Parjure et trahison : l’appel du pied des hollandais à Macron

foll_hollande_sipa

Stéphane Le Foll et François Hollande – © Sipa Press.


On n’a jamais vu de toute l’histoire politique française un comportement aussi indigne et misérable, de manière aussi franche et directe, de la part de politiques à ce niveau du pouvoir ! La seule chose qui les empêche de se déclarer ouvertement pour Macron c’est le fait que cela soit contre-productif pour ce dernier !!! Hollande a détruit le PS ainsi que toute la gauche socialiste historique en à peine quelques mois, ce qui prouve encore une fois la fragilité de ce système politique moribond. On ne peut pas ne pas imaginer la secte maçonnique derrière cette ingénierie politique de haut niveau, car elle seule possède ce pouvoir exorbitant, en France, aujourd’hui…


Rassemblant de nombreux fidèles de François Hollande, un texte devrait être rendu public dans les prochains jours par Stéphane Le Foll. Il défend le bilan du quinquennat et pousse implicitement au vote Macron

Stéphane Le Foll, Bernard Cazeneuve et Jean-Christophe Cambadélis doivent s’entretenir avant le wek-end de la campagne des législatives. Avant un bureau national qui doit décider des investitures dans les cent dernières circonscriptions encore non-attribuées.

C’est sans doute l’un des derniers mouvements stratégiques de la campagne. Réunis lundi dernier autour de Stéphane Le Foll, les parlementaires et ministres fidèles à François Hollande ont approuvé la première mouture d’un texte « d’identité politique », rédigé par le socialiste Alain Bergounioux, qui devrait être transmis dans les prochains jours à l’AFP. Architecturé autour de la défense du bilan du quinquennat, de l’Europe et d’une « politique économique réaliste », c’est une nouvelle pierre dans la campagne de Benoît Hamon et un appel du pied implicite à Emmanuel Macron. « Nous sommes dans la clarification. Quand on tente l’expérience de la gauche du parti, on voit le résultat », explique un ministre, présent chaque lundi au ministère de l’Agriculture.

Mercredi, après le Conseil des ministres, Stéphane Le Foll réunissait encore au déjeuner une dizaine de membres de l’exécutif, pour mettre la main à la quatrième version du texte, drastiquement raccourci, et dont le titre initial, «  Les socialistes, une majorité pour la France », a été abandonné. La publication faisait toujours débat ; le ministre de l’Intérieur, Matthias Fekl, engagé jusqu’à sa récente nomination dans la campagne de Benoît Hamon, s’y est opposé.

Constituer une majorité. Jeudi matin, toujours autour de Stéphane Le Foll, une dernière réunion se tiendra pour tenter d’arrêter la date de publication. Ces derniers jours, le ministre de l’Agriculture s’est également démené pour réunir « une première centaine » de signatures, essentiellement des membres de l’exécutif, des parlementaires et des grands élus locaux. Les signataires se situent dans la perspective d’une victoire d’Emmanuel Macron le 7 mai. « Il aura besoin de nous pour constituer sa majorité. Nous pouvons être dans un soutien, avec ou sans participation. On verra ça entre les deux tours », assure un poids lourd socialiste. Mais contrairement à l’échappée quasiment solitaire de Manuel Valls, Stéphane Le Foll et ses amis […]

L’Opinion 

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)