Félonie Nationale #3 : pour en finir avec l’escroquerie du Front National !


Cette nouvelle vidéo s’inscrit dans la continuité des deux précédentes, réalisées et mises en ligne en août 2014 et juin 2015, intitulées Félonie nationale 1 et 2 et censurées, en leur temps, par le site E&R, une structure satellite du FN dont l’un des fondateurs est précisément Philippe Péninque. Elle se veut être une mise à jour, expliquant clairement que le FN version rose marine n’est plus que l’ombre du parti historique fondé par Jean-Marie Lepen, se proclamant jaloux de son indépendance et attaché à la patrie et à la tradition chrétienne. Ce parti a été infiltré par de nouvelles têtes, toutes issues de la maçonnerie, du lobby LGBT, ou d’autres obédiences. On y trouve même des agents à la solde de l’étranger (CIA et Mossad). D’ailleurs, une extraordinaire révélation vient d’être faite concernant le financement du FN. On apprend qu’en France, le financement d’un parti politique par une personne morale peut être incriminé, mais non puni. Une faille juridique mise en place par la mafia UMPS au pouvoir pour créer ces structures appelées « micro partis ». Le FN en tant que parti de l’opposition s’est engouffré dans cette brèche au lieu de la dénoncer et la combattre, au nom justement des valeurs saines et patriotiques qu’il prétend incarner ! Qu’en est-il de l’accusation tant galvaudée d’antisionisme voire d’antisémitisme ? Il n’est qu’à voir la proximité de Philippe Péninque, l’ex-activiste et responsable du GUD et de Jean-Claude Nataf de la Ligue de défense juive pour être définitivement édifié sur cette question. Il en est de même de l’éviction extraordinaire du vice président du parti, François Jalkh, remplacé dare dare par Steeve Briois, au prétexte qu’il aurait tenu des propos négationnistes. Encore une fois, le FN rose marine n’est pas un parti d’opposition ; c’est un parti comme les autres, « rangé des voitures » et totalement soumis au système. C’est bonnet blanc, blanc bonnet.

D’aucuns nous diront que ne pas soutenir Marine Le Pen reviendrait à faire élire, à la présidence, un bankster de chez Rothschild. Ah bon ? Première nouvelle ! Les hommes de la haute finance tiennent le pays depuis plus de deux siècles maintenant ; il n’y a donc aucune urgence de ce point de vue, dans le cas présent. La France croule sous une dette colossale de 2500 milliards d’euros qu’elle ne pourra matériellement jamais rembourser ; pourtant, certains font semblant de croire que Macron est le seul architecte et responsable de ce chaos ! Secundo, le sort de Babylone ne nous intéresse guère d’autant qu’il nous est connu. Que certains continuent à croire qu’un sursaut soit possible défie la raison et l’entendement, car on se demande bien comment et avec qui ce sursaut pourra-t-il se produire ? Quel peuple ? Rappelons également que non seulement il n’y a plus de pouvoirs politiques en Occident, que ce ne sont même pas les multinationales qui commandent, mais les mafias comme la Cosa Nostra, la Camorra, la N’drangheta… qui se partagent les milliards d’euros des marchés publics européens, en arrosant au passage tout le personnel politique corrompu. Un juge marseillais a même affirmé à un journaliste qu’il serait d’utilité publique de ne plus voter*, tellement la corruption a gangrené tout le système !

Il n’est donc pas question ici de combat politique au sens où on l’entend habituellement, mais de réflexion intellectuelle et de combat personnel sur soi-même, en vue du salut de l’âme de chacun d’entre nous, rien d’autre. Il n’est pas question ici non plus de faire des choix par défaut, des choix sentimentalistes ou émotionnels, guidés par la peur, mais de décrire et analyser une situation complexe pour en extraire les enseignements.

Cette vidéo fait donc le point sur le Front National et ses nouvelles recrues : G. Collard, R. Ménard… mais également J.-M. Le Pen, Marine, L. Aliot ou F. Philippot et son frère Damien. Il est évident que le parti a été infiltré par la maçonnerie et le lobby gay (ce qui est la même chose au passage) au même titre que l’UMPS d’ailleurs. Il est aujourd’hui très loin de ce qu’il disait être hier. C’est donc à une véritable trahison des cadres de ce parti envers le parti lui-même, que nous assistons. C’est aussi bien sûr une trahison envers les militants et adhérents qui, de bonne foi, croient voter pour une alternative sérieuse au système actuel. Les faits sont là, nombreux et irréfutables, ce qui nous fait dire que nous sommes, non pas en présence d’un Front national, mais face à une Félonie nationale. Pour le reste et en toute connaissance de cause, il appartient à chacun d’en tirer les conséquences…




  • Marseille, le roman vrai de Marie-France Etchegoin, p. 114.
VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)