Monsieur Zéribi intéresse la justice dans une curieuse affaire de subventions d’associations et il a la chutzpah de crier au complot politique contre sa personne ! Encore un franc-maçon impliqué dans une sale affaire d’abus de confiance et recel… Tiens, tiens, n’est-ce pas la même stratégie que celle adoptée par la baronne, reine d’Angleterre des quartiers Nord, j’ai nommé Sylvie Andrieux ? La justice va suivre son cours mais on sait que Zéribette a déjà menti concernant le financement de son association APC ; on sait également qu’il a réalisé sa campagne pour les législatives de 2012 avec des moyens inouïs. D’où vient l’argent ? En espérant que son appartenance à la secte maçonnique ne soit pas un obstacle à la manifestation de la vérité et n’empêche pas la justice de faire son travail en toute sérénité et de s’imposer face à ce désordre qui n’a que trop duré.

Zéribi_GuériniKarim Zéribi, aujourd’hui conseiller municipal, sera bientôt entendu par la justice sur les agissements d’une association qu’il a créée et qui est visée par une enquête.

Une information judiciaire a été ouverte le 4 juin contre l’association Agir pour la citoyenneté (APC), a confirmé au Point.fr le parquet de Marseille. Le juge d’instruction a d’ores et déjà mis en examen le président de l’association pour abus de confiance et recel et celui-ci a été placé sous contrôle judiciaire. Le Point avait révélé il y a quelques mois la saisie par la justice des archives concernant APC au conseil général des Bouches-du-Rhône présidé par Jean-Noël Guérini.

Le magistrat enquête sur un possible détournement des subventions allouées par le conseil général des Bouches-du-Rhône. Le fondateur de l’association n’est autre que Karim Zéribi, alors député européen – il a perdu son mandat lors des dernières élections. Il avait contesté qu’APC ait bénéficié de financement public. Or, les enquêteurs ont saisi des documents qui démontrent le contraire, selon Marianne2. Notamment une subvention de 50 000 euros directement prélevés sur les fonds discrétionnaires du président Guérini, des fonds en général réservés aux situations d’urgence.

Une deuxième enquête en cours

La justice enquête également sur les liens avec une autre association créée par Karim Zéribi, Agir pour la compétence et le recrutement (également siglé APC), sorte de cabinet de placement associatif censé pallier les insuffisances des ANPE et des agences d’intérim en direction des populations des quartiers populaires.

Karim Zéribi est aujourd’hui conseiller municipal et communautaire EELV. Il avait fait alliance dès le premier tour avec Patrick Mennucci, le challenger socialiste de Jean-Claude Gaudin lors des élections municipales. Il est aussi cadre supérieur à la SNCF.

zéribi_Subvention_guérini

Source :
http://www.lepoint.fr/

Fin_de_ChapitreVous pouvez commander le(s) livre(s) en cliquant sur l’image correspondante :

FMM_3edition_Index  Shoah_Hebdo