Mythes d’une Grèce civilisatrice de l’humanité déconstruits par Cheikh Anta Diop par le professeur Gomez


Premier mythe : il n’ ya jamais eu d’unité de la Grèce. Vous ne trouverez jamais un état grec. Ils n’ont jamais connu même une confédération. C’était des états cités, des villages.
Deuxième mythe : « la démocratie » à Athènes, un état cité, puisqu’il n’y avait pas d’état centralisé, il existait une aristocratie et une oligarchie qui représentaient 4% de la population. C’étaient des oisifs qui se retrouvaient pour faire l’homosexualité et un certain nombre d’ébats. Et accessoirement, ils faisaient des conférences sur des sciences qu’ils ont prises en Égypte et en Perse. 60% des athéniens n’avaient aucun droit et parmi eux 55% d’esclaves. Les femmes n’avaient aucun droit, il aura fallu De Gaulle pour que les femmes aient le droit de vote en 1945. Vous ne pouvez pas citer une reine dans le monde des hébreux. Ni parmi les decendants des ismaélites, encore moins chez les européens. Il n’ y a jamais eu de démocratie en Grèce.
Troisième mythe : il n’ y a jamais eu de philosophie en Grèce. Quand on demande qui a fondé la philosophie, on dit Thalès. Qui était Thalès? C’est un phénicien. Sa mère Cléobuline est d’ascendance phénicienne. Il n’a pas écrit un traité de philosophie. Ses élucubrations philosophiques sont accessibles dans quel document, quel livre de Thalès ? Pas un seul livre.

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)