Pourquoi sionisme et nationalisme français sont incompatibles ?

Partager

drapeau-francais-drapeaux-israeliens-foule-juive


Texte intéressant publié par une frange nationaliste opposée à la mode actuelle que l’on rencontre dans les milieux identitaires et racialistes français de soutien inconditionnel au sionisme et à l’entité sioniste criminelle. Les arguments sont effectivement puissants et la description de la réalité actuelle du peuple colonisateur de la Palestine déconstruit définitivement l’argumentaire sioniste. Intéressant de lire ce type d’articles et de débats au sein du mouvement nationaliste français.


[Préambule] Nouvel article en tribune libre.

Il me parait intéressant de mettre une bonne fois pour toutes un terme à ce sionisme grandissant dans nos rangs. Beaucoup pensent qu’Israël est un pays exemplaire et que nous devrions nous calquer sur les agissements juifs. Tout en étant contre la juiverie internationale ! Trop d’incohérences qui méritent une mise au point.
L’article était au départ dirigé contre plusieurs nationalistes, mais j’ai décidé de ne pas les citer. Nous n’avons pas besoin de faire des attaques personnelles, juste poser une réflexion. Il est évident que nous ne voulons pas provoquer de guerres internes inutiles comme il en existe tant dans notre milieu. Bonne lecture.

Article publié par : Marie-Antoinette

Une partie des nationalistes Français défendent le Sionisme (niant par le même fait une grande partie de la question Juive) et certains soutiennent même Israël, donc le judaïsme, en écrivant par exemple : « On peut être conscient des projets de l’élite juive, tout en appréciant Israël comme exemple d’un modèle d’État exempt d’immigration arabo-africaine, et politiquement très à droite. Avec un fort sentiment patriotique, un service militaire obligatoire, le droit du sang, etc… »

Même Alain Finkielkraut ou Gilles-William Goldnadel n’oseraient pas faire une telle ode publique délirante à Israël. Seuls des membres actifs de la LDJ (Ligue de Défense Juive) pourraient l’écrire. Aucun digne et loyal nationaliste Français ne peut écrire de telles inepties et espérer conserver son honneur, sa dignité et sa crédibilité.

À noter que l’auteur de cette phrase, pseudo nationaliste Français, se contredit encore d’une ligne à l’autre en écrivant être conscient des projets machiavéliques et destructeurs de l’Élite Juive envers les Blancs (en France notamment), mais il trouve cela formidable. Sauf syndrome de Stockholm, il me semble fortement que ce pseudo nationaliste et racialiste Blanc est, en réalité, un infiltré de la LDJ ou est totalement lobotomisé par la doxa cosmopolite européiste et mondialiste. On pourrait même se demander s’il n’a pas l’esprit critique et le discernement d’un enfant de 12 ans.

Israël modèle d’État :

La constitution de cet État est la « Torah » et (((ils))) n’en veulent aucune autre. C’est comme si les pays musulmans avaient le Coran pour constitution politique. Or, même les États séculaires musulmans comme le Maroc, l’Algérie, l’Arabie Saoudite ou l’Iran ont une constitution politique souvent établie par les Français sur le modèles Français ou par les Anglais sur le modèle Anglais. Israël est donc une théocratie réelle où c’est le dieu des juifs, Yahvé, et non les citoyens Israéliens qui dictent les lois. Toutes les lois passées en Israël ne peuvent contredire ou heurter la Torah (et le Talmud qui constitue la jurisprudence des préceptes dictés dans la Torah : celle-ci est appelée « l’ancien testament » depuis le 13ème siècle après JC, par Moïse Maïmonide, inventeur du judaïsme religieux au 13ème siècle après JC  (cf. « vidéo YouTube « comment la religion juive a été inventée » ((( Henri ATLAN))) ).

La Torah (entre 2 et 30 euros sur le net, composée de 5 livres : la Genèse, l’Exode, le Lévitique, les Nombres, le Deutéronome) et le Talmud (17 livres comprenant 63 traités) sont les traités de morale juive, code civil et pénal des juifs croyants et athées, dans les synagogues, les écoles, associations et cercles juifs en France ainsi que dans les pays où il y a des communautés juives (90 pays selon le congrès juif mondial, mais en environ 70 pays en réalité).

Israël n’est ni une République, ni une Royauté.

Des rabbins orthodoxes sont députés à la Knesset.

Au plan constitutionnel, même le Vatican, seul et unique État religieux au monde (44 hectares), a créé une constitution politique qui n’est pas la Bible Catholique. Israël est le seul État au monde à avoir pour constitution politique un ouvrage sectaire politico-religieux datant de vers -350 av. JC, dont le credo est l’extermination de tous les Syriens, d’Édom, de tout le monde Blanc Gréco-romain et la destruction et la soumission de toutes les nations.

