Mais non, ça n’a rien à voir, c’est le hasard, certes malheureux, mais hasard quand même. Certes, le vaccin ne fonctionne pas à 100% selon la Doxa de Big Pharma, mais il est tout de même curieux de constater tous les échecs dans le même Ehpad !


Deux clusters, l’un à l’Ehpad d’Auzances, l’autre sur un site délocalisé dans le sud creusois du lycée agricole d’Ahun, expliquent l’explosion statistique des variants en Creuse.

Explication aussi sur les trois décès à Auzances, dont deux personnes vaccinées.

Cluster, le mot avait presque disparu de la Creuse. Il reprend une actualité brûlante avec ceux qui ont éclaté parmi un groupe d’adultes en formation sur un site délocalisé dans le sud creusois du lycée agricole d’Ahun, avec un enseignant positif et six adultes en formation positifs. Et surtout l’Ehpad du bois-Joli à Auzances.

« On ne meurt pas d’une maladie dont on ne manifeste pas les symptômes »

Là, ce sont trois résidents qui sont décédés après avoir été testés positifs au virus, les obsèques de l’un d’entre eux se dérouleront aujourd’hui. Le plus surprenant, c’est que deux de ces résidents avaient été vaccinés, avec les deux doses.

L’Agence régionale de santé (ARS) a lancé une enquête sur ces cas qui, s’ils révèlent une infection au virus, n’impute pas ces décès au Covid-19 : « Il faut savoir que ce sont des personnes très âgées, au-delà de 90 ans, analyse le Docteur Emmanuel Bahans, médecin-conseil à l’ARS. Certaines souffrant de polypathologies. Elles ont été testées et sont parfois décédées dès le lendemain. En étant asymptomatiques. Pas de rhino-pharyngite, de pneumopathie ou de détresse respiratoire sévère qui sont les signes du coronavirus. On ne meurt pas d’une maladie dont on ne manifeste pas les symptômes »

« Le décès de ces personnes est un drame pour leur entourage, mais le virus ne nous paraît pas en être à l’origine ».

DOCTEUR EMMANUEL BAHANS (Médecin-conseil à l’ARS)

Mais comment une maladie a pu atteindre des personnes vaccinées ? « L’efficacité du vaccin est connue, rappelle le Dr. Bahans, elle se situe entre 85 et 90 %, il reste donc toujours une marge d’infection pour les 10 ou 15 % restants. Ceux que l’on sait, c’est que pour cette fraction, les formes seront cependant moins sévères. Mais je le redis, ces formes n’ont pas été constatées sur les résidents décédés à Auzances ».

Un cluster découvert fin mars avec le cas symptomatique d’une agent de l’Ehpad
L’âge très avancé des résidents, Françoise Simon, la maire d’Auzances et présidente du Conseil d’administration de l’Ehpad, le confirme : « C’est une particularité de cet Ehpad d’accueillir des personnes très âgées. Et très faibles ».

Ce virus, comment a-t-il pu rentrer au Bois-Joli ? « C’est suite au cas symptomatique d’une agent – sûrement suite à une contamination familiale – qu’on a lancé un dépistage des résidents et du personnel, détaille le médecin-conseil. C’est ainsi qu’on a découvert le cluster fin mars. Je pense que nous sommes arrivés au début de l’épidémie dans l’établissement ».

Au dernier dépistage, 38 cas positifs dont 24 résidents et 14 salariés dans cet Ehpad qui compte 95 employés pour 69 pensionnaires. Un effectif de résidents diminué, l’établissement pouvant accueillir 90 aînés. Mais des travaux sont en cours et des chambres ont été fermées pour permettre d’achever le chantier. Peut-être la chance de l’établissement dans sa malchance.


Photo d’illustration : Explication aussi sur les trois décès à Auzances, dont deux personnes vaccinées. © DACASA

Éric Donzé

La Montagne

20 avril 2021