Folie : il a 18,34 de moyenne au bac mais est recalé à la fac par tirage au sort !

Manche : il a 18,34 de moyenne au bac mais est recalé à la fac


On peut dire sans risquer de se tromper que c’est bien la fin, du moins les dernières heures d’une civilisation sublime qui s’est lamentablement plantée et nage en plein ridicule à mesure que le temps passe. Ce serait bien d’envoyer ce garçon faire de la mécanique auto ou de la plomberie même s’il est fait pour fabriquer des satellites ou des avions du futur… Ainsi va le ministère de l’abrutissement national, l’arme la plus puissante de subversion et de destruction massive jamais fabriquée. Merci à la franc-maçonnerie qui gère ce ministère d’une main de fer depuis 2 siècles maintenant.


Fan de handball, Titouan Le Pelley, ancien élève du lycée Julliot de la Morandière de Granville (Manche) souhaitait intégrer une fac de STAPS à Caen (Calvados).

Après avoir obtenu, le mercredi 5 juillet 2017, son bac S avec mention très bien, le jeune homme se retrouve sur liste d’attente pour son admission à la faculté. Quand il s’agit de handball, Titouan Le Pelley est un indéboulonnable. À 17 ans, ce jeune de Granville (Manche) est au gymnase pour s’entraîner environ 10 heures par semaine. En plus d’évoluer avec l’équipe senior de Nationale 2, le jeune homme est aussi arbitre et coach dans les petites catégories.

18,34 de moyenne au bac

Après le lycée, c’est donc tout naturellement que le garçon a souhaité s’orienter vers une licence de STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) à Caen (Calvados). Excellent élève, Titouan était persuadé que son admission ne poserait aucun problème. Sauf que voilà : après avoir décroché son bac scientifique, le mercredi 5 juillet 2017, au lycée Julliot de la Morandière, avec mention très bien et une moyenne générale de 18,34, le garçon n’est même pas sûr de pouvoir intégrer la filière qu’il convoite.

Admissions sur tirage au sort

« Au début de l’année 2017, j’ai déposé des demandes via un portail internet qui permet à chaque élève d’entrer ses vœux pour son parcours d’études après le lycée. J’ai mis une Fac de physique et les STAPS à Caen, Rennes, Bordeaux… » rapporte Titouan. Plus tard, le Granvillais a été informé qu’il était sur liste d’attente dans toutes les facultés. Comme l’explique son père, Olivier: « Cette année, à cause d’un nombre de demandes plus important que le nombre de places, l’inscription se fait sur tirage au sort. Les notes n’entrent pas en ligne de compte et la liste des admis se fait par informatique.« 

« Il est tellement motivé qu’il était prêt à redoubler sa terminale »

« J’étais un peu déçu quand j’ai appris la nouvelle. J’avais fait plusieurs salons de l’étudiant et on m’avait dit comment les choses fonctionnaient. Je connaissais les règles du jeu », rapporte le jeune homme qui ajoute: « Il ne faut pas être négatif. Ces tirages aux sorts permettent à des élèves qui ont de moins bonnes notes d’être admis malgré leur dossier. »

« Aujourd’hui, il faut reconnaître que Titouan est sur le carreau. Mais il est tellement motivé qu’il était prêt à redoubler sa terminale« , confie le père du jeune homme. Grâce à ses bonnes notes, le garçon fait partie des élèves éligibles au dispositif « meilleur bachelier ». Destiné aux lycéens les mieux notés de chaque filière, celui-ci permet d’obtenir des places prioritaires afin d’intégrer certaines écoles comme les grandes prépas, BTS ou IUT. Oui mais voilà: la filière STAPS n’est pas concernée par ce dispositif.

Un dernier ballottage est prévu le vendredi 14 juillet 2017 et Titouan saura à ce moment-là s’il peut ou non intégrer la fac de Caen en STAPS. « Si je ne suis pas pris, j’irai en licence de physique en attendant qu’une place se libère suite à des désistements en cours d’année« , note le garçon qui, avec […]


La Manche Libre

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)