Crise dans le Golfe : le Qatar sous la menace d’une intervention militaire saoudienne !

Partager

soldats_camouflés


Il fallait bien que ces 350 milliards de dollars de contrats d’armement achetés à Donald Trump il y a à peine quelques jours servent à quelque chose. Quant à la Turquie qui annonce envoyer des troupes pour défendre son ami le Qatar, elle ne fait que confirmer ce que l’on pense déjà d’elle et de son soutien au terrorisme daechien ! Nous allons passer sur le fait que toutes ces manœuvres militaires bellicistes contre un pays musulman se font en plein mois de ramadan, ce qui est un comble ! Ces gens ne respectent absolument rien.

Pour finir, rappelons que la Saoudie maudite n’a jamais bougé le petit doigt pour libérer la Palestine qui est juste à côté d’elle ; elle n’a jamais menacé l’entité sioniste scélérate de quelque manière que ce soit mais elle se retrouve aux premières lignes dès qu’il s’agit de bombarder des populations civiles musulmanes comme au Yémen ou maintenant le Qatar ! Un proverbe anglais explique que pour élucider une affaire criminelle il suffit de suivre où va l’argent (Follow the money) ! Dans le cas présent, afin de découvrir qui dirige les nations musulmanes, il suffit de suivre et de déterminer où tombent les bombes (Follow the bombs) !


Riyad n’hésite pas à laisser planer la menace d’une action militaire contre son voisin.

En réaction, la Turquie annonce l’envoi de troupes pour réaffirmer son alliance avec Doha.

Est-ce que l’Arabie saoudite pourrait être amenée à prendre des mesures militaires contre le Qatar ? “J’espère que nous n’en arriverons pas là”, a indiqué le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Al-Jubeir, lundi 5 juin, rapporte le quotidien saoudien Arab News. Autrement dit, le scénario d’une intervention de l’armée pour faire renter le petit émirat dans le rang n’est pas totalement écarté.

Comme pour mieux préparer l’opinion arabe à une telle éventualité, les médias saoudiens entretiennent l’idée qu’il faudrait d’urgence sauver le Qatar des griffes de l’Iran, le grand ennemi des Saoudiens dans la région. À en croire la grande chaîne d’information saoudienne Al-Arabiya par exemple, l’émir du Qatar, Tamim Al-Thani, serait d’ores et déjà l’otage des Iraniens : “Ce sont les Gardiens de la révolution iraniens qui protègent l’émir en son palais”, affirme le site de la chaîne.

“Mobilisation maximale”

À Doha, la menace semble être prise au sérieux. En effet, à en croire la CNN arabe,“l’armée du Qatar est en état de mobilisation maximale” : “les Américains auraient observé une activité croissante de l’armée qatarie […] dans le contexte de la crainte d’une intervention militaire à sa frontière avec l’Arabie saoudite”.

Un message d’Ankara aux Saoudiens

La réponse la plus spectaculaire toutefois vient de la Turquie de Recep Tayyip Erdogan. “Le Parlement d’Ankara décide l’envoi de troupes vers une base militaire turque au Qatar”, se félicite le quotidien qatari Al-Arab. Si cette décision est pour l’instant plus symbolique que réelle, le message adressé aux Saoudiens est néanmoins clair : Ankara maintient son alliance avec Doha et, si les Saoudiens étaient tentés d’envoyer des troupes et de vassaliser le Qatar, comme ils l’ont fait en 2011 à Bahreïn, dans un autre contexte – mais là encore en faisant valoir le danger iranien –, le prix à […]


Philippe Mischkowsky – Courrier International 
VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)