Les non-juifs (25%) et juifs athées citoyens Israéliens (43% des juifs) sont contraints de se soumettre à la loi juive, la « Halakah », équivalent juif de la charia, et au pouvoir et autorité du Rabbin pour tous les actes relatifs à leur vie civile. Un non-juif ne peut pas épouser une juive. Chez les ultra-orthodoxes les femmes ont l’obligation de cacher leurs cheveux, avec des perruques, des fichus ou en portant la Frumka juive qui est l’ancêtre de la Burqa.


frumka-israel-burqua-juive-rue-enfants

Des juives portant la Frumka, étrange ressemblance avec la Burqa…


Pour plus de détails voyez la loi des punitions conjugales dans le judaïsme (issue du Talmud et de la Torah). La polygamie, autorisée dans la Torah mais interdite en Israël pour les juifs ashkénazes,  a été approuvée par le Grand RabbinatElle a pour but de booster la démographie juive face à la démographie arabe mais aussi de réduire le célibat chez les jeunes femmes juives.


deux-couples-juifs-femmes-portent-frumka-aeroport

Couples juifs dans un aéroport ukrainien en 2015


Le statut des femmes dans le judaïsme, qui fonde Israël et qui en est indissociable, n’est pas plus enviable que celui des Saoudiennes. « Bien qu’en théorie libre et égale à l’homme, la femme juive est en fait assujettie à son époux dès qu’elle quitte le foyer paternel ; il est son ba‘al(maître) et elle est son acquisition(qinyânse)Dans le judaïsme, le statut juridique de la femme se situe juste au-dessus de celui de l’esclave, passant de la propriété (et de la responsabilité) de son père à celle de son mari . La femme n’est cependant jamais totalement émancipée, contrairement à l’esclave qui a la possibilité d’être affranchi. Ainsi, il existe une obligation biblique (miṣwa) pour le maître de maison d’éduquer son épouse, c.-à-d. de la corriger corporellement lorsque les circonstances l’exigent. » (cf. Talmud)

Il y a, en Israël, des tribunaux rabbiniques et des tribunaux islamiques.

Les citoyens israéliens non-juifs sont inégaux en droits. Les enfants et les hommes non-juifs immigrés, ou nés en Israël mais non-juifs, sont circoncis de force suite à d’énormes pressions sociales de rejet et d’exclusion. De nombreux juifs ou juives soviétiques immigrés depuis les années 50 puis dans les années 90 (environ 1 million de personnes) se sont mariés avec des non-juifs. L’enfant d’un juif et d’un non-juif est un « mamzer », l’équivalent de « bâtard ». Les punitions collectives (les parents et toute la famille sont punis des fautes d’un seul des leurs) et les punition intergénérationnelles (les fils payent les fautes de leur père) sont appliquées en Israël en 2018, mais seulement pour les Goys. La repentance (téchouva) est exigée pendant 10 générations au minimum de la part des descendants Goys si un juif ou Israël a été blessé. Les fautifs sont donc harcelés et conspués pendant 10 générations. Par contre, le « Yom Kippour » (grand pardon) lave chaque année tous juifs ayant commis des fautes envers ceux de sa communauté.

L’État d’Israël est, depuis 1948, la propriété de tous les juifs du monde, y compris ceux qui n’y résident pas ou qui n’y ont jamais mis un pied, mais pas celle des Palestiniens qui y résident depuis le 5ème siècle av. JC. Elle n’est pas non plus la propriété des immigrants non-juifs qui s’y installent définitivement, y font naître des enfants non-juifs et obtiennent la citoyenneté Israélienne. Seuls les juifs par la mère obtiennent la citoyenneté Israélienne de nationalité juive.

Il existe plus de 34 nationalités différentes en Israël, en fonction desquelles les droits citoyens sont accordés : nationalité juive, arabe, druze, russe, « rien » etc… L’État est en train de créer la nationalité Araméenne.

Benyamin Netanyahou est au pouvoir avec 23.4% des voix. 76.6% des Israéliens ne veulent pas de lui et n’ont pas voté pour lui en 2015. C’est la démocratie à la juive. Le 1er Ministre est élu en un seul tour, et si il y a 20 partis et que le 1er est à 10% alors c’est lui qui impose sa loi aux 90% qui ne sont pas en accord avec lui. On ne peut pas parler de démocratie dans de telles conditions, mais bien de dictature théocratique juive qui s’impose à tous.

Patriotisme Israélien ? Il n’existe pas. Seul le sectarisme juif et l’anti-patriotisme juif existent.

