Le Luxembourg est prêt à financer la fermeture de la centrale de Cattenom

Cattenom-luxembourg-nucléaire-danger2


C’est juste pour que vous compreniez la gravité de la situation en rapport d’ailleurs avec le témoignage posté hier sur notre site de Monsieur José Pluki. L’état des centrales est catastrophique et nul besoin d’une tempête spectaculaire pour que ça dégénère…


Le Premier ministre luxembourgeois a proposé à Manuel Valls une aide financière en vue du démantèlement de la centrale de Cattenom, toute proche de la frontière du Grand-Duché.

L’état des centrales nucléaires françaises n’inquiète pas seulement les Allemands. Le chef du gouvernement luxembourgeois a mis les pieds dans le plat dès le début de sa rencontre avec son homologue Manuel Valls, en visite le lundi 11 avril dans le Grand-Duché.

“Cattenom est un site qui nous fait peur”, a déclaré le Premier ministre Xavier Bettel. “Notre plus grand souhait serait que Cattenom ferme, car en cas de problème majeur là-bas, le Grand-Duché serait rayé de la carte.”

Fini les arguments liés à la sécurité, le Grand-Duché a décidé d’essayer de convaincre la France par le porte-monnaie”, rapporte le journal luxembourgeois Le Quotidien. Le Luxembourg serait “prêt” à offrir une aide financière à la France pour l’arrêt de cette centrale nucléaire vieillissante située au bord de la Moselle, à quelques kilomètres seulement de la frontière luxembourgeoise, mais aussi de l’Allemagne.

Promouvoir les énergies renouvelables

Si le démantèlement de Cattenom était programmé, le Luxembourg pourrait investir dans un nouveau projet, “dédié par exemple aux énergies renouvelables, en lien avec les autres partenaires de la Grande Région [les Länder de Sarre et Rhénanie-Palatinat, côté allemand]”, a indiqué Xavier Bettel.

“En Allemagne aussi, on demande régulièrement la fermeture [de Cattenom]”, souligne la Süddeutsche Zeitung qui rappelle que la sûreté d’une autre centrale française, également très proche de sa frontière, est mise en doute. Début mars, le quotidien bavarois révélait avec ses collègues de la WDR (l’audiovisuel public de Rhénanie-du-Nord-Westphalie) qu’un incident survenu en avril 2014 à Fessenheim avait été “bien plus grave” que ce qu’on pensait jusque-là.

“Désormais lesté d’un petit chèque, le lobbying luxembourgeois finira-t-il par payer ? se demande Le Quotidien. Rien n’est moins sûr, car les autorités nucléaires françaises ont récemment annoncé de nouveaux investissements visant à permettre à Cattenom de fêter son 40e anniversaire en 2026.”

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)