L’INSTRUMENTALISATION DE LA JUSTICE A DES FINS POLITIQUES

20140504-182434.jpgLe système Valls se répand et fait tache d’huile. La Belgique, membre de l’UE, abritant les institutions européennes pouvait-elle y échapper ?

Hélas non, puisque le Conseil d’état a finalement rendu une décision conforme à la volonté politique de faire taire toute voix discordante. Un bis repetita de la mascarade vécue en janvier dernier après que le Conseil d’état français eût annulé la juste et courageuse ordonnance du tribunal administratif de Nantes permettant à Dieudonné de se produire sur scène. Un Conseil d’état dans lequel siégeait l’énigmatique Arno Klarsfeld, à la fois juge et partie.

C’est trop facile en plus ! On fonde la décision d’interdiction sur la menace de troubles à l’ordre public, une menace qui viendrait en plus d’une organisation terroriste, la LDJ – organisation interdite aux USA et même au sein de l’entité sioniste – hélas tolérée voire encouragée en France, appelant ses militants ou plutôt ses miliciens à manifester devant la salle du Congrès.

Dans un état de droit, non seulement un telle organisation n’aurait pas droit de cité, mais en plus, tout serait fait pour contrecarrer une telle menace de contre-manifestation et le congrès aurait bien eu lieu.

Un congrès du PS ou de l’UMP aurait-il été interdit si des militants du FN ou d’un quelconque autre parti de l’opposition avaient menacé de manifester devant la salle abritant l’événement ?

Rien n’est moins sûr et cette idée saugrenue n’aurait même effleuré un esprit sain ! Comment dans ces conditions ne serait-on pas enclin à en déduire que les quatre pouvoirs sont, en fait, bel et bien détenus par le-lobby-qui-n’existe-pas. Comme pour enfoncer le clou, cette mascarade s’est produite le 4 mai, au lendemain de la Journée mondiale de la liberté de la presse. Une liberté surveillée qui lui fait reprendre en chœur et en grosses manchettes des titres inspirés par une ligne éditoriale totalement engagée. Car comment expliquer que tous les titres aient annoncé un congrès antisémite ? Pourquoi cette épithète tendancieuse avant même d’avoir eu des échos sur ce qui allait être dit lors de cet événement, dont justement le thème central portait sur la liberté d’expression en Belgique et en France ? Pourquoi cette anticipation dans la qualification volontairement porteuse de discrédit d’un Congrès dont les participants sont d’origines sociales, politiques et religieuses diverses ?

En vérité, les autorités européennes ont peur du réveil des masses populaires qui, de plus en plus, critiquent le système actuel dirigé par la finance mondiale et à son seul profit. Ces masses sont de plus en plus écœurées par les mœurs politiques des dirigeants qui ne se soucient guère de l’intérêt général et placent le leur avant toute autre considération, au mépris même de la loi : corruption, détournements de fonds publics, abus de biens sociaux, fraude fiscale, mœurs dissolues, etc.

Nous retiendrons, toutefois, de cet événement qu’il a été le révélateur encore une fois de la machine répressive des pouvoirs actuellement en place. Pour l’observateur neutre,  ce congrès aura été un succès éclatant, tant par le nombre de participants que par leur qualité humaine et intellectuelle. Les hommes politiques devront compter désormais avec cette force de contestation qui sera toujours là pour dénoncer leur gabegie et leurs travers. Plus rien ne sera comme avant ! Assurément, le 4 mai 2014, aura été le Congrès constitutif de la dissidence européenne. Un événement majeur qui fera date.

Fin_de_Chapitre

Vous pouvez commander le(s) livre(s) en cliquant sur l’image correspondante :

FMM_3edition_IndexKS_3D Couve_Bellanger_3D_1 11_Septembre_2001_MiniShoah_Hebdo