Le patriotisme signifie : « L’amour et la défense de la terre de ses pères ». Or, Israël n’est pas la terre des pères, grands-pères et arrière grands-pères des juifs Israéliens qui sont immigrés en majorité de divers coins du monde. Par contre Israël est la patrie et la terre depuis le 5ème siècle av. JC des Palestiniens, preuves archéologiques à l’appui. Environ 5 millions de réfugiés Palestiniens, résident à ce jour dans les pays alentours hors Israël et hors colonies juives en Palestine.

Sur la Zone géographique actuelle Israël et Palestine, il y a actuellement 6.1 millions de Palestiniens et 6.3 millions de Juifs.

Il y avait 11 000 juifs en Palestine en 188, dont 5000 résidaient à Jérusalem (cf. « La civilisation des Arabes » Gustave Le Bon(1886) – Chiffres du recensement Ottoman en 1880), 55 000 en 1910 et 60 000 en 1920. l’Abbé de Guénée dans « Histoire de la fertilité en Judée » (PDF gratuit) précise que presque tous les juifs de Palestine sont morts lors de la guerre d’Arien en 130 après JC. La Judée serait restée pratiquement vide et l’Hébreu aurait cessé d’être une langue parlée en Palestine vers 200 après JC.

Sur les 3.5 millions de juifs émigrés de Russie et URSS entre 1880 et 1920, seuls 50.000 sont allés en Palestine. Sur les 140 000 juifs Algériens émigrés en 1961 d’Algérie, seuls 10 000 sont allés en Israël où ils étaient attendus. 130 000 ont supplié De Gaulle de les inscrire sur la liste des réfugiés Français. De Gaulle a fini par céder. Il y aurait 6.5 millions de juifs en Israël et 10 millions dans les autres pays (diaspora juive). Les trois plus fortes communautés sont les USA (5.2 millions), la France (500 000) et l’a Russie (359 000). Le patriotisme Israélien est donc un leurre, une utopie. Il est remplacé par l’anti-patriotisme envers les peuples et les pays qui recueillent et font vivre les juifs qui y immigrent.

Le patriotisme Israélien n’existe pas et ne peut exister, puisque Israël comprend des citoyens juifs (70%) et des goys de souche (25%). Les Palestiniens Israéliens sont les seuls patriotes de la terre de leurs pères et ancêtres, dont une partie leur a été volée par Israël. Les juifs Israéliens sont animés d’un anti-patriotisme pour la Palestine, la terre mère, et d’une haine du peuple qui les a laissé les coloniser et les chasser.

Seul existe le patriotisme juif qui s’applique non pas à une terre patrie mais à toutes les terres et tous les pays spoliés à d’autres peuples.

On ne peut donc pas parler de « patriotisme Israélien », qui n’existe pas, n’a jamais existé et ne peut exister, mais bien de sectarisme universel juif. Il est identique au sectarisme universel des adeptes de la scientologie ou de la secte Moon, qui est appliqué par les adeptes en tous lieux et de tous temps.

Israël : État exempt d’immigration arabo-africaine ?

Israël n’est pas un état sans immigrants. 20.7% des citoyens Israéliens sont ethniquement des Arabes ou des maghrébins, de culture arabo musulmane depuis plus de 1400 ans. Les juifs éthiopiens sont des nègres Africains et les juifs yéménites sont arabes.

L’immigration clandestine Africaine s’élève à 64 000 nègres Africains (dont plus de 42 000 encore sur le territoire)- sur l’espace d’un département presque grand comme la Gironde, Israël fait 20770 km² dont 13.000 km² de désert du Néguev. Israël a réussi à expulser des migrants en leur donnant 3 500 euros et un billet d’avion gratuit vers un pays d’Afrique sûr. Il reste 42 000 nègres qui refusent de quitter Israël.

Il y a aussi une forte immigration Philippine (plus de 30 000) destinée aux emplois de maison et pour s’occuper des personnes âgées, mais aussi une forte immigration Indienne et Chinoise dans le secteur du bâtiment. Les Chinois qui signent des contrats en Israël réalisent ces mêmes contrats avec des ouvriers Chinois.

Israël contiendrait aussi 400 000 citoyen dits « faux juifs » (comptés dans les 6.5 millions de juifs vivant en Israël). Il s’agit de Goys en difficulté économique dans leur pays d’origine et qui se font passer pour des juifs afin d’émigrer en Israël et obtenir la citoyenneté juive Israélienne. Pour ce faire, ils trouvent un rabbin véreux, qui atteste de leur judéité contre une coquette somme : tout s’achète et se vend dans le judaïsme.

