Il est clair que par ces actes le gouverne-ment et ses sbires prennent conscience de la dangerosité explosive du climat social ! Leur seule et UNIQUE chance de s’en sortir vivants, sans brûler dans les décombres des ministères, est de créer un autre ennemi, imaginaire, pour que l’attention du peuple soit détournée. Vous l’aurez compris, attendons-nous à une vague d’attentats islamistes ici ou à l’étranger contre les intérêts français. Technique grossière et criminelle, mais très efficace.

incendie-centre-impôtsÀ Morlaix, les agriculteurs ont incendié dans la nuit le centre des impôts et la MSA. Les producteurs de légumes voulaient dénoncer le poids de l’administratif et les contraintes législatives, déclenchant un tollé chez les membres du gouvernement, Premier ministre en tête.

Les agriculteurs ont commencé par incendier les locaux de la MSA, à Saint-Martin-des-Champs, avant de se rendre devant le centre des impôts de Morlaix, où ils ont aussi mis le feu.
Le président de la FDSEA du Finistère, qui n’était pas sur place, évoque : « le ras-le-bol général, social et fiscal, des agriculteurs ». Thierry Merret poursuit « ils ont le sentiment d’être abandonnés ». Le chef de file du syndicat agricole explique qu’il a eu les Pouvoirs publics en ligne : « je leur ai dit que c’était que le début. »
Manuel Valls condamne les saccages
Les réactions politiques ne se sont pas fait attendre, le Premier ministre Manuel Valls affirme dans un communiqué qu’il : « condamne énergiquement les saccages et destructions par incendie cette nuit à Morlaix de deux bâtiments affectés au service public, dont celui de la Mutualité sociale agricole, entièrement détruit alors qu’il n’avait que deux ans ».
Une condamnation partagée par le Ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll, qui appelle cependant au dialogue. Il était d’ailleurs déjà prévu qu’il rencontre le responsable de la Sica, Jean-François Jacob, mercredi.
Le Préfet du Finistère affirme d’ailleurs sur France Bleu Breizh Izel : « je ne comprends ni le timing, ni le fond, détruire deux bâtiments de service public ».
Il revient aussi sur la tension sur place hier soir. Selon lui, les conditions ne permettaient pas des interpellations. Mais des enquêteurs de la Police judiciaire sont arrivés sur place ce matin. Manuel Valls réclame des poursuites judiciaires.

Le pont de la RN12 touché
Le Premier ministre revient aussi sur les conditions d’intervention hier soir, les pompiers n’ont pas pu éteindre le feu rapidement, les manifestants leur bloquait l’accès, ce qui fait dire à Manuel Valls : « il est particulièrement choquant que les sapeurs-pompiers aient été empêchés d’accomplir leur mission ».
Le bilan précis des dégâts doit être fait, pour déterminer notamment quand les impôts pourront rouvrir. Autre question logistique, celle de la réouverture du pont de la RN12. La structure de l’ouvrage pourrait avoir été endommagé par l’incendie qui a accompagné le blocage de la route cette nuit. Le pont reste fermé au moins jusqu’à ce soir.

Fin_de_Chapitre

Vous pouvez commander le(s) livre(s) en cliquant sur l’image correspondante :

FMM_3edition_Index 11_Septembre_2001_MiniShoah_Hebdo