braiki-booba-1-0


Mon Dieu, que cette époque est laide et triste. Cette histoire est révélatrice de bien des choses concernant notre société décadente et ses élites dégénérées. Avant toute chose, il faut bien saisir que Le Figaro, oui oui, Le Figaro appelle ce porc de Booba, le « Duc de Boulogne » ! Rien que ça ! Il sera bientôt anobli par F. Hollande… et puis, pourquoi pas, il recevra une p’tite « Légion d’honneur » pour services rendus à la Nation !

Concernant le fond du sujet, on ne peut être qu’étonné de ne pas avoir vécu ces annulations de concerts des années plus tôt, car cela fait bien des années que ces porcs insultent les Maghrébines et les autres. D’ailleurs, la Fouine aussi fait la même chose sauf que, lui, est un Maghrébin (quoique rien n’est moins sûr, vu son degré d’indignité), il faut le caillasser de la même manière, si on veut être logique et juste.

Mais on a encore mieux : il faut absolument que vous regardiez le film Les kaïra (juillet 2012) de F. Gastambide, d’une rare vulgarité, dans lequel ce dégénéré, sous prétexte d’humour, mélange religion, Algérie, pornographie… Je crois bien qu’un Maghrébin, voire deux tournaient dans ce film : Mehdi Sadoun et Ramzy Bédia. Je vous laisse imaginer qui a participé à classer ce film au Box-office avec ses 1 016 184 entrées qui ont fait de lui le film français le plus rentable de l’année 2012 ! Qui achète les disques aux porcs de la Bouine (Booba + Fouine), à votre avis ?

Que font les autorités censées veiller sur l’ordre public ? Absolument rien ! Que Booba traite les Maghrébines de prostituées, c’est de l’art disent-elles, il a donc le droit de s’exprimer. Que ceci déclenche des émeutes doit être aussi de l’Art avec un grand « A ». Que Skyrock du sataniste/sorcier Pierre Bellanger, ami des puissants, fasse la promotion de cette musique pour singes est tout à fait normal, c’est encore de l’Art. On imagine que beaucoup aimeraient que les Arabes et les Noirs se tapent dessus, ça les occuperait et les pousserait à ne pas s’intéresser aux vrais problèmes de ce monde et donc à identifier les véritables coupables. Ce sont les sionistes qui doivent se frotter les mains…

Il est fort curieux de constater que beaucoup de Maghrébins français issus de l’école républicaine et de lavage de cerveau cathodique (C. Hanouna) et radiophonique (Skyrock/Fun) écoutent et achètent du Bouine/Rhoff/Lacrim… puis comme par magie, passent directement à la case Daech ! C’est les discothèques qu’il faudrait surveiller et non les mosquées ! C’est à n’y rien comprendre ! Pour passer aussi vite d’un extrême à l’autre, il faut bien que quelque chose ne tourne pas rond dans certaines caboches. Même la matière casse en passant d’une température extrême à l’autre !

La société française a engendré les monstres d’aujourd’hui, à coups de festivals de rap et de subventions publiques : n’écoutez pas la vraie musique, écoutez ces troupeaux de porcs décérébrés incultes et dépravés qu’ils disaient, c’est mieux pour vous. Le résultat est aujourd’hui sous nos yeux. Bravo et merci !

J’avais, il y a fort longtemps déjà, réalisé justement une vidéo pour me moquer de ce couple de Bouine en écrivant un texte que je vous invite à redécouvrir ci-dessous :



Le rappeur français affronte en ce moment un blogueur qui l’accuse d’insulter les femmes arabes. Le 25 mars à Lyon, la discothèque où devait se produire le Duc de Boulogne a été le théâtre de violences entre deux bandes rivales, et a finalement conduit à l’annulation du concert.

Les mots ont parfois de lourdes conséquences. Et Booba l’a appris à ses dépens. Le rappeur français s’est vu reprocher des propos déplacés vis-à-vis des jeunes femmes arabes dans l’une de ses chansons. L’auteur de cette dénonciation n’est autre que le blogueur Bassem Braiki. Ce dernier n’a pas supporté les textes rabaissant envers les femmes, proférés par le Duc de Boulogne, tels « Ma pute.. me fait du couscous. » entendu dans le morceau A4.

Bassem Braiki, connu pour ses prises de parole véhémentes à l’encontre des auteurs des attaques du 13 novembre, est même allé plus loin. Dans une vidéo postée sur le Net, et vue plus de 140.000 fois, Braiki a violemment reproché à Booba d’avoir dégradé l’image des femmes arabes. Il n’en fallait pas plus pour que s’enflamment les réseaux sociaux.

L’autre conséquence, plus grave celle-là, est que ces règlements de comptes 2.0 ont fini par dégénérer dans la vie réelle. Deux groupes de fans déterminés à en venir aux mains, d’un côté les « Ratepis » de Booba , et de l’autre ceux de Bassem, se sont affrontés à Lyon, devant la salle et à l’intérieur même de la discothèque dans laquelle devait se produire Booba, vendredi 25 mars. Les organisateurs ont donc décidé d’annuler la prestation du rappeur.

« Sur l’honneur du Maghreb »

Sur Facebook, Bassem Braiki a ainsi fait part de sa jubilation, après l’annulation du concert lyonnais. « Soyez fier, mes frères, on a fait ça propre sur l’honneur du Maghreb, l’honneur du 69, pour nos sœurs, les vrais, pour nos vrais frères blacks qui ont toujours grandi avec nous» (sic), a-t-il écrit sur le réseau social.

Bassem a remporté une première bataille, certes… Mais Booba a la réplique facile. Décidément, après La Fouine ou encore Rohff, le rappeur francilien allonge sa liste d’ennemis.