Menu de navigation des pages

Consternant : subventions d’état à la presse nationale (2012-2013) !

Posté le Mardi 27 janvier 2015 | Commentaires fermés

C’est une honte, ces journaux de milliardaires comme Rothschild ou Dassault qui ont reçu des dizaines de millions d’euros ! Libération à lui seul a eu près de 10 millions d’euros (Rothschild) ! Le Figaro plus de 16 millions d’euros ! Valeurs Actuelles un peu plus d’un million d’euros ! Le mensonge ne paie plus ; ce qui explique qu’ils se tournent vers l’état tout en défendant des politiques de droite et en combattant l’état providence !!! Quelle belle bande d’hypocrites. Même la serpillière de Closer à eu 533.221 € !!! Est-ce sérieux et raisonnable que l’état, lui-même en faillite, vienne en  aide à des journaux pareils, des journaux-poubelles ?

Aides-Presse-2012-2013

Lire la suite

Charlie Hebdo : Aldi n’est pas Charlie

Posté le Jeudi 22 janvier 2015 | Commentaires fermés

aldiAldi n’est pas Charlie et cette enseigne commerciale monothéiste, comme ses homologues, (culte exclusif voué à Mammon) se fiche complètement des circonstances qui ont empêché ses salariés d’accomplir leurs heures normales de travail. Elle refuse de leur payer les heures non accomplies du fait de leur évacuation pour des raisons majeures de sécurité, lors de la prise d’otages de Dammartin. La solidarité, l’union sacrée, au diable ces mots creux, vides de sens ; que vive le seul profit ! Il semblerait que la direction soit revenue sur sa décision, mais même si cette dernière est confirmée, elle n’aura été due qu’à l’action syndicale et à la large médiatisation de cette affaire.

Il faut croire que Aldi n’est pas Charlie. Quelques dizaines de mètres séparent l’imprimerie CTD de Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne),  où les frères Kouachi s’étaient retranchés vendredi 9 janvier, et Aldi Marché, qui approvisionne les magasins d’Ile-de-France. Mais la vingtaine de salariés de cette entreprise a appris qu’ils allaient devoir rattraper des heures de travail qu’ils n’ont pu effectuer ce jour-là en raison de l’assaut contre les auteurs de la tuerie de « Charlie Hebdo », rapporte « Le Parisien ».   Confinés dans leurs locaux depuis le début de la journée, les salariés d’Aldi Marché avaient été évacués par les forces de l’ordre un peu avant 16h30, une demi-heure avant l’assaut. Certains n’ont donc pas pu faire leurs sept heures de travail quotidien. Résultat : les heures non travaillées leur ont été décomptées par la direction et devront être rattrapées. Idem pour ceux qui n’ont pas pu accéder à l’entreprise en raison des barrages routiers. « Je suis scandalisée », s’emporte Laurence Moissard, déléguée du personnel CFTC citée par le quotidien. On quitte les lieux par mesure de sécurité et on nous retire le temps en dessous des sept heures ! Il aurait fallu que l’on dise au GIGN : ‘Attendez, on ne peut pas partir tout de suite, on n’a pas fait nos sept heures’ ! »

Lire la suite

Gaz de schiste : sit-in populaire réprimé à Alger

Posté le Samedi 17 janvier 2015 | Commentaires fermés

gaz-schiste1Un sit-in s’est tenu aujourd’hui a 13 heures au centre d’Alger, devant la Grande-Poste, regroupant des militants de diverses mouvances démocratiques et écologiques, pour protester contre le projet gouvernemental d’exploitation du gaz de schiste au Sahara. Des forces de police considérables ont été mobilisées par les autorités pour interdire et réprimer cette manifestation. Des interpellations ont été opérées. C’est ainsi que Amina Bouraoui, la leader du Mouvement Barakat, Nassima Guettal et un délégué de la Fondation Matoub Lounas ont été embarqués par la police. Ce sit-in fait suite aux innombrables manifestations qui se sont déroulées ces derniers semaines dans toutes les villes du Sud algérien pour protester contre la volonté des politiques d’exploiter le gaz de schiste, sans se soucier du risque d’atteinte grave à l’écologie en faisant appel aux techniques d’hydrofracturation. A travers cette manifestation hautement responsable, le peuple a prouvé sa maturité, face à une soi-disant élite qui ne pense qu’à renflouer les caisses pour se maintenir au pouvoir. Le premier ministre et son ministre de l’énergie ne cessent de se contredire dans leurs déclarations publiques, ce qui traduit un manque total de préparation et l’absence de concertation. S’agissant d’une question aussi vitale, cette légèreté traduit l’incompétence du pouvoir actuel qui, du reste est totalement vacant depuis la maladie et le sérieux handicap du président.

