Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Beauvau en recommande 1280 Flash-Balls
Politique

Beauvau en recommande 1280 Flash-Balls 

Alors que cette arme est extrêmement dangereuse et qu’elle a fracassé bien des visages en bousillant des mâchoires entières, en arrachant des yeux et en handicapant à vie des manifestants. Alors que le nombre de blessés a été très important et qu’une cinquantaine d’enquêtes ont été lancées par la police des polices pour violences policières, la place Beauvau a recommandé plus d’un millier de nouveaux Flash-Balls !

Cette arme devrait être interdite pour la gestion de l’ordre surtout lorsque les policiers visent le visage et qu’il y a si peu de sanctions.


Malgré les récents blessés dont une dizaine d’éborgnés et les alertes des ONG, le ministère de l’Intérieur s’apprête à acquérir 1 280 nouvelles armes de type Flash-Ball.

Le sens du timing. Le ministère de l’Intérieur a lancé le 23 décembre un appel d’offres pour une commande de nouveaux lanceurs de balles de défense (LBD 40). Utilisée par la police et la gendarmerie, cette arme de type Flash-Ball a récemment causé de nombreuses blessures graves lors du mouvement des gilets jaunes et de la mobilisation lycéenne. L’accord-cadre d’une durée de quatre ans prévoit l’achat de 1 280 de ces fusils d’épaule à un coup, et dont la munition de 40 millimètres en caoutchouc semi-rigide peut éborgner et provoquer des fractures des os de la tête.

Sulfureux

Si aucune estimation du prix de cette commande publique n’a été donnée par le service des achats du ministère, il devrait atteindre au moins 2 millions d’euros selon les calculs de Libération. Depuis plusieurs années, des associations de défense des libertés publiques et, plus récemment, le Défenseur des droits ont alerté sur les dangers de cette arme utilisée par les forces de l’ordre à l’occasion de manifestations. Le ministère de l’Intérieur, qui élargit en cette fin d’année son stock, ne semble pas avoir amorcé de fléchissement en la matière.

Cette commande sulfureuse comporte aussi l’acquisition de 270 lanceurs à 4 coups et 180 lanceurs à 6 coups du même calibre que les LBD 40. En l’état, ces armes pourraient tout à fait être chargées avec les mêmes balles semi-rigides en caoutchouc. Avec un risque nettement accru de blessures irréversibles. Ces fusils sont en effet capables de tirer leurs munitions en quelques secondes et sont plus lourds et donc moins maniables. Contactée par Libération, la Direction générale de la police nationale assure que ces lanceurs « multicoups » sont quant à eux « destinés à tirer exclusivement des grenades lacrymogènes, fumigènes ou assourdissantes ».

Si aucune comptabilité officielle des blessures n’est établie par les autorités, ces dernières semaines, le LBD 40 est suspecté d’avoir blessé gravement plus de 30 personnes, dont 10 ont été éborgnées. C’est le cas d’Antoine C., 25 ans, blessé à l’œil le 8 décembre place de la République, et qui a depuis porté plainte contre les forces de l’ordre. Selon le procès-verbal, qui consigne un premier récit des faits, le jeune homme a été touché au visage alors qu’il tentait de s’éloigner de la manifestation qu’il était venu observer par curiosité : « Il y a eu un mouvement de foule, je regardais ce qu’il se passait. D’un coup, je suis tombé. J’étais un peu sonné, les gens autour de moi m’ont aidé à me relever. J’entendais « il l’a pris dans l’œil, il l’a pris dans l’œil ». »

Fracturée

Antoine C. se rend alors compte que du sang coule de son visage, son œil gauche est gravement atteint. Les médecins lui annoncent qu’il a une fracture du plancher orbital et qu’il a perdu la vue. « Ce sont des armes qui sont fréquemment utilisées par les fonctionnaires de manière offensive à des distances non réglementaires et sur des parties du corps interdites », estime son avocat Arié Alimi. Plusieurs lycéens ont aussi été blessés gravement au visage lors de mobilisations devant leur établissement. La première semaine de décembre a été particulièrement désastreuse. À chaque fois, le LBD 40 est soupçonné d’être à l’origine des blessures. Le 4 décembre, à Grenoble, Doriana, 16 ans, a eu la mâchoire fracturée et des dents cassées. Le lendemain, à Garges-lès-Gonesses (Val-d’Oise), Issam, 17 ans, a eu lui aussi la mâchoire fracturée et un bout de la joue arraché. Le même jour, près d’Orléans, Oumar, 16 ans, a eu un enfoncement de l’os du front et d’importantes fractures. Le 6 décembre, enfin, à Béziers et Vénissieux, Jean-Philippe et Ramy, 16 ans, ont été mutilés à l’œil gauche


Photo d’illustration : lors de la manifestation des gilets jaunes à Paris, le 8 décembre. PHOTO YANN CASTANIER. HANS LUCAS

Ismaël Halissat– Libération

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :