Ce qui est très curieux c’est que ce Didier fait partie de la droite dite « Forte » qui voulait siphonner les voix du FN aux dernières élections. Ce qui prouve encore une fois que l’image du gay gauchiste humaniste à deux balles est totalement inventée et ne correspond pas à la réalité. Pour un conservateur de droite il faut dire qu’être gay est assez cocasse. Tout est question de pouvoir politique et de dents qui touchent le sol…

Ce samedi dans « Salut les terriens », Stéphane Bern oute un membre de l’UMP en plateau, Geoffroy Didier.

didierL’information, révélée par Le Point, nous a été confirmée par la production de « Salut les terriens ». Lors de l’enregistrement de l’émission, jeudi à La Plaine Saint-Denis, Stéphane Bern, commentant le premier mariage gay à Montpellier, a « outé » publiquement Geoffroy Didier, secrétaire national de l’UMP présent en plateau.

La raison de ce outing sauvage est le mensonge des politiques sur la question gay. Car selon l’animateur de France 2, lors d’un dîner avec Jean-François Copé, ce dernier lui aurait avoué qu’il était favorable au mariage gay mais qu’il était contraint, pour respecter la ligne politique défendue par son parti, de s’y opposer (lire l’échange ci-dessous).

« Vous ne pouvez pas vous marier avec Geoffroy, par exemple ?« , lance à Stéphane Bern l’animateur de l’émission, Thierry Ardisson. « Non, mais Geoffroy n’assume pas sa sexualité ! Tout le monde sait qu’il est homo, mais il dit qu’il est hétéro !« , balance alors Stéphane Bern, avant les rires et les applaudissements du public. « Geoffroy, ce n’est pas grave« , tente alors l’animateur de Canal+. « Ah, non, grave, non« , rétorque-t-il.

Puis Stéphane Bern, pour justifier sa sortie, explique : « Je comprends que, vu vos positions politiques, ça peut vous embarrasser… Mais en même temps, y’a des gens très bien à qui ça arrive« . La séquence, qui ne devrait pas être coupée au montage, sera probablement largement commentée ce week-end.

Le script complet de l’échange :

TA : « Page 106, vous proposez un test pour savoir si le mec est gay. On va voir si ça marche avec Stéphane Bern… »

Bern : « Ça tombe toujours sur moi ! »

TA : « Bah c’est un test ! Je peux le faire à Geoffroy Didier mais… »

G. Didier : « Pardon d’assumer mon hétérosexualité… Personne n’est parfait ! »

Quelques instants plus tard…

TA : « Vous allez vous marier ? »

Bern : « Avec qui ? »

TA : « Albert de Monaco n’est plus libre mais y en a d’autres, des princes charmants !… Tenez, Geoffroy, il ressemble au prince charmant de Shrek ! Vous ne pouvez pas vous marier avec Geoffroy, par exemple ? »

Bern : « Non mais Geoffroy n’assume pas sa sexualité ! Tout le monde sait qu’il est homo mais il dit qu’il est hétéro ! »

TA : « Geoffroy !… Salomon ! »

Bern : « En plus, à la soirée où nous étions la semaine dernière, où vous étiez aussi, Frédéric Mitterrand vous l’a dit en plus… »

G. Didier : « Oui, mais ce n’est pas parce que Frédéric Mitterrand le dit que c’est vrai. »

TA : « Geoffroy, c’est pas grave ! »

G. Didier : « Ah non, grave, non. »

Bern : « Mais je comprends que vu vos positions politiques, ça peut vous embarrasser… Mais en même temps, y a des gens très bien à qui ça arrive. »

TA, pointant Balasko : « Gazon Maudit ! »

Les « mensonges » de Jean-François Copé

Pendant l’interview de Stéphane Bern, on parle de la pression fiscale, l’animateur s’insurge.

G. Didier : « Avec le discours qu’il porte, moi je l’engage à l’UMP dès demain ! »

Bern : « Ah non, je ne peux pas, l’UMP est dirigée par quelqu’un qui ment ! »

TA : « Vous trouvez que Jean-François Copé est un menteur… »

Bern : « Écoutez-moi, j’ai dîné avec lui, il me dit : ‘Je suis pour le mariage pour tous’ et il fait descendre dans la rue pour dire qu’il est contre. Y avait Dominique Besnehard, Marc-Olivier Fogiel, on était un certain nombre de témoins ce soir-là… »

TA : « Là, il avait intérêt à dire qu’il était pour sinon il était » (Ardisson mime la gorge tranchée).

Bern : « Il n’était pas obligé de nous dire : ‘À titre personnel, je suis pour le mariage pour tous ‘. Et ensuite faire descendre dans la rue des gens contre ! Moi j’avais pas envie d’être politisé sur cette affaire, qui est une affaire intime qui regarde chacun. On ne peut pas obliger des enfants de 10 ans à distribuer des tracts dans la rue… »

G. Didier : « Peut-être qu’il était contre l’adoption et pour le mariage ? »

Bern : « Il a parlé du mariage, simplement. Et puis sur l’adoption, moi j’ai un avis simple : il y a 80 000 enfants dans des familles homoparentales… »

Fin_de_Chapitre

Vous pouvez commander le(s) livre(s) en cliquant sur l’image correspondante :

FMM_3edition_Index 11_Septembre_2001_MiniShoah_Hebdo