Un temple franc-maçon oublié, redécouvert sous l’ancienne bibliothèque de Limoges

temple-maconnique_2886430
C’est là que s’est développée la loge des « Amis réunis », qui fut, en 1806 la première loge maçonnique. © Populaire du Centre

Il serait temps de se poser une question simple : que vient faire un temple maçonnique dans une cave, dans un souterrain obscure et humide ? Tout ce qui est vrai et juste se doit de vivre à la lumière et non secrètement dans des trous comme des rats !

Une véritable cathédrale souterraine a été découverte sous l’ancienne bibliothèque, rue Haute-de-la-Comédie. C’est dans ce lieu oublié que la franc-maçonnerie limougeaude a vu le jour.  « Le Sixt Temple » qui ouvrira ses portes prochainement, et dont l’entrée se situera rue Turgot, témoigne de la richesse du Limoges souterrain.

On croyait tout connaître ou presque sur les entrailles de la ville. Avec la mise au jour de cette immense salle, on apprend que les soubassements abritent des espaces oubliés dont tous les mystères n’ont peut-être pas été révélés. Le propriétaire d’un établissement de la rue Turgot  a eu la surprise de découvrir, dans ce qui aurait pu lui servir de cave, un énorme tas de terre. S’appuyant sur les plans du bâtiment, il détecte une issue située rue Haute-de-la-Comédie. Impressionné par cet amoncellement, il observe, au sommet, des voûtes qui à ses yeux méritent d’être étudiées de près.

Quatre ans de déblaiement

Déterminé, il entame un long travail de déblaiement. Quatre ans et demi seront nécessaires pour enlever la terre et donner à cet espace l’éclat qu’il mérite. Les trésors architecturaux qui se dévoilent au fur et à mesure l’encouragent à poursuivre. Et l’idée du « Sixt Temple » germe dans l’esprit de ce propriétaire qui souhaite rester discret. S’il a choisi ce nom, c’est parce que ce lieu – qu’il souhaite mettre à la disposition des créateurs d’événements – est un ancien temple maçonnique. Il serait même, selon Michel Laguionie, historien de la franc-maçonnerie, l’endroit où est né, ou du moins s’est développé, ce mouvement philosophique à Limoges.


Photo Stéphane Lefèvre


Les « Amis réunis »

À partir de 1750, des embryons de loges tentent de germer. Mais les premières traces écrites datent de 1760. Conservés au fonds maçonnique de la Bibliothèque de France, ces documents comportent la constitution de la loge « Harmonie » dont le vénérable maître est un fonctionnaire de préfecture nommé Jacquet.

On ne sait pas grand-chose sur  l’« Harmonie ». Les frères se réunissaient à la tour Pisse-Vache, au carrefour du boulevard Gambetta, de la rue Vigne-de-Fer et de la rue Dupuytren. Peu importante, placée sous la juridiction de la Grande Loge du Royaume de France, cette loge prend de l’ampleur à partir de 1767 sous un autre nom : elle est rebaptisée « Les Frères unis ».

Plus calme sous le Premier Empire, la loge reprend force et vigueur en 1806. Elle prend le nom d‘« Amis réunis » et s’installe dans les caves de l’ancienne bibliothèque municipale, place de l’Ancienne Comédie. En 1811, un incendie réduit ce temple et ses archives en cendres. Les adeptes de l’Art Royal (*) transfèrent alors leur activité dans différents lieux (voir en encadré) et au 20, de la rue Gaignolle, à quelques mètres de là. En 1890, une école de filles voit le jour. Elle deviendra par la suite la bibliothèque communale, puis municipale.

Le grand escalier et la bière Mapataud 

À présent, le maître des lieux veut faire revivre cet espace riche en symboles. « Le Sixt Temple » permettra d’accueillir des événements ponctuels. Outre le déblaiement qui a duré plusieurs années, plus de 600 heures ont été consacrées à la restauration de cet espace qui peut accueillir entre 400 et 600 personnes. Une partie du patrimoine y sera remise en valeur, dont la brasserie Mapataud.

Autre point important, l’ancien temple accueille l’escalier du […]
(*) Art Royal : L’un des noms donnés à la Maçonnerie. 

Jean-François Julien

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)