Comme Etat qui serait exempt d’immigration, Israël a des citoyens à 80% immigrés et issus d’immigrés, en provenance de 164 pays du monde ! De plus, 20.7% des juifs israéliens sont de culture arabo-musulmane depuis 1400 ans (plus de 1.5 millions en provenance des pays arabes et maghrébins). Son taux d’immigrés indésirables au km² (9 000 km² habitables) est très supérieur à celui de la France métropolitaine (plus de 555 000 km² habitables).

Israël n’est qu’une succession de ghettos par pays de provenance. Les divers immigrés juifs ne se supportent pas entre eux et ne partagent que peu de choses, pas même la langue d’origine, les habitudes, l’histoire collective ou la mémoire collective (à part les (((6 millions))) bien sûr). Il y a donc le ghetto Russe, le ghetto Ukrainien, le ghetto Marocain, le ghetto Algérien, le ghetto Tunisien, le ghetto Français (Netanya), le ghetto Éthiopien, le ghetto Yéménite…

Israël manque déjà de plus de 10 000 ingénieurs et 50% des jeunes juifs Israéliens n’envisagent pas de passer leur vie professionnelle en Israël, tant ce pays est un modèle !

Combien de juifs Français sont recensés en Israël ? 120 000 dont Finkielkraut, les Klarsfeld et Meyer Habib bien sûr ! Quels dignes et loyaux citoyens Français… Il serait jugé antisémite de ne pas les considérer pleinement Français ou comme individus totalement étrangers au peuple Gaulois et à son intérêt général.

Service militaire obligatoire

3 ans pour les hommes et les femmes à partir de 18 ans. Tous les bandits et prédateurs mettent une semaine à apprendre à se servir d’une arme et se défendre, mais les jeunes femmes Israéliennes, futures mères, doivent y passer 3 ans, pour apprendre à tuer des gens parce qu’ils ne sont pas juifs. En soi le service militaire n’est pas mauvais, s’il n’était que pour les hommes. Les femmes n’ont rien à faire dans l’armée.

Si votre père et votre grand père ont dû tuer des gens lors des guerres, cela ne vous gênerait-il pas que votre mère ou votre grand mère eût été contraintes de tuer des hommes, des femmes et des enfants ? Ce n’est quand même pas idéal pour le psychisme d’une mère ou d’une grand-mère.

Aussi, il n’est pas très intelligent de faire décrocher des études pendant 3 longues années des gens qui sont en apprentissage pour créer de la richesse plus tard grâce à leurs diverses compétences.

Le droit du sang en Israël

le droit du sang en Israël, tel que le pense les pseudos nationalistes Français sionistes, c’est à dire à l’Hitlérienne, à la Chinoise ou à la Japonaise n’existe pas en Israël : seul le droit du juif y existe et y est appliqué. Il existe des juifs de toutes les nationalités et de diverses ethnies, sans langue maternelle ni culture commune, comme le partageraient entre eux tous les autres peuples qui fondent les Nations depuis l’antiquité.

Seul un rabbin orthodoxe est en droit et a le pouvoir de décréter si un individu est juif. Israël a repris la même règle d’appartenance qu’Hitler : il faut avoir au moins un grand parent juif pour être considéré comme juif et être admis à la loi du retour juive en Israël. Nicolas Sarkozy qui se présentait aux Français comme un métèque de sang mêlé, est donc admissible à devenir citoyen Israélien selon la loi juive Israélienne.

Des chercheurs juifs en génétique cherchent depuis 70 ans le gène juif en vain : cela n’empêche pas la société juive Américaine IGENEA, de prétendre déceler chez n’importe quel juif, avec son échantillon de salive, son pourcentage d’Ashkénaze et son pourcentage de Séfarade. Pour 900 euros tout de même, un peu comme pour un repas au dîner du Crif.

Le droit du sang implique une hérédité commune sur un territoire donné et défini. Or, les juifs d’Israël viennent de plus d’une centaine de pays différents. La culture et la civilisation juive n’ont d’ailleurs jamais existé dans l’histoire de l’humanité, ils n’ont fait que prendre des traditions à des peuples. Même la décoration de la Synagogue est emprunté à la Perse et à l’art Perse. Même la civilisation Africaine existe plus qu’une civilisation juive ! C’est pour dire.

Conclusion

Être nationaliste Blanc est incompatible avec le fait de soutenir Israël ou de prendre la pays comme un exemple. Ils n’ont rien, mis à part leur juiverie, qui les relie entre eux. C’est l’exemple parfait du peuple qui n’a pas de racines, pas d’histoire, pas de civilisation. Ils n’ont toujours été que des parasites qui ne savent que voler des territoires ou des technologies.


Blanche Europe

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)