Kazakhstan-sarkozy-hélicoptèesDes proches de Nicolas Sarkozy une fois de plus dans le viseur de la justice. Selon Le Monde dans un article publié ce mardi, la justice enquête, depuis le printemps 2012, sur une « affaire d’Etat, susceptible d’impliquer le pouvoir sarkozyste ». Et les accusations ne sont pas minces. Les juges sont en effet saisis de faits de « blanchiment en bande organisée », « corruption d’agents publics étrangers », et « complicité et recel ».

De quels contrats s’agit-il ?
La justice s’intéresse à des contrats passés entre la France et le Kazakhstan en 2010 pour près de deux milliards d’euros. Ils comprenaient la fabrication de 45 hélicoptères par Eurocopter (la filiale hélicoptériste d’EADS).

Quel est le problème ?
Les juges soupçonnent que ces contrats aient donné lieu à des rétrocommissions. Le 4 avril 2012, Tracfin, l’organisme antiblanchiment du ministère des Finances, a en effet alerté le parquet de Paris après des mouvements de fonds suspects d’un montant de 300 000 euros sur les comptes de l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, alors président de la République, Jean-François Etienne des Rosaies. Après avoir ouvert une information judiciaire, la justice a établi que ces mouvements de fonds étaient sans doute en lien avec la signature de ces contrats commerciaux conclus par la France avec le Kazakhstan, rapporte Le Monde.