La terre plate, torpille anticomplotiste, par Pierre Dortiguier

Chroniques-Dortiguier


terre-plate-dortiguier-llp


La terre plate, torpille anticomplotiste


Il ne sert de rien de donner des noms de partisans et de polémistes, encore moins de se livrer à des attaques ad hominem, comme nous y invite une époque terrorisante, dans laquelle le Diable lui-même est habillé en exorciste !

Dans notre dernier séjour printanier en Tunisie, nous avons eu vent d’une thèse présentée à Sfax par une mathématicienne sur ce thème anticopernicien de la terre immobile et plate et mettant en cause la forme enseignée de la gravitation ; ce qui a causé quelque émoi dans l’administration tunisienne.

Les circonstances dans lesquelles cette nouvelle nous fut communiquée, qui était la tenue d’un colloque sur le mythe, du reste fort bien conduit, avec des collègues de Toulouse, de Lyon et de la Martinique, un professeur de l’ethnie Peuhl et combien d’Algérie et de la vaillante Tunisie pareille à elle-même, avec sa volonté féminine de science, traversant le désert de l’actuelle fausse révolution qatarisée, – cette Tunisie que nous connûmes au dernier temps du Président Habib Bourguiba formé au modèle de l’autorité italienne -, éclairent la question même de la terre plate : l’on peut en effet, et c’est notre avis partagé heureusement par plusieurs jeunes bons esprits, et un auteur aussi prestigieux que l’illustre érudit et consciencieux Gernot L. Geise (né en 1945) en Allemagne qui y a consacré plusieurs ouvrages solidement argumentés et fort bien illustrés – douter ou mieux réfuter l’existence des voyages Apollo, et en premier l’alunissage. Il faut renvoyer à deux ouvrages qui n’ont point leur équivalent en France : Le côté sombre d’Apollo, Die dunkle Seite von Apollo, éditions Efodon, Michaëls-Verlag, 2002, 350 pp. et Les ombres d’Apollo, Die Schatten von Apollo,  366pp., Efodon etc., 2003. Ces deux ouvrages allemands traitent des falsifications des atterrissages lunaires.

Nous entendîmes parler à Bruxelles, dans le dernier quart du siècle dernier, d’un illustre physicien, bon catholique, du nom de Streel, comme le militant chrétien fusillé en 1946, et sauf erreur de mémoire, doyen de la faculté des sciences de Liège et ayant industriellement la responsabilité de près de 100.000 personnes, lequel déclarait l’impossibilité de pareille entreprise. Cette opinion  formulée l’année même de l’exécution du programme de la NASA avait été suivie en 1976 de témoignages d’employés de cette organisation, que l’on peut consulter dans l’opuscule anglais de 87 pp. : We never went to the Moon America’s Thirty Billion Dollar Swindle. https://docs.google.com/file/d/0B8UchaXa0-w5eElFZWNWanMzNmc/edit.

On y apprend que les pilotes, durant le voyage, s’amusaient avec des filles légères à Las Vegas en regardant leurs exploits supposés sur l’écran de télévision, ce qui coûta la vie aux bavardes !

Notre cher interlocuteur et ami bruxellois, Pierre Moreau, d’un catholicisme strict que l’on désigne par les mots latins de tenant de l’idée du « siège vacant », sede vacante, de la papauté, me convainquit très tôt de ce mensonge médiatique qui n’avait rien d’un complot, mais relevait, à ses yeux perspicaces, d’une expérimentation sociale pour mesurer le degré de crédulité populaire, entendant par ce dernier terme les nouvelles générations mal instruites et déshabituées à raisonner, et auxquelles les outils scientifiques, en comprenant par là la logique générale ou art de penser font défaut. L’on apprend en effet à suivre ou à contester une idéologie et non point à vérifier par soi-même, grâce à un pouvoir inné de discernement. Penser n’est pas s’informer, mais juger. Pierre précisait aussi que l’ingénieur von Braun, que les médias se plaisent à salir et présenter comme l’imposteur scientifique et instigateur du Moonfake, de l’escroquerie lunaire, n’avait point signé le protocole de l’entreprise lunaire.


Nous couper de l’univers, tel est le vrai complot, faisant du Créateur un geôlier nous observant sous la calotte de verre !


