Boris Johnson exclut un abandon du Brexit


C’est avec ce genre de réaction que l’on comprend que l’Angleterre est une véritable démocratie alors que le système politique en France est une supercherie d’autant que le gouvernement a déjà piétiné le référendum populaire de 2005 anti-européen en imposant le mini traité de Lisbonne. Le fait même de poser la question de l’abandon du Brexit est en soi anormal et antidémocratique ! Il est ainsi évident et même aveuglant que les élites politiques et médiatiques françaises méprisent le peuple et n’ont que faire de son avis, d’autant qu’elles savent qu’il ne se révoltera jamais maintenant qu’il est complètement démoralisé et décérébré.


Ajoutée le 14 février 2018 

Boris Johnson exclut un abandon du Brexit

Le chef de la diplomatie britannique a réitéré ce mercredi ses arguments en faveur du Brexit au moment où le Royaume-Uni est plus divisé que jamais devant les difficultés du divorce avec l’Union européenne.

Boris Johnson assure qu’« il ne s’agit pas d’un bras d’honneur adressé depuis les falaises de Douvres » mais de « reprendre le contrôle » des frontières britanniques.

Boris Johnson, Ministre britannique des Affaires étrangères : « Je perçois malheureusement une atmosphère de colère croissante. Je crains que certains soient de plus en plus déterminés à empêcher le Brexit, à revenir sur le vote du 23 juin 2016 en allant à l’encontre de la volonté du peuple. Ce serait selon moi une erreur désastreuse qui conduirait à un sentiment permanent et ineffaçable de trahison. Nous ne laisserons pas faire cela, nous ne le pouvons pas.»

La prise de parole du chef de la diplomatie britannique intervient dans un contexte où les Travaillistes sont partagés sur la nature du Brexit à mettre en œuvre.

Ce vendredi la première ministre Theresa May doit rencontrer la chancelière Angela Merkel pour évoquer notamment la période de transition souhaitée par Londres après la sortie officielle du 30 mars 2019.


euronews

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)