Les autorités politiques sont en train de nous refaire l’épisode de la fausse pandémie de grippe A H1N1 de 2009 puisqu’ils avaient déjà à l’époque signée avec l’industrie pharmacochimique des clauses identiques censées les exempter de toute responsabilité en cas d’effets secondaires post-vaccinaux. Ce coup-ci, au vu de la rapidité de fabrication de ce vaccin et les nouvelles technologies utilisées notamment l’ARN, on peut s’attendre à de très nombreux effets secondaires. C’est d’ailleurs ce qui explique le recours à ces clauses d’exemptions. Il va de soi, en effet, que si l’industrie était sûre de l’innocuité et de la sécurité de ses vaccins, elle ne les aurait pas exigées.


AstraZeneca s’est vu accorder une protection contre les futures réclamations en matière de responsabilité du fait des produits liées à son vaccin COVID-19, ce que la plupart des pays avec lesquels elle a conclu des accords d’approvisionnement espèrent, a déclaré un cadre supérieur à Reuters.

Avec 25 sociétés qui testent leurs vaccins candidats sur des humains et qui se préparent à immuniser des centaines de millions de personnes une fois que les produits se seront révélés efficaces, la question de savoir qui paiera pour toute demande de dommages et intérêts en cas d’effets secondaires a été un point délicat dans les négociations d’approvisionnement.

« Il s’agit d’une situation unique dans laquelle nous, en tant qu’entreprise, ne pouvons tout simplement pas prendre le risque si, dans quatre ans, le vaccin présente des effets secondaires », a déclaré à Reuters Ruud Dobber, membre de l’équipe de direction d’Astra.

« Dans les contrats que nous avons mis en place, nous demandons une indemnisation. Pour la plupart des pays, il est acceptable de prendre ce risque sur leurs épaules parce que c’est dans leur intérêt national », a-t-il déclaré, ajoutant qu’Astra et les régulateurs faisaient de la sécurité et de la tolérance une priorité absolue.

M. Dobber n’a pas voulu nommer les pays.

Des fonctionnaires de l’UE ont déclaré cette semaine à Reuters que la responsabilité du fait des produits figurait parmi les points litigieux dans les efforts européens visant à garantir les accords d’approvisionnement pour les vaccins potentiels COVID-19 de Pfizer, Sanofi et Johnson & Johnson.

Les États-Unis, cependant, ont déjà une loi pour exclure les réclamations délictuelles des produits qui aident à contrôler une crise de santé publique, sous la forme de la loi de 2005 sur la préparation et la protection du public, ou PREP Act.

AstraZeneca, le deuxième plus grand fabricant de médicaments de Grande-Bretagne, s’est engagé à fournir un total de plus de 2 milliards de doses sans profit dans le cadre d’accords avec les États-Unis, la Grande-Bretagne et les pays européens, entre autres nations et organisations.

Les accords d’Astra diffèrent de ceux de la plupart de ses rivaux parce qu’il a obtenu le soutien du gouvernement pour ses efforts de production et de développement, tandis que des concurrents comme GlaxoSmithKline cherchent à négocier un prix pour un produit fini, sous réserve d’approbation.

Pour soutenir sa revendication de renoncer aux bénéfices de la collaboration de 1,2 milliard de dollars aux États-Unis, Astra a même accordé au gouvernement l’accès aux comptes financiers liés à l’entreprise, selon M. Dobber.

« Il y a des étapes très claires avant qu’ils ne paient. Parce que nous avons promis de fabriquer le vaccin sans profit, les auditeurs de l’administration américaine auront libre accès à nos livres comptables », a-t-il déclaré.


Photo d’illustration : le logo de la société pharmaceutique AstraZeneca est affiché sur un écran au sol à la Bourse de New York (NYSE) à New York, aux États-Unis, le 8 avril 2019.
REUTERS/BRENDAN MCDERMID/FILE PHOTO

Reportage de Ludwig Burger et Pushkala Aripaka
Rédaction d’Edmund Blair et David Evans

Reuters

30 juillet 2020

Titre en anglais de l’article original : AstraZeneca to be exempt from coronavirus vaccine liability claims in most countries

Traduction : Lelibrepenseur.org avec DeepL Traducteur