Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Vaccin Covid : une étude américaine sème le doute sur la 3e dose obligatoire !
À la une

Vaccin Covid : une étude américaine sème le doute sur la 3e dose obligatoire ! 

Voici encore une fois la preuve que la vaccination contre le Covid-19 n’a strictement rien à voir avec la science ou la médecine étant donné que la FDA a refusé la 3e dose aux moins de 65 ans aux USA pendant que Naftali Bennett, le Premier ministre israélien, vaccine en masse les plus de 12 ans ! Comment est-ce possible ! Pourquoi ce qui est interdit scientifiquement aux USA est autorisé ailleurs ?



En Israël, trois millions de personnes de plus de 12 ans, soit un tiers de la population, ont eu droit à une troisième dose de Pfizer contre le Covid. Mais cette politique vient d’être désavouée par une commission d’experts auprès l’Agence américaine du Médicament (la FDA). Explications.

En Israël, champion du monde de la vaccination, et avant-gardiste sur la troisième dose généralisée à l’ensemble de la population, quelques nuages sont venus assombrir le paysage. Et fragiliser les certitudes. La semaine dernière, l’Agence américaine du Médicament (la FDA), qui s’est appuyée sur des études menées notamment en Israël, a refusé de donner son feu vert à la généralisation de la troisième injection pour l’ensemble de la population américaine. Raison invoquée : le manque de données sur les effets secondaires, notamment sur les risques de complications cardiaques. Selon ces experts, les statistiques israéliennes présentées n’ont pas été suffisantes pour emporter leur conviction. La commission américaine a limité son aval à une troisième dose pour les plus de 65 ans et les personnes fragiles.

Il y a quelques jours encore, Sharon Alroy-Preis, directrice du service de santé publique israélienne, avait pourtant présenté les dernières données qui semblaient concluantes. Elle a ainsi indiqué que le recours à une troisième dose permettait aux patients infectés par le virus d’avoir dix fois plus de chance de ne pas contracter une forme grave de maladie, la deuxième dose de vaccin perdant de son efficacité au bout de six mois.

7 000 CONTAMINATIONS PAR JOUR

Naftali Bennett, Premier ministre et ardent promoteur de cette troisième dose, a lui aussi été un porte-parole convaincant : « Cette troisième dose protège la population, l’économie et le bien-être général. Attendre trop longtemps pour l’administrer risquerait de gâcher les gains déjà enregistrés grâce à la vaccination et d’éroder la confiance du public » proclamait-il y a quelques semaines. Jusqu’à présent, tout semblait lui donner raison. Mais la commission américaine a quelque peu altéré cet optimisme, d’autant que les cas d’infection, qui atteignent les 7 000 par jour, restent malgré tout à un niveau très élevé…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.