J’ai vraiment honte pour les militants UMP qui continuent à croire à ce cirque. Pire encore, ils appellent Sarkö à la rescousse ! On est ici au delà de la dégénérescence ! Il est plutôt question de malédiction car toutes les règles logiques sont bafouées.

mougeonLe Canard enchaîné révèle une liste de factures payées par le groupe UMP à l’Assemblée nationale. Certaines prestations sont payées 700 fois le prix habituellement demandé par d’autres entreprises.

Jusqu’où ira l’affaire Bygmalion? Le scénario qui était jusque-là circonscrit au paiement, par l’UMP, de fausses factures pour maquiller le dépassement du plafond de dépenses imposé par la loi lors de l’élection présidentielle prend maintenant un autre tournant. Le Canard enchaîné révèle mercredi la liste de factures mirobolantes adressées dès 2010 à l’UMP et à son groupe de l’Assemblée nationale. L’hebdomadaire note par ailleurs que la comptabilité du groupe UMP de l’époque Copé (post-2010) a été détruite. Mardi, le groupe a déjà été épinglé pour avoir fait un prêt de 3 millions d’euros à l’UMP sans en avertir les députés.

● Les sites internets, machine à cash de Bygmalion

C’est la grande spécialité de Bygmalion, du moins la prestation qui revient le plus souvent. Rien que pour l’année 2010, le site des députés UMP aura généré 638 038,10 euros de chiffre d’affaires à l’entreprise de Bastien Millot et Guy Alvès. Une somme qui rassemble «le développement» du site, «l’hébergement, la mise à jour, la sécurité» ou encore «la refonte, la veille» et «la modération». Un professionel interrogé par Le Canard enchaîné estime que 3 000 euros sont normalement suffisants pour de telles prestations.

En 2011, le groupe UMP a payé 3 588 euros par mois pour faire héberger son site internet. Sans comprendre pourquoi, la facture a grimpé à 22 676,16 euros en novembre de la même année. Une société leader du marché propose un hébergement identique pour 5 à 10 euros mensuels. Ainsi Bygmalion est entre 350 et 700 fois plus chère.

Quant à la mise à jour du site personnel de Jean-François Copé, elle a été payée 48 222, 72 euros par an.

●  Les coûteuses journées parlementaires de l’UMP

La réunion annuelle des parlementaires de l’UMP a été particulièrement coûteuse en 2010. Réunie le temps d’un week-end à Biarritz, la majorité d’alors a débattu de l’actualité politique pour la modique somme de 478 400 euros. Trois mois plus tard, l’UMP a déboursé 233 422,53 euros pour de «l’organisation-conseil» aux contours obscurs.

● Une lettre d’information en or massif

La simple lettre d’information du groupe UMP, envoyée près de 40 fois par an aux 314 députés du parti, est particulièrement coûteuse. Huit factures et 172 415,36 euros plus tard, les élus ont reçu trois paragraphes de texte, une photo et quelques extraits de discours.

● Les grasses missions d’e-reputation

Le groupe UMP est inquiet de l’image qu’il peut renvoyer sur internet. C’est la raison pour laquelle un contrat de «e-reputation» a été passé avec l’entreprise de communication. En 2010, pas moins de 197 340 euros ont été payés pour cette mission, 107 640 euros en 2013.

● Des personnalités de l’UMP juteusement rémunérées par Bygmalion

L’UMP est généreuse avec Bygmalion mais l’entreprise sait remercier ses fidèles clients. Notamment la Droite forte. Guillaume Peltier, le cofondateur du mouvement, a touché 85 000 euros pour une commande faite par Bygmalion à sa propre entreprise, Com1+. Un chèque de 38 200 euros s’est ajouté ensuite pour «des bilans de mi-mandat pour les députés UMP».

Le cofondateur du mouvement, Geoffroy Didier, a, lui, touché 6 500 euros en 2011 et 2012 pour des formations données aux militants. Un autre proche du duo, le conseiller de Paris Pierre-Yves Bournazel, a empoché 10 000 euros. D’autres élus locaux moins connus sont concernés. Plus curieusement, Amine Benalia-Brouch, «l’Auvergnat d’Hortefeux», a reçu 13 700 euros au même titre que les élus cités précédemment.

● Des sites fantômes

«L’éthique du numérique» intéresse beaucoup l’UMP. Pour preuve, le parti a déboursé 232 598,08 euros en 2010 pour un site qui ressemble à un simple page web. Pour le prix, un autre site «squelettique» est compris, celui-ci portant sur «les retraites».

Vous pouvez commander le(s) livre(s) en cliquant sur l’image correspondante :

FMM_3edition_Index  11_Septembre_2001_MiniShoah_Hebdo