Lettre du député Bernard Deschamps au directeur de l’Humanité à propos du MAK

Danny-Danon-Ferhat-Mehenni-et-Lyazid-Abid

Le chef du MAK Ferhat Mehenni et Lyazid Abid avec Danny Danon, ambassadeur d’Israël aux Nations-Unies.


La présence du MAK – mouvement subversif – à la dernière fête de l’humanité de la Courneuve est une preuve supplémentaire que les communistes sont les dindes de toutes les révolutions ! Leur politique est incompréhensible puisque chaotique. Hier ils soutenaient l’indépendance algérienne contre le colonialisme et aujourd’hui ils soutiennent un groupe de dégénérés financés par le sionisme israhellien ayant pour seul objectif de déstabiliser l’Algérie ! Comment peut-on franchement être aussi stupide et incohérent ?


LETTRE À L’HUMANITÉ À PROPOS DU MAK

25 septembre 2017

Bernard DESCHAMPS

Député du Gard 1978-1981, 1986-1988
Conseiller général 1982-2001
7 rue de Montaury
30900
NÎMES
E-mail : 
ab.deschamps@wanadoo.fr
Blog : www.bernard-deschamps.net                                                               

À

Monsieur Patrick LE HYARIC

Directeur de l’Humanité
5 rue Pleyel
Immeuble Calliop
93528
  SAINT-DENIS  cedex

     Monsieur le Directeur, cher Patrick,

   Je te confirme ma communication téléphonique avec Marc Berrus, ton secrétaire. J’ai été surpris et choqué de la présence d’un stand du MAK (Mouvement pour l’Autodétermination de l’Algérie) à la récente fête de l’Humanité à La Courneuve.

   En effet, il s’agit d’un mouvement d’extrême-droite qui, en 2014, est passé de la revendication de l’autonomie à celle de l’autodétermination et se prononce pour un État indépendant de la Kabylie. C’est une organisation séparatiste qui  complote pour déstabiliser l’Algérie avec l’aide de pays étrangers. Son fondateur Ferhat Mehenni (présent à la fête de l’Huma), avait été reçu officiellement le 20 mai 2012 en Israël et par la suite, au Québec, devant le Centre consultatif des relations juives et israéliennes, il avait appelé Israël à soutenir « les droits du peuple kabyle. »

   Tu n’ignores pas que ce fut à l’époque coloniale une constante de la France de susciter des mouvements séparatistes kabyles. Cette région est à juste titre attachée à sa culture dont la langue tamazight est d’ailleurs reconnue par la Constitution algérienne de 2016 (Chapitre I, article 3 bis) et son enseignement a été étendu aux écoles de 38 willayas pour l’année scolaire 2017-2018. Mais les kabyles qui  ont payé un lourd tribut pour l’Indépendance de l’Algérie sont majoritairement attachés à la Patrie algérienne.

   L’invitation de cette organisation est en contradiction avec la tradition éditoriale du journal qui pendant la guerre de libération, de 1954 à 1962, a été saisi à 27 reprises et fut l’objet de 150 poursuites, dont 49 pour « provocation de militaires à la désobéissance », 24 pour « diffamation envers l’armée » et 14 pour « atteinte à la sécurité de l’État ». Elle constitue une faute politique grave.

   Je voudrais croire qu’il ne s’agit que d’une erreur ponctuelle due à une méconnaissance de la situation politique de l’Algérie, malheureusement, déjà en 2012, j’avais protesté contre un article du numéro spécial du 50e anniversaire de l’Indépendance qui glorifiait le MAK et je constate que la même journaliste justifie aujourd’hui sur Facebook l’invitation de cette organisation. Je suis donc en droit de m’interroger : s’agit-il d’un choix individuel ou d’une orientation délibérée du journal dont je suis un lecteur assidu depuis 1951 ?

   Je te remercie, cher Patrick, de l’attention que tu voudras bien porter à ma lettre.

   Avec mon amitié.

   Bernard DESCHAMPS

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)