Vaccination : une adolescente de 13 ans foudroyée par une méningite !

Partager
vaccins-contre-meningite

Une jeune fille de 13 ans, habitant à Roye dans la Somme a été foudroyée par une méningite. — Mario Tamma AFP/Getty Images/Arch.


Nous aimerions bien savoir si cette malheureuse victime a été vaccinée, information qui manque toujours aux articles qui parlent de la mort d’enfants atteints de ce type de maladie que la vaccination justement devrait  empêcher. Nous faisons donc appel à nos lecteurs qui seraient de la région d’Amiens afin d’enquêter là-dessus et de savoir si la victime était, oui ou non, vaccinée contre la méningite !


L’Agence régionale de santé (ARS) a lancé un protocole de prévention à la suite du décès de la jeune fille..  

Elle a été admise au CHU d’Amiens le soir du 31 décembre et est décédée quelques heures plus tard. Une jeune fille de 13 ans, habitant à Roye dans la Somme, a été foudroyée par une méningite, rapporte Le Courrier Picard.

L’Agence régionale de santé (ARS) a lancé un protocole de prévention à la suite du décès de la jeune fille. « La collectivité a été informée et les précautions sanitaires ont été prises », précise également le maire de Roye, Pascal Delnef.


Courrier picardUne jeune fille de 13 ans est décédée brutalement, victime d’une méningite foudroyante.http://www.courrier-picard.fr/81644/article/2018-01-05/une-jeune-fille-de-roye-decedee-dune-meningite 


Une enquête épidémiologique

« L’ARS a procédé à l’enquête épidémiologique autour du cas, c’est-à-dire la recherche des sujets qui ont eu des contacts proches, prolongés et répétés avec la malade pour leur proposer un traitement préventif de courte durée par antibiotiques, accompagné éventuellement d’une vaccination en fonction du groupe de méningocoque identifié », a précisé au quotidien l’ARS.

« La méningite est provoquée par une bactérie appelée méningocoque présente dans la gorge. Elle se transmet uniquement de personne à personne par des contacts directs, répétés et rapprochés. Le risque de transmission est donc relativement faible. Dans la majorité des cas, la personne contaminée ne développe pas de maladie », a précisé l’ARS


20 minutes

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)