On observe dans cette trahison lourde, ce revirement grave, que le système particratique rend les gens fous ! Il est donc nécessaire et éminemment utile d’inviter les lecteurs à s’intéresser à la très salvatrice Note sur la suppression générale des partis politiques de Simone Weil (à lire ici) ! La maladie qui tue l’humanité moderne, c’est bien l’idée démocratique représentée par des partis politiques et tant que l’on n’en sortira pas, ce sera un éternel recommencement… D’aucuns se contenteront d’excuses foireuses, les plus avertis sauront à quoi s’en tenir.

rachline-ravier-fn-cumulEn politique, on n’est jamais à une contradiction près. Si les cadres du Front National se disent opposés au cumul des mandats, il semble qu’ils ne se l’appliquent pas à eux-mêmes. En atteste l’élection au Sénat dimanche dernier de David Rachline, maire de Fréjus et conseiller régional de Provence Alpes Côte d’Azur, et Stéphane Ravier, maire du 7ème secteur de Marseille.

Sans compter les nombreux eurodéputés du Front National qui cumulent cette fonction avec un mandat de conseiller municipal ou régional. Si Marine Le Pen a renoncé à se présenter en position éligible aux dernières élections municipales à Hénin-Baumont, elle cumule elle-même son mandat d’eurodéputée avec celui de conseillère régionale du Nord Pas de Calais.

Or, le FN l’a dit et répété  : il défend fermement le non-cumul des mandats, « un gage d’efficacité dans l’exercice des différents mandats, permettant à l’élu de mieux se satisfaire de sa charge », peut-on lire dans un argumentaire rédigé par la vice-présidence du FN à la stratégie et à la communication.Les deux députés du FN, Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard, ont ainsi voté la loi organique du 14 février 2014 instaurant le non-cumul d’un mandat parlementaire avec une fonction exécutive locale. « Aujourd’hui, la fonction de maire a largement évolué, elle demande une disponibilité importante, mais aussi des compétences administratives, juridiques, financières. (…) Le mélange des genres peut entraîner certaines dérives », justifiait la députée du Vaucluse devant l’Assemblée nationale en juillet 2013.

Mais cette loi, qui doit définitivement bannir le cumul des mandats pour les parlementaires dans l’Hexagone, n’entrera pas en vigueur avant 2017. En attendant, le Front National ne souhaite pas se priver d’une quelconque force politique, fût-elle composée de cumulards, explique sa présidente. « Nous sommes confrontés à des mouvements politiques qui sont beaucoup plus puissants que nous, (…) qui ont des subventions qui sont 5 à 8 fois plus importantes que les nôtres. Alors oui, pour faire entendre la voix des millions de Français que nous représentons, nous ne ratons aucune occasion », s’est justifiée Marine Le Pen sur Europe 1 lundi.

Fin_de_Chapitre

Vous pouvez commander le(s) livre(s) en cliquant sur l’image correspondante :

FMM_3edition_Index Shoah_Hebdo