Des archives du Goulag ont été détruites par la Russie, selon un historien

Partager
emblême russe

PHOTO ARCHIVES / AGENCE QMI


Que peuvent-ils bien faire d’autres si ce n’est cacher ce passé honteux, ce passé criminel fratricide qu’ils doivent au communisme qui rappelons-le était là pour mettre, soi-disant, fin à l’injustice du tsar en le remplaçant par des criminels sanguinaires qui ont tué des dizaines de millions de personnes pour asseoir leur pouvoir. N’oublions pas que Vladimir Poutine était un agent du KGB et qu’il ne peut que valider cette destruction d’archives, car selon lui, parler de l’histoire sombre de la Russie moderne ne peut que l’affaiblir !


La Russie a ordonné la destruction d’archives comprenant des informations sur des prisonniers du Goulag, a appris par hasard un historien russe, provoquant des réactions outrées des défenseurs des droits de l’Homme.

Sergueï Proudovski, un chercheur spécialisé dans les camps de travail soviétiques de l’Extrême-Orient russe, a expliqué vendredi à l’AFP avoir découvert « totalement par hasard que des fiches d’immatriculation (de détenus du Goulag) ont été détruites » dans la région de Magadan, où avaient été ouvertes nombre de ces installations concentrationnaires dans lesquelles la mortalité était particulièrement élevée.

« J’ai fait une demande : j’étais intéressé par le destin d’une personne et voulais savoir si elle avait survécu aux camps. J’ai découvert qu’il existe un ordre interne » de destruction de ces fiches d’immatriculation, a-t-il déclaré au téléphone.

Dans sa réponse à M. Proudovski, l’antenne locale du ministère de l’Intérieur explique que ces fiches d’immatriculation sont désormais stockées pour une durée limitée, conformément à des instructions données aux autorités locales, aux services de sécurité (FSB, issu de l’ex-KGB) et aux agences gouvernementales disposant d’archives soviétiques.

Ces fiches enregistrent les éléments sur les prisonniers du Goulag, concernant notamment leur entrée dans les camps, leurs éventuels transferts et la date de leur libération ou de leur mort.

Sergueï Proudovski a transmis cette réponse au Musée du Goulag à Moscou, inauguré en 2015, qui a lui-même alerté le Conseil pour les droits de l’Homme auprès du Kremlin, un organe consultatif.

Le président de ce Conseil, Mikhaïl Fedotov, a déclaré à l’agence de presse Ria Novosti que la destruction de ces fiches serait « barbare » et a dit espérer qu’il s’agissait d’« une erreur ».

« Nous avons appris cela en recevant la lettre de Sergueï Proudovski. C’est un document à usage interne, non publié », a déclaré à l’AFP Alexeï Makarov, de Mémorial, la plus ancienne organisation russe de défense des droits de l’Homme.

« Il est impossible de savoir à quelle échelle ceci a eu lieu », a-t-il ajouté, notant que si des destructions massives ont été organisées, « cela rendra notre travail plus difficile ».

Un chercheur du musée du Goulag, Alexandre Makeïev, a déclaré à l’agence de presse Interfax que le problème n’avait été jusqu’a présent observé qu’à Magadan et que le musée cherchait désormais à savoir si d’autres régions russes étaient concernées.

Le travail de mémoire reste difficile en Russie plus de 80 ans après l’apogée de la terreur stalinienne, qui a fait des millions de victimes, des personnes exécutées, envoyées au Goulag, déportées dans des régions insalubres ou ayant succombé à la famine.

Les autorités russes, Vladimir Poutine en tête, ont été souvent accusées de chercher à minimiser les aspects les plus sombres du passé soviétique au nom de l’unité nationale.


Le Journal de Montréal [JDM] / AFP

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)