La bourse de la vie, par LBE

isis-daech


La vie à l’instar du cours des devises n’a pas la même valeur que l’on se trouve en Occident ou ailleurs dans le monde ! Le coût de la vie (humaine) est moins élevé en Afghanistan qu’aux USA, en Europe ou au Japon. Le taux de change leur sera toujours défavorable. Il est donc normal que l’on ne s’indigne pas quand 103 Afghans se font massacrer.

Inutile d’attendre l’indignation mondiale avec des slogans marketing tel que « Je suis Kaboul » . Cela ne fait pas partie de l’indice CAC40 du cours de la vie. Sur ce marché de dupes où la vie humaine est indexée sur l’origine et la religion des personnes, celle du musulman n’a aucune valeur. Sa cote ne fait que baisser, inexorablement. Tantôt 103 morts à la fermeture de la bourse de Kaboul, un autre jour c’est 74 morts à Bagdad, quand ce n’est pas 75 morts à la bourse de Deir Ezzor en Syrie. Les investisseurs inhumains, dont la confiance est logiquement rompue, se reportent systématiquement vers les placements refuges. Dans ce registre c’est le blanc caucasien qui tient toujours la cote. C’est une valeur sûre, stable et qui dure dans le temps. Ainsi l’investisseur sera plus affecté s’il venait à perdre des points de valeur (humaine) sur son investissement comme ce fut le cas ces dernières années à Nice, Berlin ou Londres.

En définitive les Arabo-musulmans et tout ce qui est de couleur foncée n’ont que peu, voire aucune valeur aux yeux des capitalistes « droits-de-l’hommistes » qui ont façonné ce monde. Tout est logique donc !

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)