dncp à Alger, 17/01/2015 –  14:00

Lire la suite

Crise : la Suisse n’a plus les moyens d’acheter de l’€ !

Posté le Vendredi 16 janvier 2015 | Commentaires fermés

La crise est toujours là et ne risque pas de diminuer en gravité bien au contraire puisque les plus grands escrocs à cols blancs de tous les temps sont toujours aux manettes.La Suisse n’a pas pu tenir et personne ne peut tenir aussi longtemps en maquillant ses comptes, la réalité finit toujours par s’imposer et c’est tant mieux.

La Suisse laisse s’envoler son franc et provoque une tempête financière

franc-suisseLa Suisse a décidé jeudi de ne plus intervenir sur les marchés pour empêcher sa monnaie de s’apprécier, provoquant un mini-krach boursier à Zurich et l’envolée du franc suisse.

Dans un communiqué laconique publié jeudi matin, la Banque nationale suisse (BNS), en charge de la politique monétaire du pays, a annoncé que le taux plancher de conversion du franc suisse, fixé il y a 3 ans à 1,20 CHF pour 1 euro, était abandonné et, qu’en outre, les taux négatifs appliqués aux gros dépôts en francs suisses pour décourager les spéculateurs étaient alourdis.

Cette décision a pris de court les marchés financiers, surprenant fortement les investisseurs dans la mesure où la BNS avait encore réaffirmé ces derniers jours qu’elle n’abandonnerait pas le taux plancher.

La directrice générale du FMI Christine Lagarde elle-même a fait part jeudi soir de sa « surprise », ajoutant qu’elle « réservait son jugement » sur la pertinence de cette mesure.

« C’était un peu une surprise », a déclaré la patronne du Fonds monétaire international dans un entretien à la chaîne américaine CNBC, appelant à plus de « coopération » et de « communication » entre les banques centrales.

« Je réserve mon jugement sur la pertinence de cette décision parce que nous n’en avons pas discuté » avec le directeur général de la Banque nationale suisse (BNS) Thomas Jordan, a indiqué Mme Lagarde, affirmant ne pas avoir été informée au préalable par les autorités suisses.

Lire la suite

Arbitrage Crédit lyonnais : la justice valide la mise en examen de Bernard Tapie

Posté le Jeudi 15 janvier 2015 | Commentaires fermés

Dans cette affaire d’un demi-milliard d’euros au moins on peut être tranquilles, pas un musulman n’y est impliqué, n’est-ce pas sale crapule de P. Tesson ?…

Bernard Tapie et son avocat Maurice Lantourne, Stéphane Richard, Pierre Estoup et un haut fonctionnaire, Jean-François Rocchi, restent mis en examen.

lcl-tapie-arbitrage-3053597Bernard Tapie n’en a pas fini avec la justice. La cour d’appel de Paris a rejeté jeudi les demandes d’annulation de leur mise en examen de cinq protagonistes de l’arbitrage controversé avec le Crédit lyonnais, dont celle de Bernard Tapie, ont annoncé à l’AFP des avocats. Dans cette affaire, les juges financiers soupçonnent la sentence de 2008 qui avait accordé 403 millions d’euros à Bernard Tapie, dont 45 au titre du préjudice moral, d’avoir été le fruit d’ »un simulacre d’arbitrage », avec l’aval de l’exécutif de l’époque, pour favoriser l’homme d’affaires.

