Vikash Dorahsoo et la Coupe du Monde-TricheMonsieur Vikash Dorahsoo nous a gratifiés d’une belle tirade digne du bon footeux qu’il est (malgré de précédentes déclarations très justes et pertinentes (lire ci- dessous)) mais là, son naturel est revenu au galop ; je vous laisse apprécier. Remarque : pas un seul commentaire de la part de nos spécialistes et animateurs ! On verra bien s’ils vont sourire lorsque la triche pénalisera la France… Pour finir, franchement, le fait de ne rien savoir faire de ses mains et d’être au chômage vu son âge avancé, n’est pas une raison de ne pas aller chez le coiffeur assez régulièrement ! On ne fait pas des trucs comme ça à la télé, y a des gens qui regardent ! Quand même !
[…] J’ai envie que le Brésil aille loin même s’ils trichent un peu pour aller loin parce que ce serait mieux d’avoir le Brésil très loin.

Précédentes déclarations de Dorahsoo chez Laurent Ruquier :

« Un footballeur, c’est un petit gars qu’on a sorti de son milieu familial souvent très tôt. C’est vraiment ça. On le délocalise, on fait tout pour qu’il soit déscolarisé, qu’il soit mobile, qu’il n’ait pas d’attaches, qu’il serve le capitalisme… Et on lui demande un jour de représenter la France ! »
« L’ascension sociale n’existe que par l’argent et par le fait qu’on passe à la télé. Mais finalement l’ascenseur social peut passer par d’autres choses. Moi, je n’ai pas ouvert un livre avant mes 20 ans. La curiosité des footballeurs n’est pas développée, c’est ça qui ne va pas. On ne nous rend pas curieux parce qu’on n’a pas intérêt à nous rendre curieux ! On n’est plus des footballeurs après. »
« Aujourd’hui, j’ai 35 ans et je ne sais rien faire d’autre que jouer au foot. Et puis, ça s’arrête très tôt. Du coup, j’ai plein d’argent mais je ne sais pas quoi faire. Moi, je dis aux parents : ‘Ne faites pas ça !«