Encore un nouveau scandale d’espionnage de nos alliés yankees mais pas une seule réaaction des larves qui nous servent de politiques, vu qu’ils sont tous soumis à l’Amérique.

nsa_prismAu travers d’un programme baptisé « Optic Nerve », les services secrets ont fouillé en vrac dans les conversations par webcam pour surveiller leurs cibles. Ils ont également récupéré quantité d’images pornographiques.

La prochaine fois quand vous ferez un « chat » vidéo, vous aurez peut-être quelques sueurs froides, surtout si vous êtes un utilisateur Yahoo!. Le journal The Guardian vient en effet de révéler que l’agence de surveillance britannique GCHQ, avec l’aide de son pendant américain NSA, a intercepté les images de webcams de millions d’utilisateurs de Yahoo!, selon des documents révélés par l’informaticien Edward Snowden. Rien que sur une première période de six mois en 2008, le GCHQ aurait recueilli des plans fixes de conversations vidéo de plus d’1,8 million d’utilisateurs de comptes, à raison d’une image toutes les cinq minutes. Ce type de surveillance a duré au moins jusqu’en 2012.
Face à ces intrusions particulièrement révoltantes, les agents secrets ont fait preuve d’une certaine capacité d’ironie : le programme qui a récolté « en vrac » toutes ces images a été baptisé « Optic Nerve », soit « nerf optique » en anglais. Et c’est vrai, avec ce mécanisme d’espionnage, les services secrets ont vraiment l’œil rivé sur la vie privée des gens. Et même plus qu’ils ne le souhaiteraient. Sur leurs disques durs, ils retrouvent quantité d’images érotiques, voire pornographiques (7,1 % pour être exact). « Un nombre surprenant de personnes utilisent les conversations par webcam pour montrer des parties intimes de leur corps à d’autres personnes », constatent – sans rire – les agents secrets de Sa Majesté. Tiens donc.Évidemment, culture anglo-saxonne oblige, les cadres du GCHQ ont tenté de purger toutes ces images pour éviter que leurs « analystes » soient confrontés à ces images « choquantes ». Mais ça n’a pas marché. Les algorithmes de reconnaissance d’images ont encore beaucoup de mal à filtrer ce type de situation. C’est ballot.

Reconnaissance faciale

Mais au fait, que cherchaient les espions dans les webchat Yahoo ? L’objectif était d’expérimenter la reconnaissance faciale automatique afin de surveiller des cibles actuelles du GCHQ mais aussi d’en acquérir de nouvelles. En particulier, cela permettait de détecter les différents comptes utilisés par une seule et même personne. Les images étaient récoltées directement sur les réseaux fibre optiques, auxquels accède le GCHQ. Le traitement de ces images se faisait via un outil informatique de la NSA, pour être ensuite rendu accessible via XKeyScore, le moteur de recherche interne de la NSA.
De son côté, Yahoo! a fait part de sa colère, estimant que si ces informations étaient vraies, elles constituaient « un niveau sans précédent de violation de la vie privée de nos utilisateurs, ce qui est complètement inacceptable ». « Nous n’étions pas au courant et nous ne tolérons pas » cette activité, si elle est confirmée, a ajouté une porte-parole de Yahoo!. « Nous appelons les gouvernements du monde entier à réformer la législation sur la surveillance pour qu’elle soit en  accord avec les principes que nous avons exposés en décembre », a-t-elle poursuivi.
Elle faisait référence à l’appel lancé par huit géants de l’internet pour que le président américain Barack Obama encadre les pratiques de surveillance, les révélations de l’ex-consultant de la NSA Edward Snowden ayant sérieusement entamé leur capital confiance auprès des utilisateurs. « Nous sommes déterminés à préserver la sécurité (de nos utilisateurs) et de poursuivre nos efforts pour augmenter l’encodage de tous nos services », a assuré la porte-parole de Yahoo!. Ce n’est pas gagné.
Source : The Guardian