La prétendue thèse de la terre plate ne fait point reposer la terre immobile sur un socle mais la tient, suspendue dans le vide, sous cloche avec des décorations lumineuses, comme la fête juive de décembre sur laquelle l’on dit que Poutine sait dire des choses fort intéressantes ! L’absurdité de cette proposition est un test psychologique. La question n’est plus de savoir pourquoi dans l’hémisphère austral l’on va en avion d’un point à un autre en passant par le Golfe Persique. Le soleil et la lune sont des lampadaires et tous nos points lumineux et les amas visibles de la voie lactée des peintures aussi esthétiques que celles de l’art du XVIIe siècle de notre ère.

Les bédouins eux-mêmes sont invités à défendre cette thèse du tapis déroulé, le Wahabisme s’en mêle, et l’on en arrive à cette représentation, dans une vidéo « musulmane » d’un Empereur de Chine qui aurait sillonné les mers pour voir le coucher du soleil à Hawai et son lever aux Nouvelles Hébrides, non sans avoir empêché, en Australie, les Gog et Magog représentés sur les pierres locales en fourmis, de sortir de la terre creuse pour couvrir notre terre qui n’est plus planète.

Ainsi s’expliquerait, pour nos rusés directeurs de conscience, l’absence de voyages de la NASA, par impossibilité de franchir cette cloche à fromage posée sur le sol, et en revanche point de visiteurs du ciel apportant sur terre sa colonie de races diverses, comme des auteurs l’ont supposé, étant entendu que Kant n’a pas dédaigné, dans sa Théorie du Ciel ou Histoire générale de la Nature, d’évoquer la possibilité d’êtres dans l’univers, semblables à nous. Leibniz aussi !

La seule hypothèse qui s’impose est que certains milieux gouvernementaux et des manipulateurs de l’opinion ont tant mesuré l’importance d’internet, qu’ils veulent égarer les Wahrheitsuchenden, les chercheurs de vérité en leur donnant un os à ronger pour les discréditer devant la grande masse de ceux qui mendient leur intelligence au lieu de l’exercer par une étude méthodique, patiente et mesurée !

Le complotisme n’existe pas : le seul complot envisageable serait celui ourdi par des élites pour retrouver le sens aristocratique de la vie, mais les menteurs sont installés, ne craignant que d’être découverts, alors ils font porter l’attention sur des impasses intellectuelles, pour ne pas que l’on mette le doigt sur la plaie qui fait mal, sur ce qui, découvert d’eux, rendrait inutile et odieuse  leur présence .

La conception d’un monde artificiel, décrit comme machine diabolique faite en l’absence d’un Dieu qu’il s’agirait d’instruire des affaires de ce monde, à quoi s’emploient les ravs ou rabbins talmudiques, bref l’idée d’une matrice popularisée par le cinéma US et Hollywood sort de ces imaginations obscurantistes dont traite Descartes dans une lettre à son élève allemande – le pays des filles savantes sérieuses, comme nous en fîmes l’expérience dans une conférence de philosophie donnée autrefois par nous à Paris X, et où l’intelligence des auditrices danoises aussi n’avait que leur propre naturel et modestie pour rivale, ce qui tranchait sur les précieuses ridicules post-révolutrionnaires – Elizabeth Princesse Palatine. Notre philosophe lui écrit que si l’on s’imagine qu’au-delà des cieux il n’y a que des espaces imaginaires et que tous ces cieux ne sont faits que pour le service de la terre, on est enclin à entrer de façon impertinente  dans le conseil de Dieu et prétendre conduire avec lui les affaires du monde, ce qui entraîne une multitude de fâcheries. Nous citons de mémoire, mais le lecteur se rapportera à la Correspondance de l’aristocrate qui par ailleurs, convertit la reine de Suède et l’amena à prendre le voile religieux, au terme d’une vie héroïque et souvent aussi dissipée !

Tels ne sont point ceux qui prétendent instruire Dieu et conduire le monde ! Ce sont des chats qui tendent des pièges aux souris, la terre plate est une de leurs trouvailles, confiants qu’ils sont en la faiblesse humaine.

Nous achevons cet article en lisant un type de falsification récent, celui de la mise en scène de l’attaque au gaz en Syrie, à Shaykun, destinée à justifier le  bombardement récent du pays par les gens qui gouvernent l’Amérique et plus qu’elle. Il faut donc à ces menteurs, des détournements de l’attention qui soient une répulsion de toute idée de complot, et la fiction de la terre plate en est une, destinée aussi à nous faire oublier nos origines, comme le publie le même auteur cité plus haut Guernot L. Geise.

Nous couper de l’univers, tel est le vrai complot, faisant du Créateur un geôlier nous observant sous la calotte de verre !

Pierre Dortiguier

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)