Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri libéré sous caution

alexandre_djouhri_nicolas_sarkozy_


Le franc-maçon appartenant à la loge de la lyre de Salomon, loge spécialisée, dont les Frères émargent généralement aux services secrets et à l’armée, Alexandre Ahmed Djouhri, vient d’être libéré sous caution à Londres après avoir payé la somme d’un million de livres, c’est-à-dire 1,13 million d’euros ! Il faut croire que la magouille maçonnique rapporte très gros…


L’homme d’affaires français Alexandre Djouhri, arrêté à Londres dans le cadre de l’enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne électorale de l’ex-président français Nicolas Sarkozy en 2007, a obtenu sa liberté sous caution ce mercredi 10 janvier en attendant une audience d’extradition.

Il devra toutefois s’acquitter d’une caution d’un million de livres (1,13 million d’euros) avant d’être effectivement libéré, a décidé le tribunal londonien de Westminster, qui a fixé l’audience d’extradition au 17 avril. Sous le coup d’un mandat d’arrêt européen pour fraude et blanchiment d’argent, cet intermédiaire financier avait été interpellé dimanche à l’aéroport d’Heathrow.

Pas au goût du procureur

Stuart Allen, le procureur chargé de l’affaire, s’est toutefois montré opposé à sa libération, réclamant le maintien en détention de celui qui est né sous l’identité d’Ahmed Djouhri.

L’homme de justice a justifié sa revendication en soutenant que Djouhri faisait l’objet d’accusations graves, qu’il avait deux nationalités (française et algérienne) et de nombreux liens en dehors du Royaume-Uni, ajoutant qu’il possédait suffisamment d’argent pour organiser une fuite à l’étranger.

Assigné à résidence chez sa fille

Soulignant que son client avait deux enfants habitant à Londres, l’avocat de M. Djouhri avait demandé sa remise en liberté contre une caution de 200.000 livres.

Un montant jugé « insuffisant » par la juge Emma Arbuthonot, qui a fixé la caution à 1 million de livres, précisant qu’Alexandre Djouhri « devra résider chez sa fille ».

Des éléments troublants

Résident suisse, il fait figure de personnage-clé de l’enquête ouverte à Paris depuis 2013 pour vérifier les accusations lancées deux ans plus tôt par l’ancien président libyen Mouammar Kadhafi et son fils Seif el-Islam, selon lesquelles Nicolas Sarkozy avait bénéficié de leurs fonds pour sa campagne de 2007.

Une série de témoignages et d’éléments troublants à l’encontre du franco-algérien se sont accumulés au fil de l’enquête. Son nom est apparu dans une transaction suspecte avec la Lybie ainsi que dans l’exfiltration hors de France d’un personnage clé du régime de Kadhafi.

Fils d’immigrés kabyles, Alexandre Djouhri a fréquenté les milieux de la nuit parisienne avant de tisser des liens avec des personnes d’influences, notamment dans l’univers de la politique. Selon la presse française, le mystérieux homme d’affaires avait cherché à se rapprocher de l’actuel président de la République, lors de sa visite en Algérie, en décembre dernier.

Rejetant les accusations que la justice lui porte, Nicolas Sarkozy nie l’existence d’une quelconque proximité avec Alexandre Djouhri.


Tout Sur l’Algérie [TSA] / AFP
VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)