Putin on the trash, par LBE

put-in-on-the-trash


Si l’on est un adepte du combat, que notre raison de vivre c’est de voir des conflits, il est difficile de vivre dans un monde en paix. C’est même impossible pour les forcenés du pugilat militaire. Ainsi donc, quand ceux-ci n’existent pas les adorateurs de conflits en créent de toutes pièces. Cela implique fatalement qu’il faille au préalable créer des adversaires de manière artificielle.

Dans le plan des antagonistes d’une future guerre de grande ampleur, la Russie de Poutine est un pion majeur sans lequel rien ne serait possible. Poutine, le fameux, l’incarnation du messie aux yeux des masses incrédules et autres identitaires adeptes de la supériorité des races. En France, les adorateurs du Tsar sont légion au sein de la dissidence qui se tricote un roman national et ethnique à longueur de temps. Elle est conduite à l’abattoir par un sexagénaire exhibitionniste qui a l’étrange particularité d’être le Suisse le plus juif des catholiques français, Alain Solal l’ashkénaze, le bien nommé. Rarement Poutine n’a eu un laquais à son service tel que Solal. C’est presque indécent. Poutine l’ex-agent du KGB, qui a de facto collaboré avec le Mossad dans le cadre de son travail, comme la plupart des services secrets, entretient les meilleures relations avec l’état imposteur d’Israël. N’a-t-il pas osé déclarer en juillet 2014, alors que Gaza était enterré sous les bombes israéliennes « je soutiens Israël dans le droit de défendre ses citoyens« .

Il est pourtant aisé de comprendre que Poutine est un leurre, une mise en scène faite homme ayant un rôle bien précis à jouer. Comme toute création il a une date de péremption. Nombre de personnes pensent qu’il a encore beaucoup de choses à réaliser et que son temps n’est pas encore venu. Ils ne peuvent percevoir l’odeur nauséabonde qui se dégage pourtant du personnage. Inutile d’être physiquement à ses côtés pour la sentir, elle émane de lui par photos et images interposées. Poutine est un produit périmé depuis longtemps. Il a dépassé sa DLUO le jour où il a pris le pouvoir. C’était la raison de son « existence » en tant qu’entité politique et personnage public.

Le syndrome « Milli Vanilli »

Revenu au pouvoir en 2012, Poutine n’ignore pas que le programme de pilotage automatique de la Russie (conçu et programmé des décennies en amont) s’est enclenché. La marionnette Vladimir a alors joué le rôle pour lequel il a été choisi : poser ses mains sur le gouvernail du pays, accompagnant docilement les mouvements de ce dernier et donner l’illusion qu’il est celui qui détient les commandes. Il prête ( sans intérêt ) son image à des décisions et des paroles dont il n’est ni l’auteur ni le compositeur et encore moins l’interprète. La Russie fonce vers son destin guerrier, dirigée par un président qui gouverne en playback*. Poutine est, les rastas et le physique avantageux en moins, le copié-collé version politique du célèbre groupe de musique des années 90 Milli Vanilli qui interprétait en playback des chansons enregistrées par d’autres chanteurs. Heureusement la supercherie a rapidement éclaté au grand jour.

Tout comme Milli Vanilli, la vérité sur la duperie Poutiniène apparaîtra à la face du monde. Ce n’est plus qu’une question de temps. Son heure sera alors venue de retrouver sa place originelle, dans les poubelles du faux nouvel ordre mondial.

Vous l’ignorez peut-être, mais le précurseur du recyclage n’est autre que le NOM. Il a mis au point ce procédé révolutionnaire qu’est la valorisation de ses propres déchets. Ce n’était pas par souci écologique, non, simplement que le NOM ne produit rien d’autre que des déchets, aussi bien idéologique, conceptuel, sociétal, relationnel, culturel ou économique. Toutes ses productions sont de gigantesques montagnes de déchets que l’on déverse en masse de par le monde et qui étouffent les Nations. C’est justement le but, l’étouffement par déchets interposés, la suffocation intellectuelle qui empêchera alors la réaction physique concrète des peuples. Mais pour cela il faut qu’il y ait un contrôleur des travaux fini, un contremaître, un kapo qui supervise le chantier. Ce personnage est le déchet le plus abouti en matière de détritus. C’est la crème de la crème du recyclage qu’offre le NOM. La pièce-étalon étant Poutine himself qui a été utilisé en espion, jeté au rebut, réhabilité en homme politique, remis au rebut avant d’être réutilisé par le Nouvel Ordre Mondial, les maniaques de l’ordre. Pour être ainsi obnubilés par l’ordre, ils doivent quelque part être incroyablement dérangés mentalement à la base. C’est même à cela qu’on les reconnaît.

Ainsi donc le recyclage du déchet le plus valorisé chez le NOM c’est l’humain et Poutine sa quintessence. Une fois son temps expiré, le temps sera alors venu de Put In on the trash !


* À l’instar de l’immense majorité des présidents, premiers ministres et autres rois.

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)