En juillet 2011 un étrange décret a été promulgué. Il n’a que très peu été relayé par la caste médiatique, et pour cause, puisqu’il est relatif, écoutez bien, aux armes à feu susceptibles d’être utilisées pour le maintien de l’ordre public. Depuis sept ans il est permis aux forces de l’ordre françaises d’utiliser des armes à feu lors de manifestations ou d’émeutes. Le décret définit avec précision les caractéristiques techniques des armes à feu qui peuvent être utilisées lorsque des violences, ou voies de fait sont exercées contre la force publique et que cette dernière est dans l’impossibilité de défendre autrement le terrain qu’elle occupe.

L’article 3 du décret précise qu’il sera possible que les forces de l’ordre utilisent des Fusils à répétition de précision de calibre 7,62 × 51 mm. Un fusil qui ressemble à ça.



Noté cependant que cela n’est applicable qu’à titre de riposte en cas d’ouverture du feu sur les représentants de la force publique. Il faudra au préalable que les manifestants utilisent des armes à feu. Ce n’est pas tout les jours que l’on tire à balles réelles sur la police lors de manifestations en France. Seulement, vous vous en doutez un peu, on sait qu’un tir sous faux drapeaux est si vite arrivé, comme il arrive que des policiers déguisés en casseurs fracassent des magasins, les mobiliers urbains ou des voitures.

L’autorisation existe depuis juillet 2011, sachez simplement qu’elle sera mise en pratique le moment venu. Rien n’est décrété par hasard. Personne dans les loges maçonniques ne croit au hasard, ainsi qu’aux coïncidences, sa sœur jumelle. Seuls les darwiniens et les joueurs de loto bercés à la laïcité intégriste et au culte de la super cagnotte du vendredi 13 y croient. Les signataires de ce décret qui offre la possibilité de tuer des civils ne sont autres que François Fillion, Claude Guéant, sans oublier Gérard Longuet, le fameux. L’homme qui fit un bras d’honneur en guise de réponse à la demande du ministre algérien des anciens Combattants faite à la France de reconnaitre les crimes commis pendant la colonisation.



Aujourd’hui c’est aux Français que Longuet et les dirigeants du régime BHL-o-Attaliste font un bras d’honneur.

L’employé du jour du régime, Luc Ferry, nous rafraichit la mémoire par sa déclaration sans ambiguïté.

« Ce que je ne comprends pas, c’est que l’on ne donne pas les moyens aux policiers de mettre fin aux violences, a-t-il déclaré. Franchement, quand on voit des types qui tabassent à coups de pieds un malheureux policier qui est par terre, voilà… Qu’ils se servent de leurs armes une bonne fois, ça suffit». Et de conclure : « Cette violence est insupportable. On a, je crois, la 4e armée du monde, elle est capable de mettre fin à ces saloperies. Il faut dire les choses comme elles sont ».

L’utilisation des armes à feu contre la population ne devrait plus tarder. C’est simplement une question de temps. La crise des Gilets jaune amorce ce changement. Soyez prêt !