Ingérence et infantilisation : la mosquée de la Carpette récidive à Marseille !


Quel est le point commun entre les attentats terroristes, le 11/9, Dieudonné et l’Aïd el Kébir ? 


Nous allons vous conter aujourd’hui l’histoire rocambolesque d’une servitude volontaire et assumée, qui dure depuis plus de trois décennies. C’est une histoire digne de science-fiction qui risque de choquer beaucoup de monde, du moins les hommes dignes.

À l’occasion de la dernière grande fête de l’Aid à Marseille, le jeudi 14 septembre 2017, l’imam de la mosquée de la Carpette, pardon c’est la Capelette, Monsieur Béchir Dahmani a invité les représentants de l’État (maire de Marseille, présidente du département, le préfet de région) ainsi que les représentants des autres cultes, dont le patron du très sioniste Crif local, Monsieur Bruno Benjamin. On ne savait pas que le Crif était un représentant de culte ! On y reviendra.

aid-mosquée-capelette-sept-2017-2

Mme Martine Vassal.

Nous vous invitons à écouter les 23 minutes de la vidéo ci-dessus et de reprendre ensuite la lecture de ce texte. D’emblée, Madame Martine Vassal commence très fort  en affirmant être attachée à la liberté religieuse, brossant un tableau idyllique de la cité phocéenne ouverte aux cultes… bla bla bla ! Croit-elle vraiment que l’on ait oublié le retentissant échec de la Grande mosquée de Marseille ? Que l’on ait oublié l’annulation de la grande fête de l’Aïd et de l’abattage de Saint-Louis ? Que l’on ait oublié les misérables lieux de culte musulmans marseillais très souvent situés dans des caves insalubres ? Elle enchaînera ensuite sur la nécessité de « jouer collectif » car ajoute-t-elle, « il y aurait beaucoup de tension dans notre société » et les « dérives communautaristes nous empêcheraient de bien vivre ensemble » ! Est-ce raisonnablement le lieu et le moment d’aborder cette problématique ? Elle parlera même de « citoyenneté » et de « devoir de mémoire » auquel elle se dit très attachée ! Franchement, quel est le rapport intellectuel avec la fête de l’Aïd ? Elle finira même par cette phrase mémorable : « Merci de respecter les règles de la république » ! Ce qui n’empêchera pas l’assemblée de l’applaudir chaleureusement, ce qui est encore plus humiliant.

Si vous estimez que les mots prononcés étaient hors sujet et qu’il sont la marque d’un manque de tact évident, c’est que vous n’avez pas encore écouté Jean-Claude Gaudin s’exprimer à partir de la minute 6. C’est le strike, le jackpot, le quinté + dans l’ordre ! Il va nous sortir le discours classique et routinier de Marseille » ville mosaïque ». De l’importance du « dialogue » et du « renforcement du lien au quotidien »… bla bla bla ! Que lui, a réalisé l’Arbre de l’espérance qu’il l’a envoyé à Shanghai et à Alger ! À la minute 7:20, il se dit fier d’avoir poursuivi le travail du groupe « Marseille Espérance ». Réunion de tous les représentants de cultes marseillais dont personne n’ignore que c’est une coquille vide qui n’a jamais rien produit de sérieux, ni d’utile. Créé de toutes pièces par son préposé au culte, Salah Bariki, le groupe « Marseille Espérance » se réunit une fois par an et encore ! Très curieuse et malsaine introduction de la part de Jean-Claude Gaudin. C’est comme s’il se savait raciste et islamophobe, qu’il savait qu’on le savait et qu’il fallait qu’il tînt ce discours – un discours mécanique – pour ne rien laisser paraître et faire semblant de ne pas l’être ! Est-il utile de rappeler ici que c’est bien lui qui avait dit  qu’il n’y aurait jamais de grande mosquée à Marseille ; à Marrakech pourquoi pas, mais pas Marseille !


mosquée-marseille-à-marrakech-gaudin


aid-mosquée-capelette-sept-2017-9Si vous pensez là encore que ce qui a été dit est lamentable, il va falloir attendre la suite car elle est bien plus spectaculaire. Monsieur Jean-Claude Gaudin abordera la problématique sécuritaire en parlant de « menaces d’attentats aveugles », affirmant qu’il dénonçait les assassinats. Il dira que « rien ne justifie la barbarie » et présentera ses « sincères condoléances aux familles des victimes ». Encore une fois quel est le rapport intellectuel entre le rappel de tous ces faits négatifs et monstrueux et cette journée festive de l’Aïd el Kébir. Sidérant ! Il parlera même de l’effondrement des tours de New York en 2001 ! Il osera même affirmer que lui ne mélange pas les choses, qu’il ne fait pas d’amalgame tout en en faisant quand même depuis de longues minutes !!! Concernant l’échec du projet de la Grande mosquée de Marseille dont il est l’unique responsable, il osera imputer au Front national une partie de cet échec (technique connue, dite du croquemitaine !). En rappelant en outre, d’une manière perfide, que si le projet a échoué c’est à cause du désaccord entre les membres de la communauté musulmane, alors que nous savons tous que c’est bien le bureau de la municipalité qui en est l’entier responsable (dirigé par Salah Bariki). Il parlera ensuite de permis de construire et de zones inondables !!! C’est à ce moment précis que l’on se pose des questions sur sa santé mentale ! Quel est le rapport avec cette journée ? C’est un peu comme si pendant les fêtes de Noël il venait à tenir pendant les 10 bonnes minutes, un discours sur la gravité des accusations de pédophilie portées contre l’Église, sur le silence complice du cardinal Barbarin… ! Pour prendre un autre exemple, c’est comme si pour les fêtes religieuses bouddhistes, il parlait des massacres des Rohingyas pendant de longues minutes ! Pire encore, pendant la prochaine cérémonie de vœux pour Roch Hachana du 25 septembre à la Grande Synagogue de la rue Breteuil, que les maire, la présidente du département et le préfet parlent aux fidèles du traitement inhumain et raciste que réserve l’entité sioniste scélérate aux juifs falashas ou tout simplement son implication avec les groupes djihadistes en Syrie…


