Rashid-Boudjedra


Voici un papier fort intéressant de l’écrivain Rachid Boudjedra qui traite nos deux zozos Botul et Finkie le clown à la juste mesure de leur bêtise abyssale et de leur hypocrisie intellectuelle. Intéressante prise de position surtout lorsque l’on connaît le comportement misérable de plusieurs intellectuels et écrivains algériens comme Kamel Daoud, le traître Boualem Sansal, le dessinateur génial Dilem qui se retrouve malheureusement chez Charlie hebdo


Un comportement de psychopathe

Si les malades mentaux pullulent dans le monde politique, cela est dû à la passion dévorante du pouvoir. C’est une maladie de l’ego qui a été bien diagnostiquée par Freud. Mais bien avant lui Shakespeare avait fait, déjà, le tour de ces fous qui nous dirigent depuis toujours. Car il faut une certaine dose de folie et de surmoi pour qu’un être humain s’attrape cette maladie du pouvoir qui consiste à dominer, gouverner et gérer un pays, voire un continent.

Mais quand cette maladie atteint des intellectuels, elle est mortelle ! Il y a en France deux cas pathologiques très graves d’intellectuels qui se font passer pour des philosophes alors qu’ils ne sont que de simples professeurs de philosophie. En effet, un philosophe est un chercheur qui a découvert un système philosophique. Socrate, Descartes, Averroès, Pascal, Kant, Hegel, Marx, etc. ont été des philosophes ; les autres ne sont que des charlatans.

Ces deux intellectuels qui ne sont en réalité que des agitateurs politiques sont Henri-Levy et Finkielkraut. Ils ont leur système de pensée politique dont le dogmatisme et la rigidité confinent aux systèmes politiques autoritaires auxquels ils disent s’opposer.

La dernière sortie d’Henri-Levy sur l’indépendance de la Kabylie est sidérante. J’ai une proposition à lui faire : s’il veut l’indépendance de la Kabylie pourquoi il refuse l’indépendance de la Corse ?

Pour Finkelkraut qui passe son temps à prôner les droits de l’Homme, la liberté d’expression et la lutte contre les hégémonies, j’ai une chose à lui dire et qu’il ne sait pas de lui-même : il est le prototype du dictateur rigide et infatué de lui-même, et il a la vérité absolue et infuse. C’est pourquoi il a été chassé par les manifestants de la République.

Ce qui me chiffonne, c’est qu’ils sont, tous les deux, des sionistes et fiers de l’être. Et la Palestine, alors ? À la mer toute cette vermine d’arabes terroristes !