Michael, jeune SDF en CDI trop riche pour être logé en foyer, mais trop pauvre pour payer un loyer

Partager


Voilà ce qui se passe dans la vie réelle lorsque l’État n’existe plus et ne joue plus son rôle de régulateur. À partir du moment où les banksters ont décidé de faire flamber le marché de l’immobilier et donc des loyers tout en maintenant les salaires à des niveaux très bas, on ne pouvait qu’arriver à la situation catastrophique vécue par ce SDF. Son cas est la preuve manifeste qu’il n’y a plus de gestion politique en France, du moins dans l’intérêt du peuple. Tout est fait dans l’intérêt des lobbys et du capital, l’État n’est plus qu’une succursale qui sert à valider les décisions du Medef et des grands groupes internationaux. C’est d’ailleurs vers ces groupes que les politiciens se retourneront lorsqu’ils auront terminé leur mission gouvernementale, comme très souvent constaté.

Rappelons néanmoins que dans des pays beaucoup plus pauvres que la France les SDF n’existent pas car la solidarité familiale sera toujours là pour compenser justement ces dérives capitalistes.


Malgré un travail en contrat à durée indéterminée depuis un an, Michael est toujours dans la rue.

Et chaque soir, il monte sa tente sur un bout de trottoir au cœur de la capitale… Extrait du magazine « 19h le dimanche » du 11 février.

À la rue depuis trois ans, Michael tient à garder l’anonymat car il ne souhaite pas que sa famille le reconnaisse. En dépit de la morsure du froid de cet hiver rigoureux, le jeune homme a toujours le moral. Sans doute le conserve-t-il parce qu’il lui reste quelque chose à quoi s’accrocher : un travail. Il confie au magazine « 19h le dimanche » être en CDI depuis près d’un an dans une société de nettoyage.

Une situation qui le rend trop riche pour être logé en foyer, mais trop pauvre pour payer un loyer. Ce soir-là, comme tous les autres, le jeune SDF se rend à une bagagerie pour chercher ses affaires, qui tiennent dans un grand sac sur roulettes : « C’est là où les SDF posent leurs affaires pour la journée. On les récupère le soir pour aller faire nos maisons… » Cette bagagerie lui évite surtout de se les faire voler.

« Et voilà, la maison est montée »

Michael s’est trouvé un coin de trottoir près des Halles, au cœur de Paris, où s’installer tous les soirs. Il monte consciencieusement sa tente avec un double toit pour se protéger autant que possible du temps glacial, et gonfle un matelas à l’aide d’une pompe. Il ne tient pas à savoir quelle température il fera cette nuit-là : « Quand on ne le sait pas, c’est mieux. Et voilà, la maison est montée… »

Le patron du restaurant voisin est du genre bienveillant. Il lui apporte un sandwich au camembert, comme d’habitude. Sans lui, Michael ne mangerait pas : « On sait qu’il arrive à 8 heures, témoigne le restaurateur. Quand il n’est pas là, on se demande où il est. On aime bien savoir qu’il est là le matin. » Cela fait au chaud au cœur du jeune SDF qui ressent chaque jour la solitude, plus dure encore que la neige. Et il y a aussi la fatigue : « Quand on rentre le soir, on est fatigué », explique-t-il avant de s’enfermer dans son abri de fortune pour une nuit de plus dans la rue.


France TV Info

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)