Y a-t-il une seule personne sachant ce que veut dire le mot « fête » dans cette assemblée ?


les-baron-yana-gueriniRappelons qu’à Marseille, pendant que Monsieur Clément Yana, ex président du Crif, arrive à construire des synagogues de manière totalement illégale, de surcroît avec l’argent du contribuable, une communauté de 300 000 musulmans n’arrive même pas à décrocher une banale autorisation pour la construction d’une mosquée digne de ce nom ! Monsieur Jean-Claude Gaudin et Madame Martine Vassal trouvent ce paradoxe tout à fait normal. La cour des comptes l’a signalé, la presse locale en a parlé, c’est passé à la télé, ça a été repris dans les livres consacrés à Marseille et pourtant aucune enquête n’a été ouverte. Nulle condamnation en justice n’a été relevée !

Mais comme la folie n’a pas de limite, Monsieur Jean-Claude Gaudin va parler d’un artiste trublion à qui il interdit de se produire à Marseille, tout en avouant qu’il va certainement perdre son action devant le tribunal administratif. Tribunal administratif qui accordera à Dieudonné des dommages et intérêts payables avec l’argent de nos impôts, le tout au terme d’une publicité gratuite retentissante et inespérée, à l’échelle nationale ! En somme, Monsieur Jean-Claude Gaudin avoue devant le préfet de région qu’il commet un délit, un abus de droit, un abus d’autorité et il en est même très fier. C’est normal, ce n’est pas lui qui paiera les pots cassés. Encore une fois, l’assemblée présente applaudira sans retenue et sans discernement !!!

Viendra ensuite le tour du préfet de région qui débutera son discours à la minute 13:30. On ne peut quasiment absolument rien reprocher à ce discours très humain, très chaleureux mais dans la même veine que ceux qui l’ont précédé puisqu’il parlera des 86 morts de l’attentat de Nice, de Paris, de Saint-Denis, de Toulouse ou de Barcelone. Que « chaque jour des attentats sont déjoués »… Encore une fois, quel est le rapport intellectuel avec les « festivités » auxquelles il a été convié ! Y a-t-il une seule personne sachant ce que veut dire le mot « fête » dans cette assemblée ?

crif-gaza-marseille-2009Mais là où ça devient vraiment insultant, c’est lorsque les responsables de la mosquée de la Carpette, la famille Dahmani père et fils (Ali et Mohamed) vont inviter pour une raison que l’on ignore le responsable du Crif Marseille-Provence, Monsieur Bruno Benjamin. Vous n’êtes pas sans ignorer que le Crif est une succursale sioniste qui soutient les crimes innombrables des gouvernements successifs israhelliens. Il suffit de faire un tour sur leur site Internet pour s’en convaincre. Ils passent leur temps à importer le conflit palestinien en France, tout en pleurnichant à longueur de journées et en criant à l’antisémitisme. Ils ont même osé se prêter à cette turpitude lors du bombardement criminel de Gaza qui a commencé fin décembre 2008 et a fait plus de 1300 morts, alors qu’israhell bombardait les populations civiles à coups de bombes à uranium appauvri faisant exactement 1315 morts palestiniens contre 13 morts israhelliens ! Un rapport de 1 contre 100 ! Mais même un rapport aussi choquant ne suffit pas à faire taire les sionistes marseillais qui se sentent obligés de manifester leur soutien à l’entité sioniste scélérate, et parmi eux, il y a bien sûr le Crif local ainsi que le rabbin Ohana présent à la mosquée de la Carpette. Aussi, est-il logique et légitime de s’interroger sur la nature du rapport entre la guerre de Gaza de 2009, les pillages et la colonisation de la Palestine, et l’antisémitisme toujours mis en avant et brandi comme une arme de dissuasion ?


crif-communique-jerusalem-yana


On imagine que l’année prochaine, pour ne pas changer, il y aura Hassen Chalghoumi, Marek Halter et Habib Meyer… In fine, après avoir passé en revue ce moment ubuesque de la politique locale marseillaise et de la gestion du culte musulman, nous vous saurions gré de ne plus nous parler d’ingérence de la part des autorités ou d’avancer une quelconque autre explication oiseuse, car s’il y a bien des coupables et des responsables de cette faillite sans nom, ce sont  les musulmans eux-mêmes et ils en porteront la lourde responsabilité.


Ce diaporama nécessite JavaScript.

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)