Le groupe Trump négociait un projet immobilier à Moscou durant la campagne

Partager
trump_international_hotel

Le Washington Post a rapporté l’existence du projet de Trump Tower lundi. PHOTO AFP.


Le pire dans cette histoire c’est que personne ne peut en vouloir à Trump d’investir en Russie étant donné la mondialisation et la libre circulation des capitaux ! Le rêve de tous les grands patrons du CAC 40, du Nasdaq et de Wall Street est de vendre leur camelote partout dans le monde. Il est donc hypocrite et malvenu de le lui reprocher aujourd’hui. Par contre, le commerce ne peut pas prendre le dessus sur la politique surtout lorsque l’on est accusé pendant sa propre campagne présidentielle américaine d’être aidé par la Russie de Poutine ! Ça fait effectivement un peu tache…


Le groupe Trump a conduit des négociations pendant la campagne présidentielle américaine en 2015 et 2016 au sujet d’un projet de construction d’une tour à Moscou, selon plusieurs médias américains lundi.

LWashington Post a rapporté l’existence du projet de Trump Tower lundi, et de discussions via un intermédiaire du nom de Felix Sater à partir de septembre 2015, soit trois mois après la déclaration de candidature de Donald Trump.

Le milliardaire a nié à plusieurs reprises avoir eu le moindre intérêt économique ou financier en Russie, alors qu’une enquête tente de déterminer s’il y a eu collusion entre des membres de son équipe de campagne et la Russie, accusée par l’administration Obama d’avoir fomenté une campagne de désinformation et de piratage au détriment de la candidate démocrate Hillary Clinton.

L’avocat personnel du milliardaire, Michael Cohen, a confirmé ces négociations et ajouté, dans une déclaration au New York Times et à la chaîne ABC, que Donald Trump avait lui-même signé une lettre d’intention en 2015. M. Cohen aurait parlé trois fois du projet avec celui qui n’était alors que candidat aux primaires républicaines.

Michael Cohen... (AP) - image 2.0

L’avocat a confirmé également avoir contacté mi-janvier 2016 le porte-parole du président russe Vladimir Poutine, Dmitri Peskov.

« M. Sater a suggéré que j’écrive un message à Dmitri Peskov, le porte-parole du président russe, puisque la proposition aurait nécessité des autorisations du gouvernement russe et qui n’avaient pas été données », a déclaré M. Cohen, qui poursuit en expliquant que les autorisations n’ont jamais été données et que le projet a été abandonné moins de deux semaines plus tard, sans qu’il ne se souvienne avoir reçu de réponse à son message.

Felix Sater, immigré russe ayant grandi à Brooklyn et ayant fait de la prison pour avoir blessé un homme dans une bagarre de bar, et Michael Cohen sont décrits comme des amis d’enfance. M. Sater a travaillé avec l’organisation Trump pour divers projets immobiliers.

Des messages, rapportés par le New York Times, montrent que M. Sater vantait ses relations supposées avec M. Poutine et prédisait que le projet de Trump Tower Moscow serait politiquement gagnant.

« Notre homme peut devenir président des États-Unis et nous pouvons tout orchestrer », a écrit M. Sater. « Je vais obtenir le feu vert de toute l’équipe Poutine, je gérerai le processus ».


La Presse [Canada] / AFP

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)