Costumes de Fillon : « J’ai appuyé sur la gâchette », confie Robert Bourgi

robert-bourgi-jpg


Par ces confidences, Robert Bourgi prouve qu’il a essayé d’acheter le candidat à la présidentielle François Fillon. Ses cadeaux luxueux n’étaient pas du tout amicaux et dénués d’arrière pensée. Il voulait par ces costumes Arnys pouvoir accéder plus simplement et directement au futur président de la France et c’est ce qui est justement interdit par la loi.


Dans une interview pour « Complément d’enquête », l’avocat explique comment l’attitude du candidat de la droite l’a amené à révéler ses cadeaux pour « se le payer ». 

C’est l’une des affaires qui avaient plombé la campagne présidentielle de François Fillon. Robert Bourgi, avocat de la Françafrique, avait révélé avoir offert deux costumes pour un montant de 13 000 euros, payés en partie en liquide, au candidat de la droite « pour sa victoire à la primaire ». Dans une interview accordée au magazine de France 2, Complément d’enquête , Robert Bourgi est revenu sur ces cadeaux et sur leur révélation dans la presse.

« François Fillon était un ami », commence-t-il. L’histoire débute avec un petit déjeuner au Ritz, « il aime bien ces petits endroits assez chics (…) bien entendu, c’est moi qui ai réglé, je ne l’ai jamais vu régler une note ». Durant ce petit déjeuner, François Fillon lui annonce qu’il va gagner la primaire et qu’il sera président de la République. L’avocat se dit alors, « je sais qu’il aime les vêtements d’Arnys, je vais lui offrir deux costumes. Mais il ne le savait pas », précise-t-il. Après la victoire de l’ancien Premier ministre contre Alain Juppé, Robert Bourgi se rend chez le tailleur pour faire réaliser, et payer, les costumes.

« 5 minutes »

Sur les raisons qui l’ont poussé à révéler ces cadeaux, Robert Bourgi avance d’abord un texto qu’il envoie à François Fillon après sa victoire à la primaire pour lui demander « 5 minutes ». Un message qui ne reçoit « aucune réponse ». Quatre mois plus tard, après une relance, celui qui est à présent candidat à l’élection présidentielle lui répond avoir « la tête sous l’eau » et « n’avoir pas le temps de [le] voir ». Robert Bourgi est blessé : « Comment cet homme peut-il se comporter avec moi comme ça ? Vous savez, ça travaille. (…) Et j’ai appuyé sur la gâchette. »

Se défendant d’avoir agi comme un homme déçu, Robert Bourgi cite aussi une deuxième raison pour justifier ses révélations : « Il a été ignoble avec Sarkozy (…) qui touche à Sarkozy me touche. » Il raconte un déjeuner avec l’ancien président de la République où il lui annonce vouloir « se payer » François Fillon. En effet, Robert Bourgi a été aussi échaudé par le revirement de François Fillon sur sa promesse de retirer sa candidature en cas de mise en examen. « Tu vas le faire, Robert ? » lui demande Nicolas Sarkozy à la fin de ce déjeuner. « C’est comme si c’était fait – Alors, il ne sera pas président », conclut Nicolas Sarkozy. L’entourage de ce […]


6médias / Le Point

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)