Gender_LGBT-gay-bi-et-trans-le-29-juin-2013-a-paris_4938059Bannir l’expression « avouer son homosexualité », éviter les stéréotypes : l’association AJL des journalistes lesbiennes, gay, bi et trans veut aider les journalistes à parler des thématiques LGBT sans discrimination, grâce à un kit baptisé « Informer sans discriminer ».
Cette démarche est lancée à quelques jours de la « marche des fiertés », prévue le 28 juin, dénomination que l’association préfère à « Gay Pride ».
Construit en huit rubriques telles que « choisir les bons mots », « en finir avec l’invisibilité des lesbiennes », « les représentations stéréotypées des homosexuels masculins » ou encore « VIH/sida, comment en parler? », le kit cite certaines habitudes de la presse. Il tente de démontrer pourquoi certains mots ou expressions sont inadaptés tout en proposant des alternatives.
« Nous ne sommes pas la nouvelle brigade rose de la presse », dit Mathieu Magnaudeix, journaliste à Médiapart et membre d’AJL, conscient que certains choix de vocabulaire ou certains traitements « maladroits » sont bien souvent « involontaires ».
L’AJL cite aussi l’exemple de photos prises lors d’une marche des fiertés, avec des costumes extravagants, « des plumes, réutilisées pour illustrer des questions qui n’ont rien à voir, comme la PMA » (Procréation médicalement assistée).
Créé en plein débat sur le mariage pour tous en mai 2013, l’AJL, qui rassemble une trentaine de journalistes, veut également « rappeler aux médias que leurs publics ne sont pas exclusivement composés d’hétérosexuel-le-s ».

Fin_de_Chapitre

Vous pouvez commander le(s) livre(s) en cliquant sur l’image correspondante :

papa_porte_pantalon