Une ex-compagne de Tariq Ramadan livre un témoignage édifiant et choquant !


C’est la dame qui a été payée 27 000 € aux termes d’une convention légalisée par-devant un tribunal belge afin qu’elle se taise et que l’on ne sache pas qu’il a couché avec elle pendant 5 ans ! Ce témoignage avait déjà circulé sur le Net en 2014-2015. Après qu’elle eut retiré toutes ses publications, voilà que cela refait surface encore aujourd’hui, tant sur les ondes que sur le Net ! La vérité ne peut être stoppée, c’est impossible car c’est dans l’ordre cosmique des choses ; le monde est ainsi fait…

Nous attendons les commentaires de Imane et Hani Ramadan, de Bilal Ramadan, de Nabil Ennasri, du patron frériste de l’UOIF (Amar Lasfar) et de bien d’autres soutiens aveugles et hypocrites !


Majda Bernoussi a entretenu une relation de cinq ans avec l’islamologue, entre 2009 et 2014. Rencontrée par Europe 1, elle ne dénonce aucun viol mais estime s’être faite « avoir » et décrit une emprise psychologique intense.
TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Elle ne l’accuse pas de viol et ne compte pas porter plainte. Mais Majda Bernoussi estime avoir vécu une relation avec un « prédateur », et son témoignage intéresse les enquêteurs : entre 2009 et 2014, la Belgo-marocaine a fréquenté le prédicateur musulman Tariq Ramadan. Pour la première fois depuis la mise en examen de l’intellectuel, soupçonné de viols, elle raconte, auprès d’Europe 1, l’emprise psychologique qu’elle estime avoir subie, l’accord financier qu’elle a accepté pour se taire et les autres victimes dont elle aurait recueilli les confidences.

« Une relation plus poussée ». 

Majda Bernoussi se décrit comme une musulmane pratiquante. En 2009, elle vient de terminer un ouvrage sur son passé difficile et ses questions quant à la religion et souhaite s’adresser à un « intellectuel musulman ». « En pleine quête spirituelle », elle adresse son manuscrit à Tariq Ramadan. « C’est comme ça que le contact s’est fait. Très vite, il me dit qu’il est tombé amoureux de la fille du livre. Je suis un peu étonnée mais à force, on a une espèce de relation épistolaire ».

Tous deux se rencontrent.

« Pour moi, c’est le début d’une histoire », souffle Majda Bernoussi. Sur internet, la jeune femme a lu que Tariq Ramadan était marié. Mais il jure qu’il est divorcé « devant Dieu et les hommes ». « Je le crois à ce moment-là, parce qu’il n’y a pas de raison de douter. Clairement je suis dans une quête spirituelle et pour moi ça part sur quelque chose de sain, de spirituel avec de vrais codes assez carrés », raconte-t-elle.

« Il veut avoir une mainmise sur moi ».

Mais la relation démarre « bizarrement ». « Quand j’émettais un doute il m’en voulait, il me disait, ‘je ne suis pas ça’. Je lui disais : ‘ça n’est pas une aventure ?’,  il me disait ‘ne m’insulte pas' », poursuit-elle. « Il ne veut rien entendre, il ne veut pas que j’ai de cerveau, il ne veut pas que je réfléchisse. Il veut avoir une mainmise sur moi. »

Pourtant, la jeune femme ne quitte pas l’islamologue. « J’ai été amoureuse de ce qu’il prétendait être », analyse-t-elle, décrivant une liaison chaotique et des « crises » régulières. « On a vraiment affaire à un prédateur, un manipulateur extrêmement malsain, tout à fait aux antipodes de l’image qu’il donne. (…) J’étais de plus en plus malheureuse, je m’asphyxiais de l’intérieur. C’est ce qu’il veut : une soumission complète. L’éthique, la morale, la foi, la bonté, c’est des choses qu’il réserve face caméra. Hors champ, je n’ai jamais eu affaire à ce type là. »

« Quelqu’un que je n’ai jamais vu prier ».

Selon Majda Bernoussi, ce fossé entre la personnalité publique de l’islamologue et son attitude en privé se vérifie également en matière de religion. « Quand on lui parle de pratique, il balaye d’un geste de la main en vous disant que ce ne sont que des détails. C’est quelqu’un que je n’ai jamais vu prier, jamais. » Quant à l’attitude de Tariq Ramadan lors de leurs rencontres, elle ne dénonce pas de violences, contrairement aux plaignantes françaises. Tout juste admet-elle pudiquement « des comportements qui sortaient du cadre habituel ».

Pour la Belgo-marocaine, le déclic survient un jour où elle se sent mal, cinq ans après le début de leur relation. « Je suis dans tous mes états et il me regarde en souriant. Au moment où je vois ce sourire, c’est bizarre, ça me réveille. » Petit à petit, elle prend du recul sur son histoire : « je n’ai jamais été dans quelque chose d’aussi noir que cette relation, qui a été vraiment destructrice. Il me disait tout le temps : ‘vivre, c’est détruire’. Ça a quelque chose de galvanisant pour lui. »

« Comme sortie d’une secte ».

Majda Bernoussi alerte alors des journalistes, des institutions religieuses, et la communauté qui entoure Tariq Ramadan sur les réseaux sociaux. « Je vais sur son Facebook à lui, je me mets à écrire ce qui m’est arrivé », raconte-t-elle. « Insultée, menacée », elle affirme qu’on essaie de « [la] faire taire ». Au bout d’un an, « complètement vidée, aussi bien physiquement que moralement », elle accepte de signer une convention proposée par l’intellectuel : contre 27.000 euros, elle supprime les messages relatant leur histoire et s’engage à ne plus en parler publiquement.

Entendu sur Europe 1
Dans la vraie vie c’est un véritable barbare, aussi bien intellectuellement que physiquement

« Pour lui, il a acheté mon silence, mais pour moi, j’avais tout dit, et pas trouvé d’écho », explique-t-elle. « Donc j’ai pris cet argent d’abord comme un remboursement : c’est moi qui payait souvent, il me disait qu’il n’avait pas d’argent. Mais surtout, comme une sorte de reconnaissance morale de ce qu’il m’avait fait. »

« Au moins 25 femmes ». 

Aujourd’hui, c’est le récit de cette relation de « soumission » qui intéresse les enquêteurs : selon nos informations, la police française a demandé à entendre Majda Bernoussi, représentée par l’avocat Eric Morain, dans l’enquête en cours, jugeant son témoignage susceptible d’éclairer la personnalité de Tariq Ramadan.

L’ancienne compagne de l’islamologue affirme en outre avoir échangé avec « au moins 25 femmes » qui se trouvaient dans la même situation qu’elle en 2015. « Il faisait ça de manière industrielle », assène-t-elle. « Dans la vraie vie c’est un véritable barbare, aussi bien intellectuellement que physiquement. (…) Il s’adapte à chaque profil, il n’a aucune limite et il se donne le droit. Il me disait tout le temps : ‘je suis protégé, je ne suis pas un homme ordinaire’. »

Concernant les accusations de viols et d’agressions sexuelles, Tariq Ramadan nie formellement les faits qui lui sont reprochés par les plaignantes françaises. Mais l’intellectuel a opéré un changement dans sa ligne de défense, la semaine dernière : d’après son avocat, il reconnaît avoir entretenu une « relation » avec l’une des femmes qui l’accusent, « mais pas celle qu’elle décrit ». Son conseil, Me Emmanuel Marsigny, qualifie lui de « disproportionnée » la détention provisoire de son client, écroué depuis sa mise en examen, en février.

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)