tissu de mensonges, pour être allés aussi loin dans l’abject et avoir pris autant de risques, ont perdu tout contrôle et sont carrément affolés et aux abois.

Nous conseillons à Monsieur Zemouri d’occuper son temps à la préparation d’un deuxième ouvrage avec Monsieur Tariq Ramadan concernant les conditions de détention et le traitement judiciaire des Maghrébins en France.


Dernière minute


Nous portons à la connaissance de nos lecteurs et auditeurs qu’à la suite de l’article diffamatoire, un droit de réponse a été publié le 15 juin à 9h52. sur le site du Point. 

Mme LORANT, Présidente honoraire des tribunaux administratifs et cours administratives d’appel et présidente de la Chambre Disciplinaire de Première Instance de la région Paca Corse de l’ordre des chirurgiens dentistes, nie toute protection en ma faveur comme on pouvait, à l’évidence, s’y attendre. Elle traite l’article de diffamatoire.

On peut lire dans ce droit de réponse que le journaliste n’a jamais contacté Madame Lorant. Que les informations qu’il livre sont fausses comme elle l’explique parfaitement à propos du déroulement précis de la procédure.

En ce qui nous concerne, nous continuerons, plus que jamais, notre travail de contre-propagande et de dénonciation du mensonge en éditant encore plus de livres et en vous faisant découvrir des écrivains atypiques et brillants. Nous vous invitons à nous soutenir en lisant nos livres et en diffusant l’information au plus grand nombre.

Nous avons réussi, aux éditions Fiat Lux, à publier 25 ouvrages originaux, en 5 ans ; ils sont disponibles sur notre site mais également sur Amazon, Price Minister, Cultura, en librairie ainsi que dans de nombreux points de vente aussi bien à Marseille que Paris ou Bruxelles…


Nous ne pouvons que louer la Providence pour cet article à charge signé par Monsieur Aziz Zemouri, ce qui prouve encore une fois la véracité de nos accusations concernant le harcèlement et l’acharnement de l’équipe municipale marseillaise. Nous vous invitons cher lecteur à nous soutenir dans la prochaine procédure judiciaire contre ce journaliste via l’ADSL, ou association de soutien du site lelibrepenseur.org. Par avance merci.


faire-un-don-adsl



Qui protège Salim Laïbi, le « libre-penseur » d’extrême droite ?

Depuis deux ans, une enquête préliminaire est ouverte contre ce chirurgien dentiste adepte des théories du complot. Sans le moindre résultat.

Par Modifié le  – Publié le  | Le Point.fr

Son site de fake news compte plus d’un million de vues par mois, Salim Laïbi n’a aucune limite, pas même celles qu’impose la loi. Héraut du complotisme, le chirurgien-dentiste n’a toujours pas été révoqué par son ordre. Celui qui n’hésite jamais à faire état de sa fonction de médecin pour mieux défendre ses idées enchaîne les prises de parole sulfureuses et déverse quotidiennement son lot de théories du complot via les réseaux sociaux. Il fut l’un des tout premiers importateurs français du conspirationnisme en vogue outre-Atlantique depuis les années 2000 et est aussi l’un des plus importants relais du négationnisme médical et antivaccinal.

Il concentre surtout ses attaques contre les homosexuels, les juifs, les franc-maçons, les musulmans pas assez radicaux à son goût, et pousse ses partisans à la sédition en les incitant à la violence armée « avec des kalashnikovs » contre les institutions républicaines. Il appelle ses troupes à faire tomber la démocratie et la République, qu’il considère comme « judéo-maçonnique ». Dans le viseur de ses calomnies récurrentes et obsessionnelles, la communauté juive, les facultés de médecine, le Crif, la République et la laïcité, la vaccination préventive, le dialogue inter-religieux, l’État et les musulmans qui ne partagent pas sa vision radicale de la religion.

Le praticien enchaîne pourtant les polémiques sans jamais être inquiété. Un militant associatif s’est lancé à ses trousses, en vain pour le moment. Omar Djellil, acteur associatif et ancien secrétaire général de la plus vieille mosquée de Marseille, n’a pas hésité à interpeller Xavier Tarabeux, procureur de la République, et l’ancien préfet de police Laurent Nuñez. Celui qui est devenu depuis l’homme fort du renseignement intérieur français en prenant la tête de la DGSI en 2017 avait effectué un signalement (Article 40) au procureur de la République. Son successeur à la préfecture, Olivier de Mazière, a également été alerté. « Je suis effaré que depuis dix ans, Salim Laïbi jouisse d’une impunité totale quand d’autres praticiens sont sévèrement sanctionnés pour des propos bien plus légers que ceux du médecin marseillais. Je suis surtout accablé par l’absence de réaction du parquet de Marseille qui, lui, ne semble pas prendre à sa juste mesure les agissements d’un médecin qui est désavoué par ses pairs et qui a fait l’objet de plusieurs signalements et de plus de 19 plaintes auprès de l’institution judiciaire et de la police. On est bien loin des beaux discours républicains tenus par nos dirigeants et les représentants de l’État en matière de lutte contre le racisme, la radicalisation et l’antisémitisme », s’indigne Djellil.

Onze plaintes rejetées

Salim Laïbi a trouvé un soutien inespéré de la présidente de la Chambre disciplinaire de première instance de l’ordre national des chirurgiens-dentistes qui, en faisant de la rétention d’informations, a cherché à minimiser ses dérives. La gravité de la situation est telle que le conseil départemental de l’ordre des chirurgiens-dentistes des Bouches-du-Rhône avait désavoué la décision de la présidente en portant plainte contre le dentiste extrémiste. Une plainte rejetée par ladite présidente, comme elle l’avait fait à l’égard de pas moins de dix plaignants.

Certains confrères de Laïbi soulignent le manque de courage de l’Ordre national face à un médecin qui monte des comités de soutien en faveur de négationnistes tels que Robert Faurisson ou Hervé Ryssen et qui réclame la suppression de la loi Gayssot, qu’il considère « scélérate » car elle empêcherait, selon lui, une « relecture de la Shoah ».

Si Soral et Dieudonné sont régulièrement poursuivis devant la justice, Laïbi passe en permanence entre les mailles du filet. Interrogé sur son inaction, le parquet de Marseille n’a pas donné suite à nos multiples sollicitations.

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)