Les drôles de « business » du gendre de Guéant

Partager

C’est extraordinaire comme les choses se clarifient petit à petit…

« Le Point » publie deux embarrassants contrats pour le gendre de l’ancien secrétaire général de l’Élysée.
gueant-charki-2568752-jpg_2209925
Déjà englué dans plusieurs affaires, Claude Guéant pourrait être rattrapé par les imprudences de son gendre. Jean-Charles Charki, ancien banquier reconverti dans le conseil en 2010, aurait, d’après les documents en notre possession, profité de la position de son beau-père à l’Élysée pour faire fructifier son business.

Ainsi, dans le contrat que Jean-Charles Charki signe le 1er avril 2010 avec l’homme d’affaires libanais Johnny Saadé, il est question d’organiser une « prise de contact avec les autorités publiques pour leur communiquer la position du groupe Johnny Saadé et toute information à même de faciliter l’aboutissement du dossier ». Une mission à 150 000 euros qui, sous le couvert de conseils financiers, évoque un possible trafic d’influence.Rendement miraculeux
Quand « M. Gendre », fort de ses relations au sommet de l’État, ne joue pas les lobbyistes, on le retrouve comme investisseur dans d’étonnants placements. En septembre 2011, il rafle la mise en confiant 2,5 millions d’euros à un financier libanais. Grâce à un taux de rendement miraculeux de 17 %, Jean-Charles Charki empoche en deux mois un bénéfice de 425 000 euros.

Une plus-value sans prise de risque, puisque, dès le lendemain de la signature du contrat, le gendre de Claude Guéant reçoit un chèque de 2,9 millions d’euros à encaisser deux mois plus tard. Ce juteux profit, le fisc français n’en verra pas la couleur : l’opération passe en effet par une société logée dans l’émirat de Ras al-Khaimah, un micro-État réputé pour son opacité, qui n’exige ni droits de douane ni impôts sur les entreprises…

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 4.8/5 (21 votes)