Message destiné aux Algériens encore debout et soucieux du sort de leur patrie: l’arrivée des forages de gaz de schiste dans un pays qui n’en a pas besoin va être catastrophique au niveau environnemental à un point que vous n’imaginez même pas ! Il faut absolument lire l’article posté il y a peu sur ce site concernant les centaines de produits chimiques contenus dans les millions de tonnes de produits d’hydrofracturation (à lire ici). Sans oublier les risques de tremblements de terre très graves (5 sur l’échelle de Richter) à cause de la déstabilisation des sols. Ajoutons à ceci l’utilisation de quantités d’eau astronomiquement gigantesques dans un pays qui en manque cruellement (Sahara !), puisée dans la nappe albienne, hélas non renouvelable et que l’on devrait plutôt utiliser pour développer l’agriculture saharienne très prometteuse … Levez-vous avant qu’il ne soit trop tard et arrêtez vos conneries avec le foot ou je ne sais quel autre attrape-nigaud hypnotique. Il est essentiel de voir également le documentaire Gazland que voici :

Schiste_Algérie Quelle mouche a donc piqué le président Abdelaziz Bouteflika pour qu’il autorise l’exploitation du gaz de schiste au Sahara, alors qu’il y a deux ans Abdelmalek Sellal, son Premier ministre, ne l’envisageait qu’« à l’horizon 2040 » ? Ce revirement à 180° signifie-t-il que les dangers liés à son extraction par fracturation hydraulique ont diminué ? Non, selon la majorité des experts. Une rumeur persistante fait état d’un accord secret conclu par Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, avant la dernière élection présidentielle algérienne. En échange de quoi ?

En 2005, aux Etats-Unis, on se doutait déjà de ce qui risquait de se passer en propulsant de l’eau additionnée de sable et de produits chimiques à 3500 mètres sous terre. Pour éviter des procès liés à la pollution de l’environnement, Dick Cheney avait fait voter une loi exemptant de poursuites judiciaires les entreprises pratiquant cette technique. Et pour cause : aujourd’hui dans certaines parties de la Pennsylvanie, l’eau du robinet contient de l’arsenic, de l’aluminium, des molécules cancérigènes, et la proportion de méthane dans l’air a augmentée dangereusement. En juin 2013, Delphine Batho, ministre française de l’Ecologie, déclarait qu’outre le stockage de 3 milliards de mètres cubes d’eau polluée à l’air libre aux Etats-Unis, des nappes phréatiques étaient polluées au mercure, et que l’exploitation du gaz de schiste avait déclenché des séismes de 5 sur l’échelle de Richter. Ce n’était pas rien, mais suffisant pour que François Hollande déclare le mois suivant qu’il n’y aura pas d’exploration du gaz de schiste en France tant qu’il sera président. Ces dangers seraient-ils moindres en Algérie ?

La société Total a été retenue pour exploiter – je dis bien « exploiter » – le gaz de schiste au Sahara. Elle va, c’est normal, y expérimenter de nouvelles techniques de fracturation. C’est le vœu de Ségolène Royal, ex-compagne de François Hollande devenue ministre de l’Environnement et de l’Energie, qui a affirmé le 23 mai dernier que la France n’est plus contre l’exploitation du gaz de schiste « si de nouvelles technologies non dangereuses apparaissent»… sous-entendu : à condition de les chercher ailleurs qu’en France. Libre aux gouvernements français et algérien d’avoir la mémoire courte en matière de pollution du Sahara : les conséquences des essais nucléaires des années soixante sur l’environnement et la population, sont pourtant toujours présentes. Au Sahara, ne serait-il pas plus logique et rentable d’investir dans le solaire ?

On n’arrête pas le progrès, mais on sait aussi que l’appât du gain de certains est difficile à contenir ! La décision d’exploiter le gaz de schiste en Algérie – 11 forages pour commencer… avec beaucoup de précautions, a dit prudemment M. Sellal – va très certainement rapporter gros à un petit nombre d’entreprises et d’individus. A moins de la découverte finale d’un procédé miracle, ce sera au prix de grands risques et à court terme, car aux Etats-Unis on est passé à autre chose. Après un boom digne de la Ruée vers l’or et des dégâts conséquents sur l’environnement, les entreprises qui exploitaient ce gaz le gaz de schiste ont mis « la pédale douce », ou fait faillite. La société Total est bien placée pour le savoir, l’expression est de son PDG Christophe de Margerie. Résultat : Total s’est pratiquement retirée du marché étatsunien… en y laissant des plumes. Qui veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes ?

Fin_de_Chapitre

Vous pouvez commander le(s) livre(s) en cliquant sur l’image correspondante :

FMM_3edition_Index 11_Septembre_2001_Mini