Outre l’homme d’affaires restent également mis en examen pour escroquerie en bande organisée l’ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy et désormais patron d’Orange, Stéphane Richard, ainsi que l’arbitre Pierre Estoup, un avocat de Bernard Tapie, Maurice Lantourne, et un haut fonctionnaire, Jean-François Rocchi. Un autre haut fonctionnaire, Bernard Scemama, plus récemment mis en examen, n’avait pas déposé de requête.

Lire la suite

Manifestations importantes depuis 10 jours à In Salah contre le gaz de schiste

Posté le Mardi 13 janvier 2015 | Commentaires fermés

Alors que personne n’en parle car c’est un enjeu économique verrouillé par les médias à la solde des lobbies, le peuple se soulève à In Salah en Algérie contre cette technique d’hydrofracturation criminelle alors que la zone est richissime en gaz naturel ! Sans parler de la chute du cours du baril qui rend cette ressource complètement obsolète, car plus chère…

Rejet du gaz de Schiste : La mobilisation s’étend dans le Sud

schiste-selargit-11a2aComme prévu, plusieurs villes du Sud ont marqué leur soutien à la protestation contre le gaz de schiste lancée, il y a 11 jours, par la population d’In Salah.

A Ouargla, Metlili, Adrar, la mobilisation des citoyens est la même. Bien que le nombre de participants escompté par les organisateurs n’ait pas été atteint, le rassemblement a brassé des gens qui y ont pris part, au fur et à mesure du déroulement des sit-in, timides au début, plus directs et caustiques à la fin, se donnant tous rendez-vous dans une semaine au cas où les autorités tarderaient à répondre favorablement.  Mais au-delà de la symbolique de ces manifestations de soutien à In Salah, tenues dans plusieurs wilayas du Sud, c’est sans doute la prise de position de plusieurs scientifiques qui marque un tournant, ce samedi 10 janvier.

Lire la suite

Grèce : tout ça pour ça !

Posté le Mercredi 7 janvier 2015 | Commentaires fermés

Après les multiples plans de sauvetages (sic) qui n’ont absolument servi à rien, voici que l’Allemagne parle de sortie de la Grèce de la zone Euro ! On commence à en avoir vraiment marre d’avoir toujours raison ! Des centaines de milliards d’euros ont été injectés pour en arriver à cette situation risible qui prouve encore une fois que ces politiciens sont des pitres irresponsables.

grece_au_bord_de_faillite_9910_hdLa question d’une sortie de la Grèce de la zone euro refait surface. A trois semaines des élections législatives dans le pays, prévues le 25 janvier, la chancelière allemande, Angela Merkel, a semé le trouble au sein même de sa majorité en appuyant un tel scénario en cas de victoire de la gauche radicale. Impossible, a répondu la Commission européenne lundi 5 janvier.

Acte 1 : selon la presse, Merkel plaide pour une sortie de la Grèce de la zone euro

« Le gouvernement allemand juge quasiment inévitable une sortie [de la Grèce] de la zone euro, si le chef de l’opposition Alexis Tsipras [président du parti de la gauche radicale Syriza] dirige le gouvernement après les élections, abandonne la ligne de rigueur budgétaire et ne rembourse plus les dettes du pays. » C’est ce quécrivait, samedi 3 janvier sur son site internet, l’hebdomadaire Der Spiegel (en allemand), s’appuyant sur « des sources proches du gouvernement allemand ».

Pour les médias allemands, la chancelière et son ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, (tous deux membres du parti conservateur CDU) tentent de faire pression sur les électeurs grecs et sur Alexis Tsipras lui-même, au moment où Syriza est donné en tête dans les sondages, comme le rapporte Euronews. Le parti de Tsipras n’entend pas quitter la zone euro, mais réclame la fin des politiques d’austérité aux conséquences sociales dramatiques. Trois millions de Grecs, soit plus d’un habitant sur quatre, n’ont plus de couverture santé.

Lire la suite
12345102030