Gang des camisoles : le forcené de la prise d’otages parisienne transféré en infirmerie psychiatrique

Partager


Voici encore une fois la preuve qu’il est très facile de manipuler des malades mentaux afin de leur faire faire des attentats terroristes. À moins que ce ne soit l’acharnement et le tapage médiatique qui suscitent des vocations, allez savoir. N’importe quel fou désireux d’attirer l’attention sur lui sait maintenant ce qu’il doit faire ; la part de responsabilité des médias est extrêmement importante dans ce cas précis.


Un forcené a retenu en otage deux personnes, durant quatre heures, dans un immeuble de la rue des Petites écuries, dans le 10e arrondissement de Paris, ce mardi après-midi.

Il a été interpellé et transféré à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police.

Les policiers de la brigade anticriminalité (BRI) ont donné l’assaut peu avant 20h. Selon les premiers éléments de l’enquête, « il pourrait s’agir d’un déséquilibré aux motivations encore floues », a expliqué une source policière. L’homme de 26 ans, né au Maroc et connu pour de la « petite délinquance », n’est pas fiché pour radicalisation islamiste, a indiqué mardi soir le ministre de l’Intérieur.

Gérard Collomb a décrit un « individu plutôt déboussolé psychologiquement parce qu’il faisait référence à des tas de sujets totalement différents ».

« Des négociations sont en cours » avec le preneur d’otage, précisait vers 17h30 une source policière. Rien ne permettait à ce stade, selon la préfecture de police de Paris, de relier cet événement à un piste terroriste.


Préfecture de police

Ne relayez pas de fausses rumeurs. Intervention de la @prefpolice en cours à suite à une prise d’otage.


Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour enlèvement et séquestration, violences avec arme, détention d’arme, menace de crime ou de délit, tentative d’homicide volontaire et le 2e district de police judiciaire a été saisi de l’enquête.

De l’essence et un couteau 

L’homme était retranché dans un local d’une entreprise au fond d’une cour de la rue des Petites écuries, connue pour ses bars et restaurants. En pénétrant dans le local après avoir entamé des négociations, les policiers ont repéré la présence d’essence et n’ont pas utilisé leurs armes, selon une source proche de l’enquête.

Le forcené tenait un couteau sous la gorge d’une femme prise en otage, qui était aspergée d’essence et la BRI a réussi à le maîtriser sans que la femme soit blessée, selon cette même source. L’autre personne retenue, un homme, avait été menotté, selon une autre source.

Un homme avait réussi à s’échapper avant que la BRI n’arrive sur place. Il a été légèrement blessé au cours d’un échange de coups, a précisé à l’AFP une source policière. Le preneur d’otage était resté à l’intérieur avec deux autres personnes.

Sur Twitter, Gérard Collomb a salué «le professionnalisme et la réactivité des forces de police et de secours, en particulier la BRI ».


@gerardcollomb

: l’individu a été interpellé et les otages sont hors de danger.
Je salue le professionnalisme et la réactivité des forces de police et de secours, en particulier la BRI de la @prefpolice et les @PompiersParis dont l’appui a été déterminant.


Anne Hidalgo a également rendu hommage aux forces d’intervention.


@Anne_Hidalgo

La prise d’otage rue des Petites écuries est terminée. L’individu a été interpellé. Les otages sont sains et saufs. J’adresse mes sincères remerciements aux forces de police et de secours, qui ont une fois encore démontré leur sang-froid et leur professionnalisme.


Plusieurs dizaines de personnes qui se trouvaient dans le périmètre ont été évacuées par les forces de l’ordre dans le calme.

Sur Twitter, témoins et journalistes ont partagé des images du secteur bouclé.


VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)